Le « New York Times » publie une tribune explosive, Jovenel Moise était partenaire de deux trafiquants de drogue présumé Evinx Daniel et KIKO Saint-Rémy

291

Lorsque M. Moïse a été choisi par M. Martelly en 2014 pour lui succéder, ce dernier a présenté à la nation un prétendu outsider aux origines paysannes, un homme de la campagne qui s’était sorti de la pauvreté en exploitant des plantations de bananes.

Les associés de M. Martelly ont déclaré qu’il avait rencontré M. Moïse pour la première fois lors d’une conférence et qu’il avait été frappé par le sens des affaires de l’entrepreneur.

Mais cette histoire était trompeuse : M. Moïse a surtout grandi dans la capitale, plusieurs des membres initiaux du conseil d’administration de sa plantation de bananes disent qu’elle a été un échec, et M. Moïse était déjà un proche associé de M. Saint-Rémy et d’au moins un autre trafiquant de drogue présumé.

M. Moïse, 53 ans au moment de son assassinat, est né à Trou-du-Nord, une ville agricole qui a souffert de décennies de négligence de la part du gouvernement. Son père conduisait un tracteur dans une plantation de sisal voisine, mais a perdu son emploi lorsque celle-ci a fermé, selon des entretiens avec des habitants.

Lorsque M. Moïse avait 7 ans, sa mère l’a fait déménager avec ses frères et sœurs à Carrefour, un bidonville de Port-au-Prince, à la recherche d’un emploi et d’une école secondaire pour ses enfants, selon des proches. À l’université, M. Moïse a rencontré sa femme et ils ont déménagé ensemble dans sa ville natale, Port-de-Paix, dans le nord-ouest.

En 2000, M. Moïse avait rencontré Evinx Daniel et était devenu son partenaire commercial, selon des proches et des connaissances des deux hommes. M. Daniel, un ami proche de M. Martelly, sera plus tard accusé de trafic de drogue.

M. Moïse a travaillé avec M. Daniel dans l’une de ses entreprises, Mariella Food Products, qui produisait des biscuits dont l’emballage arborait une écolière à queue de cochon. Un ancien officier de police haïtien de haut rang a déclaré que la société était soupçonnée d’être une façade de blanchiment d’argent.

L’étendue de l’implication de M. Moïse dans la société n’est pas claire, mais un ancien sénateur, Jean Baptiste Bien-Aimé, se souvient que les hommes venaient à son bureau pour parler de la société il y a une dizaine d’années, et a dit que les hommes étaient souvent avec M. Saint-Rémy, le beau-frère de M. Martelly.

“Ils étaient toujours ensemble. Ils étaient des poissons écrasés dans la soupe”, a déclaré M. Bien-Aimé, utilisant un dicton local pour décrire des relations étroites.

M. Saint-Rémy a publiquement admis qu’il avait vendu de la drogue dans le passé, mais affirme que toutes ses affaires sont désormais légitimes. Les responsables des forces de l’ordre haïtiennes et les anciens agents de la D.E.A. qui ont récemment servi en Haïti affirment qu’il est toujours considéré comme l’un des plus grands trafiquants de drogue du pays.

Jacques Jean Kinan, le cousin de M. Moïse, a déclaré que lui et M. Moïse travaillaient avec M. Saint-Rémy dans l’industrie de l’anguille.

Avec son beau-frère comme président, M. Saint-Rémy exerçait une énorme influence, exigeant souvent que des licences et des contrats de choix lui soient attribués, notamment des licences d’exportation d’anguille, selon des responsables du gouvernement de M. Martelly.

Lorsque ses exigences n’étaient pas prises en compte, il pouvait devenir violent : en 2015, M. Saint-Rémy a agressé un ministre de l’Agriculture pour avoir délivré un contrat sans son consentement, une altercation rapportée à l’époque et confirmée par un ancien ministre du gouvernement.

Alors que l’emprise de M. Saint-Rémy sur le commerce de l’anguille se solidifiait, M. Moïse a décidé de se retirer du secteur et de se concentrer sur Agritrans, une plantation de bananes près de sa ville natale.

“Mon père disait que la famille Martelly avait accaparé le commerce de l’anguille et qu’il était difficile d’y entrer”, a déclaré Joverlein Moïse, le fils du président assassiné.

M. Moïse est également resté en contact avec son associé, M. Daniel, qui avait ouvert un hôtel aux Cayes, une ville côtière du sud, ont indiqué un fonctionnaire et un proche.

En 2013, M. Daniel a déclaré aux autorités qu’il avait trouvé 23 paquets de marijuana flottant en mer alors qu’il était sur son bateau et qu’il avait décidé de les ramener chez lui. M. Daniel a déclaré à l’époque que lui et M. Saint-Rémy avaient appelé la D.E.A. pour récupérer le chargement qu’il avait découvert.

Un procureur, Jean Marie Salomon, a mis en doute cette histoire, soupçonnant qu’il s’agissait d’un stratagème pour dissimuler un trafic de drogue qui aurait mal tourné après que des habitants du quartier aient découvert la cachette par hasard. Il a arrêté M. Daniel pour trafic de drogue, mais il a déclaré que le ministre de la justice de M. Martelly était personnellement intervenu et avait ordonné sa libération.

Peu de temps après, M. Martelly s’est rendu à l’hôtel de M. Daniel avec une délégation dans un geste clair de soutien, a déclaré M. Salomon. “Le message était que la justice ne compte pas”, a-t-il dit.

Quelques mois seulement après sa libération, M. Daniel a été porté disparu en 2014, sa voiture abandonnée ayant été retrouvée dans une station-service. Deux personnes – un parent de M. Daniel et un officier de police de l’époque – ont déclaré que M. Moïse était l’une des dernières personnes à l’avoir vu vivant. M. Daniel est présumé mort.

M. Salomon soupçonne les trafiquants de drogue de l’avoir tué, craignant qu’il ne dévoile leur réseau dans le cadre d’un accord de plaidoyer, et la disparition de M. Daniel reste non résolue. Deux enquêteurs ont déclaré avoir été mis sur la touche par une unité de la police fédérale contrôlée par le gouvernement de M. Martelly, qui a pris le contrôle de l’enquête et manipulé les preuves.

Interdit par la Constitution de se présenter pour deux mandats consécutifs, M. Martelly a commencé à chercher un successeur. Il voulait trouver quelqu’un qui lui tienne chaud jusqu’à ce qu’il puisse lancer une nouvelle candidature à la présidence et se protéger des allégations de corruption impliquant le détournement de milliards de dollars pendant son mandat, selon d’anciens responsables des administrations Martelly et Moïse.

Il a opté pour M. Moïse, le présentant comme un entrepreneur prospère et le surnommant “l’homme-banane” pendant la campagne.

“J’ai dit à Martelly qu’il fallait chercher le vote des paysans, quelqu’un qui leur ressemble, quelqu’un à la peau noire”, a déclaré un ancien sénateur, Jacques Sauveur Jean, ami et parfois allié politique de M. Martelly. Selon lui, les Haïtiens en avaient assez de l’élite privilégiée à la peau claire qui dirigeait le pays, comme M. Martelly, et estimaient que M. Moïse, avec sa peau noire et ses origines rurales, les représentait mieux.