La « stabilité » sans valeurs démocratiques échouera encore en Haiti

41

Les États-Unis et d’autres acteurs internationaux ont privilégié une forme de stabilité étroitement définie par rapport à la responsabilité démocratique dans leur engagement diplomatique, de développement et de sécurité en Haiti. Le seul problème est que cette approche ne fonctionne pas. Le pays ne jouis ni de la stabilité recherchée par leurs partenaires internationaux, ni de la démocratie souhaitée par leurs citoyens.

Sans l’application des valeurs démocratiques, il ne peut y avoir de stabilité, quelle que soit la définition étroite ou l’adaptation à l’opportunité des élites nationales et des acteurs internationaux.

Quelle est l’utilité d’organiser des élections qui ne sont ni libres ni équitables lorsqu’elles ne résolvent guère les différends politiques ? De même, à quoi sert la limitation des mandats lorsqu’elle est essentiellement non contraignante ? Comment une approche de la réforme du secteur de la sécurité fondée sur une liste de contrôle peut-elle améliorer les relations entre les citoyens Haïtiens et les forces de sécurité de l’État qui n’ont aucun égard pour eux et leurs droits humains ?

Les récents développements et ailleurs nous amènent à une conclusion inconfortable : L’agenda de la bonne gouvernance et la priorité donnée à la stabilité plutôt qu’à la responsabilité sont dépassés, et les gains qu’ils ont pu produire semblent avoir été purement fortuits.

Loin d’avoir un effet démocratisant, les élections – en l’absence de l’État de droit, d’un accès égal au droit de vote démocratique et d’une gouvernance électorale équitable – ont donné naissance à des régimes pourries compétitifs dans le meilleur des cas et à des démocraties fragiles au bord du conflit . Les politiques économiques néolibérales qui ont conduit à la « croissance sans développement » au cours des deux premières décennies de ce siècle ont exacerbé les inégalités de revenus et de richesses ainsi que le fossé entre les villes et les campagnes, sans pour autant transformer structurellement les économies de la caraïbe . Les efforts de réforme du secteur de la sécurité menés par les États-Unis n’ont jusqu’à présent pas donné de résultats favorables à la sécurité des citoyens et aux objectifs de développement.

En bref, sans des normes de responsabilité plus profondément établies et défendues, aucune quantité d’élections fréquentes, de politiques et d’institutions néolibérales, et de soutien antiterroriste à des gouvernements répressifs n’apportera la paix, la prospérité

et la stabilité en Haiti. En d’autres termes, sans l’application des valeurs démocratiques, il ne peut y avoir de stabilité, quelle que soit la définition étroite ou l’adaptation à l’opportunité des élites nationales et des acteurs internationaux.

Comment expliquer alors le refus des États-Unis et des autres acteurs internationaux de réévaluer et d’adapter leur engagement en Haiti? La réponse, dans une large mesure, réside dans un mélange d’erreur de coûts irrécupérables, d’incapacité à sortir des sentiers battus et de géopolitique.

les États-Unis et d’autres partenaires internationaux semblent croire qu’ils ont investi beaucoup trop de temps et d’argent pour se retirer des partenariats régionaux, souvent personnalisés dans des relations avec des dirigeants de gouvernements antidémocratiques, qu’ils ont établis depuis longtemps.

De manière tout aussi conséquente, les administrations américaines successives ont cru, comme l’indiquent leurs documents de stratégie de sécurité nationale, que la combinaison de l’agenda de la bonne gouvernance et d’un solide soutien antiterroriste de la part des États-Unis aiderait les gouvernements à mieux gérer les menaces à la paix et à la stabilité, à créer des opportunités économiques à long terme et à construire les types d’institutions qui sous-tendent la bonne gouvernance.

Que peuvent donc faire les États-Unis pour s’adapter à cette réalité ? L’inversion du déclin démocratique est apparue comme un pilier déclaratif de la politique étrangère de

l’administration Biden, fusionnant ostensiblement les valeurs et les intérêts déclarés des États-Unis, selon lesquels l’arrêt de la marche de l’autoritarisme à l’étranger renforcera la stabilité mondiale.

Sans retomber dans le discours paternaliste qui caractérise l’engagement des États- Unis dans la caraïbe, Washington peut soutenir ces aspirations démocratiques en réorganisant ses outils diplomatiques, de sécurité et de développement.

Dans le même temps, les Haïtiens ne veulent pas être soumis aux caprices de la concurrence des grandes puissances entre les États-Unis, la Chine, la Russie et la France. Washington devrait en tenir compte, en veillant à ne pas forcer les gouvernements r à s’enfermer dans de faux binaires, tout en demandant des comptes à ses partenaires, même au risque de les voir chercher une assistance en matière de sécurité et d’autres formes de soutien auprès des concurrents stratégiques des États-Unis.

Avant tout, les États-Unis ne peuvent et ne doivent pas chercher à imposer des résultats ou à faire cavalier seul dans une région qu’ils comprennent à peine. Ils devraient plutôt essayer de façonner des incitations et d’agir en tant que garant de la stabilisation démocratique en travaillant avec les acteurs locaux et régionaux pour atteindre la paix et la stabilité qu’ils souhaitent, tout en reconnaissant qu’il ne peut y avoir de stabilité sans responsabilité démocratique.