Le sénateur Schumer se joint à des dizaines de démocrates pour demander à l’administration Biden de mettre fin aux déportations vers Haïti et au Titre 42.

221

L’administration Biden a expulsé des milliers d’Haïtiens vers Haïti dans le cadre de sa résolution de la crise, mais des milliers d’autres ont également été autorisés à entrer dans le pays. Entre-temps, en raison des problèmes de sécurité et de l’agitation sociale dans le pays, l’administration Biden a désigné l’année dernière Haïti pour le statut de protection temporaire – permettant aux immigrants de rester dans le pays même s’ils sont ici illégalement.

“Haïti ne peut tout simplement pas accepter en toute sécurité le rapatriement de ses ressortissants, c’est pourquoi nous sommes si profondément préoccupés par les renvois et expulsions à grande échelle d’individus vers Haïti”, ont-ils fait valoir.

En soutenant que les Haïtiens ne devraient plus être expulsés vers leur pays d’origine, les législateurs ont cherché à rejeter la faute sur les États-Unis – y compris les actions de l’armée américaine il y a un siècle.

“Pour les Haïtiens en particulier, nous devons également être responsables de nos décisions politiques et des décennies d’intervention des États-Unis, y compris une occupation militaire de 1915 à 1934, qui ont contribué à la déstabilisation politique, à l’appauvrissement et à la vulnérabilité écologique d’Haïti – des forces qui obligent les Haïtiens à chercher la sécurité et le refuge en dehors de leur pays”, ont-ils affirmé.

Ils ont demandé non seulement la fin des déportations vers Haïti, mais aussi la fin du Titre 42, l’ordre de santé publique de l’ère Trump qui permet d’expulser rapidement les migrants à la frontière sud en raison de la pandémie de COVID-19.
Alors que les démocrates ont largement adopté et encouragé les restrictions liées au COVID-19, l’imposition des restrictions du Titre 42 aux immigrants illégaux a été un pas de trop pour les législateurs – même s’il est utilisé pour un pourcentage de plus en plus faible de migrants.

“Il est temps de défaire les politiques d’immigration draconiennes des États-Unis, en particulier les politiques introduites sous l’administration Trump, telles que l’utilisation du Titre 42, qui contournent nos obligations humanitaires”, ont-ils déclaré. “Outre l’arrêt des renvois vers des régions telles qu’Haïti qui sont confrontées à une grave insécurité, nous vous exhortons également à prendre des mesures pour résoudre les difficultés systémiques auxquelles les migrants noirs sont confrontés pour recevoir un traitement égal.”