L’ambassade Américaine à entendu les enregistrements téléphoniques entre Badio et Ariel Henry , le PM Ariel Henry est un homme de paix et discret

207
FILE PHOTO:Haitians gather outside the U.S. Embassy after the assassination of President Jovenel Moise, in Port-au-Prince, Haiti July 9, 2021. REUTERS/Estailove St-Val

Dès le lendemain de ma prise de fonction, j’ai commencé à rencontrer, comme promis, tous les partis politiques et les groupes organisés de la société civile, en vue de parvenir à un accord politique pour une gouvernance pacifique et efficace pendant la période intérimaire. Cela a abouti à la signature d’un accord le 11 septembre 2021 avec de nombreux partis politiques, y compris ceux qui sont parmi les plus importants, et avec un nombre important d’organisations de la société civile. Je n’ai pas ménagé mes efforts pour tendre la main à mes compatriotes qui préfèrent une approche différente. Je ne manque pas une occasion de leur tendre une main fraternelle, en leur demandant de faire tout leur possible pour honorer les paroles de notre drapeau : “L’unité nous rend plus forts.” J’ai l’intention de poursuivre dans cette voie. A plusieurs reprises, je me suis entretenu avec mes compatriotes du groupe du Montana, une coalition de la société civile.

Récemment, j’ai rencontré le groupe de la Louisiane Unitary Agreement. Et bien qu’ils n’aient pas accepté de rejoindre notre accord historique, notre dialogue se poursuit en mettant l’accent sur des objectifs et des préoccupations convergents, plutôt que de s’enliser dans des discussions stériles où nos points de vue sont très éloignés. J’ai également inclus, et continue de consulter, les 10 sénateurs permanents.

L’homme qui a pris les rênes du gouvernement haïtien au lendemain de l’assassinat choquant de son président a communiqué avec un des principaux suspects dans cette affaire avant et même après le meurtre, selon un nouveau rapport du New York Times. Ariel Henry, premier ministre par intérim d’Haïti, a parlé deux fois au téléphone avec Joseph Felix Badio, ancien fonctionnaire du ministère de la justice, le matin suivant la mort du président Jovenel Moïse, selon les relevés téléphoniques examinés par le journal.

Après que Badio – qui est soupçonné d’avoir organisé le coup contre Moïse et qui est en fuite – ait été désigné comme recherché par la police, il a rendu visite à Henry à sa résidence à plusieurs reprises, passant sans problème devant la sécurité du Premier ministre, selon le journal. Un porte-parole du bureau d’Henry a nié qu’il ait eu une quelconque relation avec Badio, malgré les enregistrements téléphoniques.

Selon un rapport du New York Times, Ariel Henry, qui est devenu le premier ministre d’Haïti après la mort de Moise l’été dernier et après une brève lutte pour le pouvoir, a maintenu des communications avec Joseph Felix Badio, l’un des principaux suspects dans le meurtre de Moise et est resté en contact étroit dans les jours qui ont suivi le meurtre de Moise.

Badio, un ancien fonctionnaire de la justice, est recherché par les autorités haïtiennes car il est soupçonné d’avoir organisé l’attaque qui a conduit au meurtre de Moise. L’assassinat a plongé le pays dans le chaos, et quelques jours plus tard, un tremblement de terre dévastateur a frappé le pays.

C’est mon bon ami. J’ai un contrôle total sur lui”, a déclaré Jaar, racontant ce que Badio lui a dit après que Henry, un neurochirurgien de 72 ans, ait été nommé Premier ministre. Jarr a ajouté qu’après la mort de Moise, Badio a demandé l’aide de Henry pour fuir le pays.

Jarr, qui a été arrêté la semaine dernière après six mois de fuite en République dominicaine, a ajouté qu’il pensait que le plan était de déposer le Premier ministre, et non de le tuer, et qu’il a été pris au piège dans un plan politique plus large qu’il ne comprend pas.

La justice et le système juridique en Haïti ont besoin d’améliorations significatives, et nous comptons sur les partenaires de la communauté internationale, y compris la communauté des Caraïbes – CARICOM – en particulier, non seulement pour aider à enquêter sur l’assassinat, mais aussi pour fournir un soutien technique et une expertise pour aider à renforcer notre système. Le 7 février, j’exhorte tous les Haïtiens à se rassembler pour faire face à nos défis, afin que nous devenions plus forts. Je suis déterminé à rassembler tous les groupes, même si c’est difficile. Nos différences sur la manière d’y parvenir ne sont pas à la hauteur de ce que je sais être notre désir fervent et commun – faire ce qu’il y a de mieux pour notre pays bien-aimé.