le Journal Foreign Policy : Le PM ARIEL Henry , se concentre sur des élections rapides sans réforme suffisante pour les rendre crédibles ou garantir la participation.

53

Une tempête se prépare en Haïti. Depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet, la question de savoir qui sera le prochain dirigeant du pays reste ouverte. Immédiatement après l’assassinat, le premier ministre intérimaire du pays a fait office de chef d’État de facto. Puis, moins de deux semaines plus tard, l’ambassade des États-Unis a consacré Ariel Henry, le candidat de Moïse au poste de premier ministre, en tweetant une déclaration extraordinaire d’un groupe d’ambassadeurs lui demandant de former un gouvernement. Depuis lors, Henry a une emprise fragile sur le pouvoir, qui s’affaiblit de jour en jour. Des preuves ont montré qu’il était en communication avec l’un des principaux suspects de l’assassinat de Moïse quelques heures seulement après l’attaque, ce qui suggère qu’il a joué un rôle dans le complot qui l’a porté au pouvoir. En janvier dernier, lors d’un voyage aux Gonaïves, dans le nord d’Haïti, Henry a dû être exfiltré d’une fusillade entre ses gardes de sécurité et des hommes armés. Aujourd’hui, son autorité est sur le point d’être soumise à une pression encore plus forte à partir du 7 février, date à laquelle Moïse avait annoncé la fin de son mandat.

Dans le même temps, une coalition de groupes de la société civile propose un plan pour faire avancer le pays. L’effort a commencé en mars dernier, lorsque la Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise a été formée pour diriger l’initiative. Je suis l’un de ses 13 membres. En août, la commission a élaboré un accord avec des groupes de tout le pays, notamment des syndicats, des associations professionnelles, des alliances d’agriculteurs, des organisations de défense des droits de l’homme, des groupes de la diaspora et des groupes religieux. Connu sous le nom d’Accord Montana (d’après le nom de l’hôtel de Port-au-Prince où il a été annoncé), l’accord est un plan directeur pour un gouvernement de transition de deux ans qui répondra aux besoins fondamentaux des Haïtiens, renforcera les institutions démocratiques, rétablira la légitimité et la confiance et organisera des élections libres, équitables et participatives. À la mi-janvier, la coalition s’est élargie et comprend désormais le Protocole d’Entente Nationale (PEN) modifié, une puissante alliance de sept partis politiques, dont celui du président du Sénat. Ensemble, nous travaillons à la mise en place d’un gouvernement de transition représentatif dont les membres sont désignés par une large base de la société haïtienne.

Henry a présenté son propre accord, qui ressemble beaucoup au statu quo. Il consolide le pouvoir entre les mains d’une seule personne – le premier ministre par intérim, Henry. Il se concentre sur des élections rapides sans réforme suffisante pour les rendre crédibles ou garantir la participation. La plupart de ses partisans représentent des groupes déjà alignés sur le gouvernement d’Henry, qui bénéficient de la corruption de la classe dirigeante et s’y investissent. Henry, qui n’a pas de mandat ou de circonscription, a indiqué qu’il rejetait toute tentative d’installer un gouvernement intérimaire et qu’il prévoyait plutôt d’introduire une nouvelle constitution – qui est inconstitutionnelle – et de diriger le pays directement vers des élections. S’il poursuit dans cette voie, il échouera car il n’a aucune base de soutien parmi les Haïtiens et ne reste au pouvoir que parce que la communauté internationale a continué à le soutenir.

Si des élections rapides peuvent paraître aux yeux des puissances extérieures, il est clair qu’elles ne sont pas la réponse aux problèmes d’Haïti : selon toute probabilité, elles ne mèneront qu’à des résultats non démocratiques et à une plus grande instabilité. Le parti haïtien Tèt Kale tient les leviers du pouvoir si fermement que des élections ne pourraient désormais être ni libres ni équitables. Au cours de sa dernière année au pouvoir, Moïse a démantelé la commission électorale et la Cour suprême d’Haïti, qui pourraient être appelées à trancher des questions importantes liées aux élections. La violence, quant à elle, est endémique, avec des gangs ayant des liens avec des politiciens qui contrôlent environ la moitié du territoire haïtien et entreprennent des enlèvements, des viols, des incendies criminels et des massacres. De nombreux Haïtiens ne veulent pas sortir de chez eux pour aller faire des courses ou se rendre au travail, et encore moins pour voter. Tant que les gens ne seront pas suffisamment en sécurité pour voter librement et que les institutions démocratiques ne seront pas renforcées, Haïti ne fera que passer par les gestes de la démocratie, plutôt que de mettre en place un gouvernement élu par le peuple. Pour l’instant, ce dont Haïti a le plus besoin, c’est d’un gouvernement de transition capable d’améliorer la sécurité, de répondre aux besoins humanitaires du pays et de jeter les bases de ce qui lui fait défaut depuis trois décennies : des élections véritablement libres et équitables.

