Haiti : Les Colombiens racontent à CNN comment ils ont été sauvagement torturés et battus par les autorités

162

Quelque temps après l’assassinat de Moise, aux premières heures du matin, les cinq hommes interrogés par CNN ont quitté le même convoi.Leurs véhicules ont été filmés sur des vidéos de téléphones portables prises par plusieurs habitants de la région.

Mais ils ne sont pas allés bien loin avant d’être encerclés par les forces de sécurité haïtiennes, ont-ils dit. Forcés de sortir de leur voiture, ils se sont réfugiés dans un bâtiment vide situé à proximité. Quelques heures plus tard, ils se sont enfuis par l’arrière du bâtiment et ont gravi une colline escarpée pour se rendre à l’ambassade de Taiwan.

Selon le ministère des affaires étrangères de Taiwan et une source au sein des forces de sécurité haïtiennes, le groupe de Colombiens a forcé l’entrée, ligotant deux gardes au passage. Mais des agents des forces de l’ordre haïtiennes les ont retrouvés et ils se sont rendus.

Selon les prisonniers, une fois en détention, les passages à tabac ont commencé.
L’un des Colombiens a été poignardé à plusieurs reprises par la police haïtienne, tandis que plusieurs autres ont reçu des coups de pistolet sur la tête, disent-ils. D’autres ont été battus, l’un d’entre eux ayant été attaqué si brutalement que son visage était défiguré par les coups, ont-ils raconté à CNN.

Les hommes ont déclaré qu’avant d’être transférés au célèbre Pénitencier national, ils ont été détenus dans un lieu tenu secret pendant plus de trois semaines.”Ils nous ont détenus ailleurs pendant 25 jours, menottés par deux. Nous allions aux toilettes à même le sol”, a déclaré un prisonnier.Les hommes ont déclaré que les passages à tabac étaient continus et brutaux, et qu’ils craignaient pour la sécurité de leurs familles restées en Colombie.

“Savez-vous à quel point c’est dur quand ils vous montrent une photo de votre famille sur un téléphone portable ?”, a demandé un homme, les larmes aux yeux. “Nous avons dû faire ce qu’ils ont dit.”

Et ce qu’on leur a demandé de faire, a dit chaque homme, c’est de signer de leur nom des déclarations officielles qu’ils n’ont pas données et qui étaient écrites dans une langue qu’ils ne pouvaient pas lire.

“J’étais assis tranquillement, sans dire un mot, et l’officier écrivait ma déclaration pour moi”, a déclaré un homme. “Il continuait à me regarder et à écrire davantage alors que je n’avais rien dit. Ils écrivaient et nous étions silencieux”.

Il a ensuite signé un nom sur un document écrit en français, une langue qu’il ne comprenait pas, a-t-il dit.
Les cinq hommes ont affirmé qu’ils avaient été contraints de signer des déclarations sous la contrainte.
“Les vrais responsables de tout cela sont à l’extérieur de la prison et nous sommes coincés ici. Nous avons été trompés, piégés et escroqués”, a déclaré un homme.

La police nationale d’Haïti n’a pas répondu à la demande de commentaire de CNN. Interrogé sur les allégations de torture en garde à vue, un porte-parole du gouvernement fédéral haïtien a déclaré que le gouvernement “n’a rien à cacher”, soulignant que CNN avait “l’entière permission de rendre visite aux Colombiens”.
Le même porte-parole a nié qu’un témoignage officiel ait été enregistré sans que les Colombiens ne soient au courant de ce qui était écrit.

“Sur la base d’informations crédibles, on leur a fourni des traducteurs afin qu’ils comprennent ce qu’ils devaient signer ou non”, a déclaré le porte-parole.