Le premier ministre haïtien prévient que les inégalités entraîneront une poursuite de la migration

17
In this photo taken from video, Ariel Henry, Prime Minister of Haiti, remotely addresses the 76th session of the United Nations General Assembly in a pre-recorded message, Saturday Sept. 25, 2021 at UN headquarters. (UN Web TV via AP)

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a averti samedi la communauté internationale que les migrations mondiales se poursuivront tant qu’il y aura des inégalités.

Dans un discours vidéo prononcé devant l’Assemblée générale des Nations unies, M. Henry, qui a pris ses fonctions en juillet peu après l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, a affirmé que “les êtres humains, les pères et les mères qui ont des enfants, vont toujours fuir la pauvreté et les conflits”, selon The Associated Press.

“Nous ne souhaitons pas contester le droit d’un État souverain à contrôler les frontières d’entrée sur son territoire, ou à renvoyer dans leur pays d’origine ceux qui entrent illégalement dans un pays”, a-t-il déclaré, mais il a fait remarquer que les dirigeants mondiaux devaient s’attendre à ce que des niveaux de migration écrasants persistent.

“Les migrations se poursuivront tant que la planète comptera des zones riches, alors que la majeure partie de la population mondiale vit dans la pauvreté, voire l’extrême pauvreté, sans aucune perspective d’une vie meilleure”, a-t-il fait valoir, rapporte l’AP.

Les commentaires du premier ministre font suite à un effort de l’administration Biden pour renvoyer des milliers de migrants haïtiens de la frontière sud des États-Unis.

Le président Biden a été confronté à des réactions négatives pour sa gestion de la situation, alors que le pays d’Haïti et son peuple ont récemment été frappés par plusieurs crises qui ont causé de l’incertitude et de l’agitation.

Bien que M. Henry n’ait pas spécifiquement mentionné les États-Unis ni formulé de critiques à l’égard des politiques de l’administration, il a déclaré que les récentes images et vidéos montrant des agents de la patrouille frontalière américaine à cheval pourchassant des migrants ont “choqué de nombreuses personnes”.

Le secrétaire américain à la sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, a déclaré vendredi aux journalistes que les États-Unis avaient expulsé environ 2 000 Haïtiens qui s’étaient rassemblés sous un pont dans la ville frontalière de Del Rio, au Texas.

Les migrants ont été expulsés en vertu du titre 42, une politique que Biden a poursuivie de l’administration Trump, dans laquelle les migrants peuvent être immédiatement retirés du pays pendant la pandémie sans leur donner la possibilité de demander l’asile.

Les membres du propre parti de M. Biden ont condamné l’intensification des vols de rapatriement vers Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, en invoquant le rétablissement en cours après le tremblement de terre massif du mois dernier et l’instabilité politique à la suite de l’assassinat du président.

Mayorkas a défendu les politiques de l’administration vendredi, en faisant valoir que les expulsions étaient effectuées en raison d’un “besoin de santé publique”.

L’envoyé spécial des États-Unis pour Haïti, Daniel Foote, a démissionné en signe de protestation cette semaine en raison de la façon dont l’administration traite les migrants haïtiens. Il a également indiqué dans sa lettre de démission qu’il contestait le soutien des États-Unis à M. Henry, qui fait l’objet d’allégations sur de possibles liens avec l’assassinat du président.

Aperçu des émissions du dimanche : Pelosi annonce la date du vote sur l’infrastructure ;…
O’Rourke dénonce le traitement réservé par la Maison Blanche aux migrants haïtiens : “Il n’a pas…
Le secrétaire général du Conseil des ministres haïtien a annoncé la semaine dernière qu’il démissionnait après que le désormais ex-procureur général d’Haïti ait demandé à un juge d’engager des poursuites contre Henry en lien avec l’assassinat.

Les préoccupations découlaient d’appels téléphoniques passés à Henry peu après l’assassinat par un suspect lié au meurtre.

Henry, qui a nié ces allégations, a licencié le procureur et le ministre de la justice haïtiens la semaine dernière, selon l’AP.

https://news.yahoo.com/haitis-leader-migration-wont-end-160502085.html