PETROCARIBE -HAITI : La firme SECOSA un tribu mafia très puissant .

761

Secosa, firme haïtienne de construction implantée en Haïti depuis 1998 et engagée dans la réalisation d’immeubles résidentiels et commerciaux, ne jure que par la construction d’habitats décents au profit des Haïtiens. La compagnie qui s’est spécialisée dans la construction des routes et des ponts est en passe de remettre, entre autres projets, les clefs du marché public de Saint-Raphaël, selon les précisions de son P.D.G., Jean Emile Laférière et son vice-président Patrick Pereira.(2011-05-10 | Le Nouvelliste)

Le rapport de la Cour des Comptes sur la dilapidation des fonds de Petro Caribe, à propos des 25 stades de Laurent Lamothe-Olivier Martelly, est on ne peut plus clair: »la Cour constate que le MPCE a lancé un appel d’offre restreint qui était infructueux à cause de la non-conformité des offres des soumissionnaires« .

Pour la Cour, une telle irrégularité peut avoir un impact sur la communauté. C’est exactement le constat fait la semaine dernière par le ministre Tèt Kale des Sports, Max Attys, qui a confirmé que « nèg yo kraze lajan-an« . Le total des résolutions adoptées pour l’exécution des « 25 stades Lamote-Olivier » totalise 36 241 633.59 USD et les montants transférés atteignent 27 787 385.59 USD, devrions-nous préciser.

De Jacmel dans le Sud-Est à Jérémie dans la Grande Anse en passant par les Cayes dans le Sud, le constat est presque le même partout, a insinué Attys ne cachant pas sa stupéfaction face à ces « infrastructuresportives insignifiantes » ayant coûté au trésor public des centaines de millions de gourdes. Max Attys en accordant une mention Zéro à l’ex-premier ministre Laurent Lamothe a souligné qu’en fin de compte « Haïti n’a même pas un terrain de sport standardisé« .

Le ministre des Sports en visitant les emplacements d’infrastructures sportives de Port-de-Paix, bastion du président Jovenel Moise à l’époque de l’exécution de ces projets par le fils de son dauphin, n’a pas caché sa déception et va jusqu’à déclarer que « malgré le déblocage des fonds, aucuns travaux n’ont jusqu’à présent pas été entamés« .

Pour la Cour, une telle irrégularité peut avoir un impact sur la communauté. C’est exactement le constat fait la semaine dernière par le ministre Tèt Kale des Sports, Max Attys, qui a confirmé que « nèg yo kraze lajan-an« . Le total des résolutions adoptées pour l’exécution des « 25 stades Lamote-Olivier » totalise 36 241 633.59 USD et les montants transférés atteignent 27 787 385.59 USD, devrions-nous préciser.

De Jacmel dans le Sud-Est à Jérémie dans la Grande Anse en passant par les Cayes dans le Sud, le constat est presque le même partout, a insinué Attys ne cachant pas sa stupéfaction face à ces « infrastructuresportives insignifiantes » ayant coûté au trésor public des centaines de millions de gourdes. Max Attys en accordant une mention Zéro à l’ex-premier ministre Laurent Lamothe a souligné qu’en fin de compte « Haïti n’a même pas un terrain de sport standardisé« .

Le ministre des Sports en visitant les emplacements d’infrastructures sportives de Port-de-Paix, bastion du président Jovenel Moise à l’époque de l’exécution de ces projets par le fils de son dauphin, n’a pas caché sa déception et va jusqu’à déclarer que « malgré le déblocage des fonds, aucuns travaux n’ont jusqu’à présent pas été entamés« .

SECOSA Lycee National De Maissade 36 105 931,36 $ Oui Jamais terminé
SECOSA Lycee National De Pignon 55 463 488,00 $ Oui Jamais terminé
SECOSA Avenant Lycee National De Pignon 55 000,00 $ 90% Jamais terminé
SECOSA Lycee National De Gressier 148 457 665 $ 80% Jamais terminé
SECOSA Nouveau Lycée National De Hinche 60 463 488,00 $ Oui Jamais Fait

SECOSA, une entreprise enregistrée en République dominicaine a reçu des millions de dollars de contrats sans appel d’offres pour rénover plusieurs lycées autour d’Haïti. Aucun des lycées n’a été rénové et l’argent a été payé en totalité, au moins dans le cadre de trois contrats distincts, la société n’a pas rendu l’argent au gouvernement haïtien. Le gaspillage est stupéfiant, le niveau de corruption et de mauvaise gestion saute aux yeux, mais le gouvernement Jovenel Moise se plaint de ne pas pouvoir absorber les immigrants haïtiens revenant des États-Unis. Quel dommage?

https://lenouvelliste.com/article/92271/secosa-un-parcours-de-constructeur