L’Amérique latine a souvent servi de complice volontaire au néocolonialisme américain en Haïti

80

Les États-Unis accueillent le Sommet des Amériques le mois prochain à Los Angeles. Ce rassemblement de chefs d’État a lieu à peu près tous les trois ans depuis sa première réunion, la dernière aux États-Unis, en 1994. Cette fois-ci, l’accent a été mis sur les absents. Les responsables américains ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention d’inviter les dirigeants de Cuba, du Nicaragua ou du Venezuela. Mais on s’est moins intéressé à celui qui sera présent, à savoir le dirigeant de facto d’Haïti, un pays qui n’a plus de chef d’État depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet dernier.

La décision d’inviter le Dr Ariel Henry, premier ministre par intérim d’Haïti, révèle l’hypocrisie au cœur de la politique étrangère américaine dans la région et, d’autre part, l’aveuglement massif des gouvernements d’Amérique latine et des Caraïbes face à la détérioration de la situation en Haïti, une situation dont les États-Unis et toute la région sont complices.

“Je pense que le président a été très clair quant à la présence de pays qui, par leurs actions, ne respectent pas la démocratie – ils ne recevront pas d’invitations”, a déclaré le mois dernier le principal responsable du département d’État pour l’hémisphère occidental. La décision d’inviter Henry va à l’encontre de ce message et montre clairement que les exclusions n’ont rien à voir avec la défense des droits de l’homme ou de la démocratie. Il s’agit d’hégémonie.

Les dernières élections en Haïti ont eu lieu en 2016 ; moins de 20 % des électeurs inscrits ont participé, ou ont été autorisés à le faire. Moïse a remporté la présidence avec les voix d’environ 5 pour cent seulement de la population. À titre de comparaison, ces chiffres pour Ortega et Maduro sont tous deux supérieurs à 20 pour cent. Si vous répondez que vous n’avez pas confiance en ces chiffres ou que vous vous inquiétez des conditions dans lesquelles ces élections se sont déroulées, vous admettez simplement que vous n’avez pas prêté attention à Haïti.

En 2020, les mandats de la quasi-totalité du parlement et de tous les fonctionnaires locaux ont expiré, laissant Moïse gouverner par décret. À l’époque, le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, s’est rendu en Haïti et s’est présenté aux côtés du président Moïse, indiquant clairement que pour l’OEA, ce n’était pas un problème. Puis, l’été dernier, Moïse – qui, selon de nombreux juristes, avait dépassé la durée de son mandat, mais qui avait néanmoins le soutien des États-Unis et de l’OEA – a été assassiné. Aujourd’hui, les seuls élus de tout le pays encore en fonction sont 10 sénateurs, et ensemble ils n’ont même pas le quorum pour légiférer.

Mais l’effondrement de la démocratie haïtienne ne s’est pas produit dans le vide, et les dirigeants des États-Unis et de l’OEA ne sont pas les seuls à avoir du sang sur les mains. En 2004, le président Jean-Bertrand Aristide a été renversé par un coup d’État soutenu par les États-Unis. Presque aucun gouvernement de l’hémisphère ne l’a dénoncé. Sur le terrain en Haïti, les troupes américaines ont rapidement été remplacées par une mission de “maintien de la paix” des Nations unies, la MINUSTAH, pour aider à consolider l’éviction du président.

Les diplomates américains décrivent la mission comme “un outil indispensable” pour mener à bien la politique américaine, mais, tout aussi important, ils notent que sans cette mission, les États-Unis “recevraient beaucoup moins d’aide de la part de leurs partenaires de l’hémisphère … pour gérer Haïti”. Les pays d’Amérique latine ont été placés à l’avant-garde ; l’Uruguay, le Paraguay, l’Argentine, le Chili, l’Équateur, la Bolivie, le Salvador et le Guatemala ont tous fourni des troupes, tandis que l’armée brésilienne était chargée de la mission.

Cette intervention étrangère s’est accélérée après le tremblement de terre dévastateur de 2010, lorsque des milliards d’euros d’aide étrangère ont été utilisés comme levier pour le contrôle politique. Plus tard cette année-là, alors que le processus électoral était entaché d’irrégularités et que plus d’un million de personnes étaient encore déplacées, l’OEA a été invitée à examiner les résultats. Sans recomptage complet ni analyse statistique, l’OEA a recommandé de modifier les résultats des élections. Les États-Unis et d’autres donateurs ont menacé de suspendre l’aide financière essentielle à moins que le gouvernement n’acquiesce, et un musicien de la droite trumpienne, Michel Martelly, a été porté à la présidence. Une fois de plus, cette violation flagrante de la souveraineté d’Haïti s’est produite sans que la région ne réagisse.

