Haiti accueille à bras ouverts des déportés testés positif au covid-19

280

Une tendance croissante à la contagion parmi les expulsés des États-Unis vers l’Amérique latine a suscité des critiques selon lesquelles il exporte le virus vers des pays plus pauvres qui ont moins de cas confirmés et serait dévasté par une épidémie majeure.

Le haut responsable du ministère des Affaires étrangères d’Haïti, Israël Jacky Cantave, a déclaré à Reuters qu’Haïti avait demandé que tous les expulsés soient testés, mais le gouvernement américain avait seulement accepté de tester ceux qui présentaient des symptômes – un problème étant donné que de nombreux transporteurs sont asymptomatiques.

Le pays le plus pauvre des Amériques, qui a une capacité d’essai limitée, place tous les expulsés dans une installation de quarantaine pendant deux semaines à leur arrivée.

Au moins neuf détenus, qui auraient été testés positifs au virus de Covid-19 (le nouveau coronavirus), figurent parmi les 78 Haïtiennes et Haïtiens, présents sur le manifeste du vol d’expulsion, prévu le mardi 26 mai 2020, préviennent ces organisations.

L’intention, affichée par le gouvernement américain, d’expulser des passagères et passagers, dont « on sait qu’ils ont été testés positifs pour le Covid-19 et qui n’ont pas un statut de « guéris », montrent qu’il manque de respect pour Haïti, son gouvernement et son peuple ».

Le panel scientifique gouvernemental haïtien avait demandé de suspendre les vols d’expulsion, rappellent ces organisations qui demandent au président Jovenel Moise de suivre les conseils de ses conseillers scientifiques, en arrêtant les expulsions pendant la pandémie de Covid-19.

Parmi les 68 ressortissants haïtiens, déportés en Haïti, en provenance des États-Unis d’Amérique, au cours du mois d’avril 2020, au moins trois d’entre eux ont été testés positifs au Covid-19.

Mais la sécurité dans ces installations s’est avérée faible, l’un des trois expulsés d’un vol d’il y a deux semaines ayant été testé positif au virus le week-end dernier s’étant échappé.

Les détracteurs du gouvernement haïtien lui reprochent de ne pas s’être opposés à l’administration du président Donald Trump qui a soutenu le président Jovenel Moise tout au long des violentes manifestations qui ont secoué son mandat.

Le Premier ministre haïtien Joseph Jouthe a déclaré à plusieurs reprises que les déportés avaient le droit de rentrer chez eux bien que son gouvernement ait imposé aux autres Haïtiens de rentrer si durs qu’ils seraient difficiles à remplir.

Selon les nouvelles règles, rendues publiques cette semaine, ils doivent présenter la preuve d’un test de coronavirus négatif et payer pour être mis en quarantaine pendant 14 jours dans l’un des deux hôtels de Port-au-Prince désignés par le gouvernement.

Le nouveau virus s’est propagé lentement en Haïti, qui a confirmé jusqu’à présent 72 cas et 5 décès. Mais les déportations américaines et le retour de milliers de travailleurs haïtiens de la République dominicaine, qui est l’un des pays les plus touchés de la région, pourraient bientôt changer la donne.

Les médecins préviennent qu’une épidémie majeure serait dévastatrice car le système de santé s’effondre déjà – Haïti n’a que 100 ventilateurs pour 11 millions d’habitants. L’approvisionnement en eau et les infrastructures d’assainissement sont médiocres et le pays est densément peuplé.

De plus, avec les deux tiers des Haïtiens vivant sous le seuil de pauvreté, la plupart ne peuvent se permettre de s’isoler et de continuer à vaquer à leurs occupations quotidiennes. Les vendeurs de la capitale ont protesté jeudi contre une décision des autorités de limiter les jours de marché à trois fois par semaine.

Source:Reuters ,

Reporting by Andre Paultre; Writing by Sarah Marsh; editing by Grant McCoolOur Standards:The Thomson Reuters Trust Principles.