Blanchiment d’argent : Haïti placé sur la liste grise du groupe d’action financière

55

Haiti figure sur une liste de 22 pays épinglés par le Groupe d’Action Financière (GAFI) pour blanchiment de capitaux. Le pays rejoint le Malte, le Philippines et le Soudan du Sud qui sont placés sur une liste grise suite à la tenue d’une assemblée plénière organise le 25 juin 2021.

A en croire le groupe d’action financière, les pays sont placés sur la liste grise en raison de leur complaisance au blanchiment d’argent, au financement du terrorisme ou la prolifération des armes de destruction massive.

Cet organisme intergouvernemental a pris cette décision quelques jours après le pèlerinage du Premier ministre defacto Claude Joseph au conseil de sécurité des Nations-Unies pour venter les exploits du pourvoir en place.

Le Groupe d’action financière (GAFI) est un organisme intergouvernemental créé en 1989 par les Ministres de ses états membres.  Les objectifs du GAFI sont l’élaboration des normes et la promotion de l’efficace application de mesures législatives, réglementaires et opérationnelles en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les autres menaces liées pour l’intégrité du système financier international.  Le Groupe d’action financière est donc un organisme d’élaboration des politiques qui s’efforce de susciter la volonté politique nécessaire pour effectuer les réformes législatives et réglementaires dans ces domaines.

Le GAFI a élaboré une série de Recommandations reconnues comme étant la norme internationale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et de la prolifération des armes de destruction massives.  Elles constituent le fondement d’une réponse coordonnée à ces menaces pour l’intégrité du système financier et contribuent à l’harmonisation des règles au niveau mondial.  Publiées en 1990, les Recommandations du GAFI ont été révisées en 1996, 2001, 2003 et plus récemment en 2012 afin d’assurer qu’elles restent d’actualité et pertinentes.  Elles ont vocation à être appliquées par tous les pays du monde.

Le placement d’Haiti sur cette liste grise vient d’allumer les projecteurs une fois de plus les fonds que les récents gouvernements ont dilapidé et blanchi.