Tout ceci nous amène à l’ascension politique d’Ariel Henry. À l’instigation de Martelly, Henry a été nommé par décret présidentiel quelques jours avant l’assassinat, mais il n’avait pas encore pris ses fonctions. Au lieu de cela, le pouvoir est initialement resté entre les mains du premier ministre de l’époque, Claude Joseph. Mais, environ une semaine plus tard, le “Core Group”, une quatrième branche de facto du gouvernement qui s’est formée après le coup d’État de 2004, composée entièrement de diplomates étrangers, a apporté son soutien à Henry. En quelques jours, il est devenu premier ministre. Ce n’est pas la démocratie qui a permis à Henry d’accéder au pouvoir, mais l’intervention délétère de puissances étrangères.

Ces mêmes acteurs continuent à soutenir le faible gouvernement d’Henry, malgré les liens entre le premier ministre et l’assassinat de Moïse. L’un des principaux suspects est un confident de longue date de Henry, et les relevés téléphoniques montrent que les deux hommes ont parlé plus d’une douzaine de fois avant l’assassinat, puis à nouveau à 4 heures du matin, quelques heures seulement après le crime brutal. Henry, cependant, a refusé de répondre aux questions sur ce qu’il savait, et quand. Au lieu de cela, il a renvoyé le procureur qui l’avait appelé à témoigner et a sapé les juges chargés de l’affaire – le quatrième juge vient d’être retiré de l’affaire après avoir dénoncé le gouvernement pour ne pas lui avoir fourni de protection et pour l’avoir “livré”, lui et sa famille, aux “assassins”.

Après plus de neuf mois au pouvoir, Henry n’a pas été en mesure de rassembler une coalition capable de diriger le pays et d’organiser de nouvelles élections. Il a refusé de céder le pouvoir ou de négocier avec ses adversaires politiques, y compris avec la coalition historique d’organisations de la société civile qui se sont rassemblées autour d’un programme commun pour ramener le pays vers une démocratie souveraine. Pendant ce temps, des groupes de civils armés, souvent soutenus par des policiers et des fonctionnaires corrompus, ont mené une campagne de terreur à travers Port-au-Prince, déplaçant des milliers de personnes et tuant des dizaines de personnes.

Les dirigeants progressistes de tout l’hémisphère ont réagi à la décision des États-Unis d’exclure Cuba, le Venezuela et le Nicaragua. L’Argentine, qui assure la présidence de la CELAC – un groupement régional qui, contrairement à l’OEA, ne comprend ni les États-Unis ni le Canada – a condamné cette décision, tout comme le Grupo de Puebla, qui se targue de compter parmi ses membres de nombreux responsables gouvernementaux actuels et anciens. La CARICOM a déclaré que ses membres envisageaient de boycotter le sommet si Cuba n’était pas invité, tout comme les présidents de la Bolivie et du Honduras. Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a été le plus virulent. “Je vais insister auprès du président Biden pour qu’aucun pays des Amériques ne soit exclu du sommet du mois prochain”, a déclaré M. Obrador début mai.

Obrador a raison de le faire, et le même principe devrait s’appliquer à Haïti. Exclure Henry du sommet n’est pas une solution, mais les dirigeants régionaux devraient avoir les yeux clairs lorsqu’ils lui serreront la main à Los Angeles en juin prochain, et feraient bien de se souvenir de leurs leçons d’histoire.

La réalité est que l’Amérique latine a une énorme dette envers Haïti, qui, après sa révolte réussie des esclaves contre les Français en 1804, a fourni protection, argent et munitions à Simón Bolívar dans sa propre lutte pour l’indépendance contre l’Espagne. Et pourtant, tout au long du vingt-et-unième siècle, l’Amérique latine a souvent servi de complice volontaire au néocolonialisme américain en Haïti. Il est grand temps que cela cesse.

De Facto Haitian Government’s Invitation to Americas Summit Reveals US Double Standards