Haïti: «Tant qu’on laissera l’impunité et l’insécurité se développer, aucune issue n’est possible»

189

Samedi 16 octobre en Haïti, un groupe de missionnaires, dont 16 Américains et un Canadien ont été enlevés avec leurs familles lors d’un kidnapping de masse, attribué au gang « 400 Mawozo ». C’est le dernier signe de la dégradation sécuritaire du pays depuis des années, dénoncée par plusieurs associations sur place qui ont appelé à la grève ce lundi 18 octobre. Frédéric Thomas, spécialiste d’Haïti, décrypte cette situation de « violence généralisée ».

Lorsque le Premier ministre haïtien Ariel Henry a tenté dimanche de diriger une cérémonie commémorant la mort de l’un des pères fondateurs du pays, sa délégation a été accueillie par une volée de coups de feu qui a obligé les officiels à se retirer.

Il s’agissait d’un nouveau signe du pouvoir croissant des gangs de la nation des Caraïbes, qui ont enlevé samedi un groupe de missionnaires chrétiens voyageant près de la capitale, Port-au-Prince.

Les gangs sont plus à l’aise pour commettre des crimes en dehors du territoire qu’ils contrôlent depuis l’assassinat du président Jovenel Moise en juillet et le tremblement de terre en août, a déclaré le militant des droits de l’homme Pierre Espérance.

“Le gouvernement en place depuis trois mois est impuissant face à cette situation”, a déclaré Esperance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits de l’homme, lors d’un entretien téléphonique.

“Il n’y a aucun plan, aucun moyen de lutter contre l’insécurité. La police nationale n’a pas été renforcée.”

Seize citoyens américains et un citoyen canadien ont été enlevés alors qu’ils étaient en voyage pour visiter un orphelinat, a déclaré dimanche dans un communiqué le groupe missionnaire Christian Aid Ministries.

Les experts en sécurité soupçonnent l’implication d’un gang connu sous le nom de 400 Mawozo qui contrôle Croix-des-Bouquets, une commune située à environ 13 km de la capitale.

Cinq prêtres et deux religieuses, dont deux citoyens français, ont été enlevés en avril à Croix-des-Bouquets dans un crime également soupçonné d’être lié à 400 Mawozo. Ils ont été libérés le même mois.

La cérémonie de dimanche en l’honneur de Jean-Jacques Dessalines, qui a déclaré l’indépendance haïtienne de la France en 1804, avait été prévue à Pont-Rouge, l’entrée est du centre-ville de Port-au-Prince, où Dessalines a été assassiné en 1806.

Les autorités ont lutté pendant des années pour organiser l’événement à cet endroit en raison de la présence d’une coalition de gangs connue sous le nom de G9, dirigée par l’ancien policier Jimmy Cherizier, alias “Barbecue”.

Henry a préféré faire une offrande florale au Musée du Panthéon national haïtien dans la capitale.

Un porte-parole du cabinet de Henry n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur la cérémonie.

L’augmentation des enlèvements dans le pays appauvri est associée à la détérioration des conditions économiques et à une diaspora haïtienne croissante à la recherche de meilleures opportunités dans d’autres pays.

Le mois dernier, les États-Unis ont expulsé quelque 7 000 Haïtiens qui avaient tenté d’entrer dans le pays via le Mexique.

Au moins 628 enlèvements ont eu lieu en Haïti au cours des neuf premiers mois de 2021, dont 29 concernaient des étrangers, selon un rapport du Centre d’analyse et de recherche en droits humains, ou CARDH, une organisation haïtienne à but non lucratif.

Les chiffres réels sont probablement beaucoup plus élevés car de nombreux Haïtiens ne signalent pas les enlèvements, craignant les représailles des gangs criminels.

“Les gangs sont fédérés, ils sont bien armés, ils ont plus d’argent et d’idéologie”, a déclaré Gedeon Jean, directeur de CARDH. “Nous nous dirigeons vers un proto-État. Les gangs se renforcent tandis que la police s’affaiblit.”