Contrairement à Haiti , La République Dominicaine n’a pas signé la déclaration du sommet sur l’accord de migration

75

Vingt pays ont signé la déclaration de Los Angeles pour une migration “ordonnée” selon le principe de la responsabilité partagée.

Los Angeles Californie
La République dominicaine ne figure pas dans la liste des pays signataires de la “Déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection”, avec laquelle s’est clôturé le neuvième Sommet des Amériques à Los Angeles, aux États-Unis.

Vingt pays ont adopté une déclaration pour une migration “ordonnée” selon le principe de la responsabilité partagée, comme l’avait demandé Joe Biden, avec laquelle ils ont clôturé un sommet controversé.

“Aucun pays ne devrait porter seul les flux migratoires croissants”, a déclaré vendredi le président américain Joe Biden, flanqué des autres signataires de la “Déclaration de Los Angeles”, avec les drapeaux de leurs pays en arrière-plan.

Une migration “sûre” et “légale” profite au développement économique, mais nous devons “protéger les frontières” contre les entrées irrégulières avec “humanité”, a-t-il insisté.

Le terme critique pour Biden est celui de responsabilité partagée, car les Etats-Unis ne veulent pas supporter tout le poids du flux migratoire.

Et encore moins à quelques mois des élections de mi-mandat en novembre, à un moment où la forte inflation fait chuter sa cote de popularité dans l’opinion publique.

Il semble avoir convaincu les dirigeants latino-américains, même si la liste des signataires manque, par exemple, la République dominicaine et la Bolivie.

Auparavant, le président Luis Abinader a réaffirmé que la communauté internationale doit assumer “définitivement” le problème d’Haïti avec “un plus grand engagement” et, de toute urgence, travailler à sa pacification et à sa récupération.

Au cours de la troisième journée du IXe Sommet des Amériques, le président a prononcé un discours d’environ 10 minutes, dans lequel il a souligné qu'”historiquement”, Haïti a payé “très cher” ses dettes auprès des pays développés.

“Il est injustifiable pour moi et notre gouvernement que cette communauté de nations permette à un État, au milieu du continent américain, d’avoir une grande partie de son territoire contrôlée par des bandes criminelles (…) La République dominicaine ne peut pas supporter seule les problèmes d’Haïti, en fait, elle en fait déjà trop, beaucoup plus qu’elle ne le peut. La situation dans le pays voisin a dépassé les limites d’un problème migratoire”, a ajouté le chef de l’État.

Le président a soutenu qu’il a le besoin et le devoir de prononcer, comme en de précédentes occasions, l’impérieuse nécessité pour la Communauté internationale d’agir sans délai face à la situation dramatique d’Haïti.

M. Abinader a également évoqué les menaces qui pèsent sur la croissance et le bien-être du pays : les subventions sur le carburant, les engrais, les aliments et la sécurité.

Il a réaffirmé que la République dominicaine ne pouvait pas supporter seule les problèmes d’Haïti.

“En fait, il en fait déjà trop, beaucoup plus qu’il ne peut. La situation dans le pays voisin a dépassé les limites d’un problème migratoire ; Il s’agit, pour les Dominicains, d’une question de sécurité nationale, nous ferons donc le nécessaire, comme tout pays souverain le ferait face à une menace similaire, pour sécuriser adéquatement notre frontière”, a déclaré le président.

Le message d’Abinader et du pouvoir exécutif est le même depuis le début de son gouvernement, et même entre novembre 2021 et janvier 2022, il a rencontré trois fois les dirigeants politiques au Palais national, où ils ont conclu qu’il y aurait une solution nationale à la crise sociopolitique qui touche Haïti.

La crise politique, économique et sociale croissante dans la nation voisine est sur la place publique depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse dans sa résidence le 7 juillet de l’année dernière.

Détails
Les pays signataires
La déclaration a été signée par les États-Unis, l’Argentine, la Barbade, le Belize, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, l’Équateur, le Salvador, le Guatemala, Haïti, le Honduras, la Jamaïque, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou et l’Uruguay. Cependant, la République dominicaine et la Bolivie n’ont pas signé la déclaration.

Sans accords pétroliers
“C’est la première fois que notre gouvernement ne dispose pas d’un pays ami pour atténuer le choc pétrolier. Dans les années 1980 avec l’accord de San José, le Mexique et le Venezuela, puis Petrocaribe du Venezuela jusqu’en 2014, avec des financements et des prix spéciaux, ils nous ont aidés à atténuer les hausses du pétrole de ces époques”, a expliqué Abinader.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)