Le Conseil de sécurité de l’ONU demande à Haïti de commencer à planifier les élections.

67
(FILES) In this file photo Designated Prime Minister Ariel Henry speaks during a ceremony at La Primature in Port-au-Prince, Haiti, on July 20, 2021. - Haiti's top prosecutor said on September 14, 2021 he was seeking charges against Prime Minister Ariel Henry for the July assassination of President Jovenel Moise. The Port-au-Prince government commissioner, the equivalent of a federal prosecutor, asked the judge investigating the killing to charge Henry with involvement in the case over alleged phone calls Henry made with one of the main suspects. (Photo by Valerie Baeriswyl / AFP) (Photo by VALERIE BAERISWYL/AFP via Getty Images)

Faisant preuve de peu de patience face à l’impasse politique actuelle en Haïti, le Conseil de sécurité des Nations Unies a clairement indiqué vendredi qu’il souhaite la tenue d’élections en Haïti avant la fin de l’année et a appelé les dirigeants politiques et civiques du pays à trouver un moyen de se mettre d’accord sur la voie à suivre.

“Seul le dialogue peut sortir Haïti de la crise politique actuelle”, a déclaré l’ambassadrice de la France auprès des Nations unies, Nathalie Broadhurst, lors de la réunion du Conseil de sécurité. “J’invite tous les acteurs politiques à construire un consensus nécessaire pour que des élections puissent être organisées d’ici la fin de l’année.”

La réunion de vendredi a eu lieu quelques jours seulement après que la France et d’autres donateurs ont accepté d’aider Haïti à reconstruire sa péninsule méridionale ravagée par le séisme, promettant 600 millions de dollars d’aide à court et à long terme, et alors que le paysage politique reste fortement polarisé, l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse en juillet n’étant toujours pas résolu.

Le gouvernement et sa principale opposition, connue sous le nom de groupe Montana, ont des visions différentes pour le pays. Le Premier ministre Ariel Henry fait pression pour l’adoption d’une nouvelle constitution et l’organisation de nouvelles élections générales avant la fin de l’année, tandis que le groupe Montana, ainsi qu’un groupe de politiciens puissants, souhaitent une transition de deux ans dirigée par leur propre Premier ministre et un collège présidentiel de cinq personnes. Les tensions accrues n’ont rien arrangé à la crise qui s’aggrave en Haïti, où il n’y a pas de président élu, le parlement ne fonctionne pas, le système judiciaire est paralysé et les gangs continuent de contrôler certaines parties du pays. Les 25 employés les mieux payés de Miami Voir qui gagne le plus dans le gouvernement de la ville de Miami LIRE LA SUITE “Il y a un vide de pouvoir à tous les niveaux, avec des structures de gouvernance qui ne contrôlent pas la situation, un système judiciaire paralysé et des organes d’application de la loi qui ne sont pas efficaces”, a déclaré le représentant de la Russie, Dmitry Polyanskiy, qui a présidé la réunion.

“Nous avons vu les efforts du gouvernement du Premier ministre Ariel Henry pour essayer de trouver un compromis entre les différentes forces de la société afin de stabiliser la situation dans le pays, et de lancer des réformes”, a-t-il ajouté. “Néanmoins, nous pensons qu’il est trop tôt pour parler de progrès ici”. La réunion de vendredi a eu lieu dans le contexte d’une évaluation en cours du mandat du Bureau intégré des Nations unies en Haïti, connu sous le nom de BINUH. Cette évaluation faisait partie d’un compromis conclu en octobre par les États-Unis et le Mexique avec la Chine, qui menaçait d’opposer son veto à la résolution du Conseil visant à prolonger le mandat du bureau politique de l’ONU. La Chine, qui n’a pas de relations diplomatiques avec Haïti, a remis en question l’importance de la présence à long terme de l’ONU en Haïti, un point que son représentant a réitéré vendredi, affirmant que “au fil des ans, le système de l’ONU a fourni à Haïti d’énormes quantités d’aide au développement, mais cela n’a pas eu l’effet désiré.” S.E. M. Dai Bing, représentant permanent adjoint de la Chine auprès des Nations unies, a appelé la Commission de consolidation de la paix des Nations unies et les voisins régionaux d’Haïti à jouer un rôle plus important dans la situation du pays, et s’est joint à l’appel lancé aux dirigeants haïtiens pour qu’ils aient un plus grand sens de l’urgence. Merci de soutenir le journalisme local Votre abonnement nous permet de fournir à nos lecteurs un journalisme de qualité et pertinent qui fait la différence. Nous pensons qu’une plateforme de partage des informations locales est essentielle pour notre communauté – et nous sommes heureux que vous le pensiez aussi. Vous avez des questions sur votre abonnement ? Nous sommes heureux de vous aider. Contactez-nous “Toutes les parties en Haïti devraient entamer un dialogue inclusif dès que possible, parvenir à un accord sur les arrangements politiques pour la période de transition et proposer un plan et un calendrier électoraux réalistes et réalisables”, a-t-il déclaré.

Dans son discours d’ouverture, Helen La Lime, représentante spéciale de l’ONU en Haïti, a déclaré aux membres que la situation dans le pays reste tendue et fortement polarisée, malgré certains signes de progrès. “Le Premier ministre Ariel Henry a continué à s’engager avec des acteurs de tout l’éventail politique pour élargir le consensus autour d’une vision unique et unifiée qui conduirait à la restauration d’institutions pleinement fonctionnelles et démocratiquement élues”, a déclaré La Lime. Bien qu’elle n’ait pas fourni de détails, La Lime a laissé entrevoir des problèmes, en déclarant que “les négociations entre les partisans de modèles de gouvernance de transition concurrents ont maintenant atteint le stade où le succès sera déterminé par leur volonté collective de faire des compromis. Les contours d’une vision commune partagée par tous dépendront en fin de compte des parties prenantes haïtiennes qui placeront l’intérêt national au-dessus de leurs propres aspirations et feront preuve de souplesse sur les points les plus fins du processus.”

https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article258543193.html