Jean-Bertrand Aristide, homme politique né

128

“Le crime dont je suis accusé est celui de prêcher la nourriture pour tous les hommes et toutes les femmes”.

*Jean-Bertrand Aristide est né à cette date en 1953. Il est un ancien prêtre noir et un homme politique.

Jean-Bertrand Aristide est né dans la pauvreté à Port-Salut, Sud, Haïti. Son père est décédé trois mois après sa naissance, et il a ensuite déménagé à Port-au-Prince avec sa mère. À l’âge de cinq ans, Aristide a commencé à fréquenter l’école avec des prêtres de l’ordre salésien. Il a fait ses études au Collège Notre Dame au Cap-Haïtien, où il a obtenu son diplôme avec mention en 1974. Il a ensuite suivi un cours de noviciat à La Vega, en République dominicaine, avant de retourner en Haïti pour étudier la philosophie au Grand Séminaire Notre Dame et la psychologie à l’Université d’État d’Haïti.

Après avoir terminé ses études de troisième cycle en 1979, Aristide a voyagé en Europe, étudiant en Italie, en Grèce et dans la ville palestinienne de Beit Jala au monastère de Cremisan. Il est rentré en Haïti en 1982 pour son ordination comme prêtre salésien et a été nommé vicaire d’une petite paroisse de Port-au-Prince.

Entre 1957 et 1986, Haïti a été dirigé par les dictatures familiales de François “Papa Doc” et Jean-Claude “Baby Doc” Duvalier. La misère endurée par les pauvres d’Haïti a profondément marqué Aristide lui-même, qui est devenu un critique virulent du duvaliérisme. Il n’épargne pas non plus la hiérarchie de l’église du pays, puisqu’un concordat du Vatican de 1966 accorde à Duvalier le pouvoir de nommer les évêques d’Haïti. Adepte de la théologie de la libération, Aristide dénonce le régime de Duvalier dans l’un de ses premiers sermons. Cela n’est pas passé inaperçu dans les hautes sphères du régime. Sous la pression, le délégué provincial de l’Ordre des Salésiens a envoyé Aristide en exil pendant trois ans à Montréal.

En 1985, alors que l’opposition populaire au régime de Duvalier s’intensifiait, Aristide est revenu prêcher en Haïti. Son sermon de la semaine de Pâques, “Un appel à la sainteté”, prononcé à la cathédrale de Port-au-Prince et diffusé par la suite dans tout Haïti, proclamait : “Le chemin de ces Haïtiens qui rejettent le régime est le chemin de la droiture et de l’amour”. Aristide devient une figure de proue du mouvement Ti Legliz, dont le nom signifie “petite église” en kreyòl. En septembre 1985, il est nommé à l’église Saint-Jean-Bosco, dans un quartier pauvre de Port-au-Prince. Frappé par l’absence de jeunes dans l’église, Aristide a commencé à organiser la jeunesse, en parrainant des messes hebdomadaires pour les jeunes. En 1986, il a fondé un orphelinat pour les enfants des rues de la ville, appelé Lafanmi Selavi [La famille, c’est la vie]. Son programme visait à être un modèle de démocratie participative pour les enfants qu’il servait.

Alors qu’Aristide devient une voix majeure pour les aspirations des dépossédés d’Haïti, il devient inévitablement la cible d’attaques. Il a survécu à au moins quatre tentatives d’assassinat. La tentative la plus médiatisée, le massacre de Saint-Jean-Bosco, s’est produite le 11 septembre 1988, lorsque plus d’une centaine de Tontons Macoutes armés et portant des brassards rouges ont forcé l’entrée de Saint-Jean-Bosco alors qu’Aristide commençait la messe dominicale. Alors que les troupes de l’armée et la police se tenaient à l’écart, les hommes ont tiré à la mitrailleuse sur la congrégation et ont attaqué les paroissiens en fuite avec des machettes. L’église d’Aristide a été réduite en cendres. Près de 50 personnes ont été tuées et 77 ont été blessées. Aristide a survécu et s’est caché. Par la suite, les responsables salésiens ont ordonné à Aristide de quitter Haïti, mais des dizaines de milliers d’Haïtiens ont protesté, bloquant son accès à l’aéroport.

En décembre 1988, Aristide a été expulsé de son ordre salésien. Une déclaration préparée par les salésiens qualifie les activités politiques du prêtre d'”incitation à la haine et à la violence”, ce qui ne correspond pas à son rôle d’ecclésiastique. Aristide a fait appel de la décision, déclarant : “Le crime dont je suis accusé est celui de prêcher la nourriture pour tous les hommes et toutes les femmes”. Dans une interview de janvier 1988, il a déclaré : “La solution est la révolution, d’abord dans l’esprit de l’Évangile ; Jésus ne pouvait pas accepter que des gens aient faim. C’est un conflit entre les classes, les riches et les pauvres. Mon rôle est de prêcher et d’organiser….” Partisan de la théologie de la libération, Aristide a été nommé dans une paroisse catholique romaine de Port-au-Prince en 1982 après avoir terminé ses études pour devenir prêtre de l’ordre salésien. Il est devenu un point focal du mouvement pro-démocratique, d’abord sous Jean-Claude “Baby Doc” Duvalier, puis sous le régime de transition militaire qui a suivi. En tant que prêtre, il a enseigné la théologie de la libération et, en tant que président, il a tenté de normaliser la culture afro-créole, y compris la religion vodou, en Haïti. Le président Aristide a été brièvement président d’Haïti, jusqu’à un coup d’État militaire en septembre 1991. Il a remporté les élections générales haïtiennes entre 1990 et 1991, avec 67% des voix. Il est devenu le premier président démocratiquement élu d’Haïti. Une tentative de coup d’État s’est effondrée en 1994 sous la pression et la menace de la force des États-Unis (opération Uphold Democracy).

En 1994, Aristide a quitté la prêtrise et a épousé Mildred Trouillot, en janvier 1996, avec qui il a eu deux filles. Aristide a ensuite été à nouveau président de 1994 à 1996 et de 2001 à 2004. Cependant, Aristide a été évincé lors du coup d’État de 2004 après que des paramilitaires de l’ancienne armée de droite aient envahi le pays depuis la frontière dominicaine. Aristide et beaucoup d’autres ont observé le rôle des États-Unis dans l’orchestration du coup d’État contre lui. Aristide a ensuite été contraint de s’exiler en République centrafricaine et en Afrique du Sud. Il est finalement rentré en Haïti en 2011 après sept ans d’exil. Depuis son retour en Haïti, Aristide s’est abstenu de toute participation politique. Cependant, le 12 septembre 2014, Aristide a été assigné à résidence alors qu’il faisait l’objet d’une enquête pour corruption. Les avocats et les partisans d’Aristide ont remis en question la légalité de l’ordonnance du juge en vertu du droit haïtien ainsi que l’impartialité du juge. Fin 2016, Aristide, pour la première fois depuis de nombreuses années, a repris la campagne électorale, parcourant le pays pour promouvoir les candidats de Fanmi Lavalas ; les résultats des élections (décriées par son parti comme illégitimes) ont remis au pouvoir les forces de droite dans le pays, avec un taux de participation de seulement 20 %.