Haïti a soutenu financièrement et moralement Simón Bolívar , le chef qui a conduit le Venezuela, la Bolivie à l’indépendance .

229

La Révolution haïtienne a fait frissonner toute l’Europe et l’Amérique. Au moment de l’indépendance d’Haïti, l’esclavage était une institution extrêmement rentable pour de nombreux pays et la libération d’Haïti est donc devenue une menace réelle. Haïti est rapidement devenu une peur terrible pour les puissances mondiales, mais aussi un formidable symbole d’espoir pour les esclaves.

Trois ans plus tard, Bolivar a insisté sur la nécessité de mettre fin à l’esclavage, dans son célèbre Discurso de Angostura du 15 février 1819. C’est dans ce discours prononcé devant les députés au Congrès, qu’il exposa les grands principes devant inspirer la Constitution qui donnera naissance à la nouvelle république de Colombia. Il va aussi crier, devant les magistrats, à l’injustice car la liberté des esclaves n’avait pas été jusqu’alors consolidée, ni juridiquement, ni dans la pratique :

” Vous implorez de la justice, que la nécessité et le bénéfice de cette mesure soient superflues, puisque vous connaissez bien l’histoire des Hélotes, d’Espartaco et d’Haïti : puisque vous savez qu’on ne peut pas être libre et esclave en même temps, sans violer à la fois les lois naturelles, les lois politiques et les lois civiles. à votre décision souveraine la réforme ou la révocation de tous mes et décrets ; mais je vous implore la confirmation de la liberté absolue des esclaves, comme si je vous implorais ma vie ou la vie de la République “.

Le miroir d’Haïti montrait à nouveau sa double face : d’un côté, il fallait rendre définitivement la liberté aux esclaves parce que c’était une loi que tous les hommes soient égaux et par conséquent libres ; et, de l’autre, parce que si on ne proclamait pas cette liberté, il deviendrait de contenir ce torrent de furie réprimée pendant des siècles qui risquait de devenir un fleuve de sang qui pourrait tout avaler.

Nous sommes convaincus que l’influence de la Révolution haïtienne, même ambivalente — et peut-être en raison même de cette ambivalence — a été un des éléments qui ont contribué le plus à forger historiquement ce d’égalité qui caractérise la nation vénézuélienne à sa formation. Aussi bien les guerres d’indépendance que les guerres fédérales qui ont suivi, et même les conflits actuels, émanent-ils dans une large mesure de la entre le projet des classes hégémoniques, majoritairement blanches, et le projet de ceux qui, opprimés, ont maintenu une lutte permanente pour revendiquer leur dignité et convertir, comme disait Bolivar, ” les instruments
de leur captivité en armes de liberté .

Quand Haïti est devenue libre, elle a juré d’être une alliée pour les esclaves du monde entier. Haïti a été le premier pays à offrir un refuge sûr à tous les anciens esclaves et aux esclaves actuels qui avaient besoin de protection. D’innombrables autres révoltes à travers les Caraïbes et les Amériques ont été inspirées par la Révolution haïtienne. Haïti a soutenu financièrement et moralement des révolutionnaires tels que Simón Bolívar (le chef qui a conduit le Venezuela, la Bolivie, la Colombie, l’Équateur, le Pérou et le Panama à l’indépendance de l’Espagne). Il est intéressant de noter que le drapeau vénézuélien a été créé et arboré pour la première fois à Jacmel, en Haïti, en 1806. L’influence notable d’Haïti sur l’Amérique latine se manifeste également à travers la ressemblance frappante que plusieurs drapeaux latino-américains (Venezuela, Colombie et Équateur) ont avec le drapeau haïtien. Haïti représentait une incarnation tangible de la liberté pour les esclaves.

L’Amérique latine doit beaucoup à Haïti.