UN ÉTAT SANS LEADER
Après le tremblement de terre dévastateur qui a frappé Haïti en 2010, Washington a fait pression sur le pays pour qu’il organise des élections. Michel Martelly, l’un des musiciens les plus connus d’Haïti, s’est présenté à la présidence et est arrivé en troisième position. Après avoir examiné les résultats, la communauté internationale a écarté l’un des principaux candidats et a choisi Martelly pour le second tour des élections, au cours duquel il a été déclaré vainqueur. Une fois au pouvoir, il a gouverné par l’intermédiaire d’un petit cercle corrompu et n’a pas réussi à organiser d’élections à plusieurs reprises. Afin d’échapper à son passé de dictature, la constitution adoptée par Haïti en 1987 interdit à quiconque de briguer deux mandats présidentiels consécutifs, de sorte que Martelly ne peut rester en fonction après son premier mandat. Il a donc choisi de remplacer Moïse, un homme d’affaires qui entretenait des liens étroits avec les associés de Martelly (notamment des personnalités impliquées dans le trafic de drogue) et qui avait déjà été inculpé pour blanchiment d’argent. Le premier tour de scrutin des élections présidentielles de 2015 a été entaché d’allégations de corruption et d’affirmations selon lesquelles le processus était truqué en faveur de Moïse, et les élections ont donc été reportées. Lorsque le moment est venu pour Martelly de quitter ses fonctions, il n’y avait toujours pas d’élu pour prendre sa place. Au milieu de cette crise, Martelly est parvenu à un accord politique avec le Parlement : il s’est retiré en février 2016, et le Parlement a élu le sénateur Jocelerme Privert, son propre président, pour assurer la présidence temporaire d’Haïti.

Lorsque les élections ont finalement eu lieu, plus tard en 2016, Moïse a gagné avec seulement 600 000 voix dans un pays de près de six millions d’électeurs inscrits – certainement le taux de participation le plus bas de l’histoire d’Haïti et l’un des taux de participation les plus bas enregistrés partout. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles si peu d’Haïtiens ont participé, parmi lesquelles le sentiment que les élections ne sont pas nécessairement synonymes de démocratie participative. Il y avait aussi l’opinion que peu importe ce que les Haïtiens voulaient, la communauté internationale choisirait le gagnant, tout comme elle avait semblé le faire en 2011.
Dire que Moïse était mal-aimé est un euphémisme. Lorsqu’il a augmenté le prix de l’essence en juillet 2018, les Haïtiens se sont révoltés. Les jeunes sont sortis en masse pour protester contre son règne corrompu et son incapacité à répondre aux besoins fondamentaux des Haïtiens. En manque de légitimité, Moïse s’est tourné vers des mesures extrêmes pour rester au pouvoir, donnant encore plus de pouvoir aux gangs et détruisant les institutions démocratiques. Alors qu’il tentait de prolonger son mandat en février 2021, Moïse et ses alliés ont annoncé qu’il y avait eu une tentative de coup d’État, ce qui leur a servi d’excuse pour rassembler ceux qu’il percevait comme des menaces à son pouvoir, notamment un juge de la Cour suprême. La Cour suprême s’étant défendue, Moïse l’a démembrée, créant ainsi une véritable crise constitutionnelle.

De nombreux Haïtiens ne veulent pas sortir de chez eux pour faire leurs courses ou se rendre au travail, et encore moins pour voter.

Le 5 juillet, Moïse a désigné Henry, un neurochirurgien, pour être le prochain premier ministre. Il a été largement rapporté que Henry, un agent politique qui avait changé d’alliance de parti à plusieurs reprises, était le choix du mentor de Moïse, Martelly. Selon le New York Times, Moïse avait envisagé de rompre avec ses bienfaiteurs corrompus dans les jours et les semaines précédant son assassinat. Il avait dressé une liste de politiciens et d’hommes d’affaires impliqués dans le trafic de drogue du pays et prévoyait de la remettre au gouvernement américain. Mais cette liste n’a jamais vu le jour. Le 7 juillet, un groupe de mercenaires – 26 Colombiens et deux Américains d’origine haïtienne – s’introduit dans la résidence de Moïse, lourdement gardée, à Port-au-Prince, et l’abat. Bien que plusieurs personnes, toutes liées au trafic de drogue, aient été arrêtées en Haïti et aux États-Unis, on ne sait toujours pas exactement qui a engagé les tireurs et pourquoi. Selon le New York Times, M. Henry, qui est censé diriger l’enquête de son gouvernement sur le meurtre, est resté en contact avec l’un des principaux suspects avant et après le meurtre de Moïse. Bien qu’il nie tout lien avec le meurtre, il a refusé de répondre aux questions d’un juge sur ses appels téléphoniques avec le suspect et a préféré renvoyer le juge.

Dans les mois qui ont suivi l’assassinat, le chaos n’a fait que croître. Peu après la mort de Moïse, un violent tremblement de terre a secoué la péninsule sud du pays, faisant plus de 2 000 morts et des milliers de blessés et de sans-abri. Les gangs armés, qui ont pris le contrôle d’environ la moitié du territoire haïtien, continuent de terroriser la population locale par des enlèvements, des viols, des incendies criminels et des meurtres. Dans le même temps, une vague massive de réfugiés haïtiens qui avaient migré vers le Brésil et le Chili après le tremblement de terre de 2010 se sont dirigés vers les États-Unis à l’automne 2021, dans l’espoir d’obtenir l’asile. La gestion inhumaine de la crise des migrants par l’administration Biden a conduit à deux démissions très médiatisées, dont celle de l’envoyé spécial des États-Unis pour Haïti, l’ambassadeur Daniel Foote. Aujourd’hui, il n’est pas exagéré de dire que la première république du monde dirigée par des Noirs est confrontée à l’une des crises les plus graves de ses 218 ans d’histoire.