LE RÉGIME VÉNÉZUÉLIEN DE NICOLAS MADURO EST BEAUCOUP PLUS LÉGITIME QUE CELUI DE JOVENEL MOÏSE, ÉCRIT GASTON BROWNE, PM D’ANTIGUA ET BARBUDA

3085

LE RÉGIME VÉNÉZUÉLIEN DE NICOLAS MADURO EST BEAUCOUP PLUS LÉGITIME QUE CELUI DE JOVENEL MOÏSE, ÉCRIT GASTON BROWNE, PREMIER MINISTRE D’ANTIGUA ET BARBUDA

Traduit en francais par JC/ RHI

Washington, 26 Février 2020, (RHI)- Dans ce papier en anglais publie en debut de semaine dans les colonnes de Carribean News Service et dont copie est parvenue à la rédaction du RHI, le Premier Ministre d’Antigua et Barbuda, Gaston Browne, a “fustigé l’attitude du Chancelier haïtien Edmond Bocchit qui, selon lui, s’est montré très critique vis-à-vis de la CARICOM (Communaute des Etats de la Caraibe) dans la crise au Vénézuela.

“Edmond Bocchit n’est pas en position pour critiquer le régime légitime de Nicolas Maduro”, a fait remarquer Gaston Browne, soulignant que “le président Jovenel Moïse et son Gouvernement dirigent actuellement par décret en dehors de la volonté du peuple haïtien”.

“Il s’agit d’un cas flagrant d’irrespect et d’indifférence de la part d’un membre actif de la Communauté Caraïbeenne”, a martelé Gaston Browne, faisant allusion aux flots de critiques du Ministre haïtien des Affaires Étrangères Edmond Bocchit.

 Edmond Bocchit toujours dans son article de presse a dit noter que lors de la 31ème inter-session de la CARICOM de cette année  organisée à Barbuda, les Chefs de Gouvernement présents se sont montrés divisé sur le dossier vénézuélien entre partisans de l’actuel président Nicolas Maduro et celui autoproclamé Juan Guaido. Ce qui a entaché, selon lui, l’image d’unité projetée depuis des décennies par la CARICOM qui regroupe pour l’instant vingt (20) pays.

 Sur ce point précis, le Chef du Gouvernement d’Antigua et Barbuda a noté que le Chancelier haïtien voulait tout simplement se justifier et recueillir des dividendes politiques pour Jovenel Moïse en s’immiscant dans les affaires internes du Vénézuela et en prenant fait et cause pour le président autoproclamé Juan Guaido.

 Si pour Edmond Bocchit, les vénézuéliens  ont droit à l’autodetermination et à la democratie en prenant fait et cause pour Juan Guaido comme “président” du Vénézuela, Gaston Browne pour sa part, dit s’accrocher  au principe de la non-ingérence, tout en priorisant une issue démocratique et pacifique de la crise vénézuélienne à travers une résolution.

 Contrairement à la CARICOM  qui a su garder une position neutre dans la crise haïtienne résultante de la prise du pouvoir de Jovenel Moïse, l’OEA (organisation des Etats-Américains) soutient le régime de Port-au-Prince en dépêchant sur place au moins deux délégations dans le cadre d’une solution à la crise.

 L’OEA dont Haïti est membre n’a surtout pas bonne presse dans le pays pour “avoir encouragé et validé l’organisation des joutes controversées de 2016 dont l’opposition a toujours contesté, a conclu le preminier ministre Bowne “.

Port-au-Prince, le 25 Février 2020 (RHI/JC) 4:00 pm

Retrouvez l’article en version anglaise en suivant le lien ci-dessous: