“Les élections doivent être organisées le plus rapidement possible” dixit PM Ariel Henry

19

PORT-AU-PRINCE, Haïti (AP) – Aux prises avec des troubles politiques et les conséquences d’un tremblement de terre, le premier ministre haïtien a déclaré mardi qu’il prévoyait d’organiser un référendum pour modifier la constitution du pays d’ici février, et qu’il espérait organiser des élections présidentielles et législatives au début de l’année prochaine.

Dans une interview accordée à l’Associated Press à sa résidence officielle, Ariel Henry a rejeté les opposants qui l’accusent de vouloir rester au pouvoir et a déclaré que la méfiance est l’un des plus grands défis auxquels il est confronté.

Le référendum est une priorité, a déclaré M. Henry, car la constitution actuelle est rejetée par une majorité de personnalités politiques et de leaders de la société civile. Il a déclaré qu’un conseil électoral qui sera chargé de fixer les dates doit encore être nommé après qu’il ait récemment dissous le précédent conseil provisoire.

“Les élections doivent être organisées le plus rapidement possible”, a-t-il déclaré tout en déplorant le manque de confiance des Haïtiens. “Les gens ne croient pas ce qui est dit”.

Quelques heures seulement après son discours, les membres du conseil provisoire qu’Henry a dissous ont publié une déclaration indiquant qu’ils prévoient de contester les actions du premier ministre et l’ont accusé de violer la loi haïtienne, car seul un président a le pouvoir de les démettre. Le conseil a ajouté qu’il continuera à travailler à l’organisation des prochaines élections.

Après avoir été reportées à plusieurs reprises cette année, les élections présidentielles et législatives devaient se tenir le 7 novembre, en même temps que le référendum constitutionnel. Mais l’assassinat du président Jovenel Moïse à son domicile privé le 7 juillet a bouleversé ces plans.

L’un des changements constitutionnels proposés interdirait à un président de servir plus de deux mandats, bien qu’il ne précise pas si ceux-ci seraient consécutifs, comme le stipule la constitution actuelle. D’autres changements incluent le service militaire obligatoire pour les personnes âgées de 18 ans, la création d’un poste de vice-président pour remplacer celui de premier ministre et la mise en place d’une législature monocamérale pour remplacer le Sénat et la Chambre des députés actuels.

Des milliers de personnes ont manifesté dans les rues lorsque le référendum a été proposé pour la première fois, beaucoup accusant Moïse de prendre le pouvoir.

Ce dernier est toujours confronté à l’opposition au référendum, ainsi qu’aux critiques de ceux qui ne le considèrent pas comme un dirigeant légitime.

Dans le cadre d’un accord politique avec les opposants, Moïse a choisi Henry, neurochirurgien de formation, pour devenir le prochain premier ministre d’Haïti peu avant son assassinat. Mais le président a été tué avant qu’Henry ne puisse prêter serment. L’homme de 71 ans a finalement été porté au pouvoir par le premier ministre sortant, Claude Joseph, après que des diplomates étrangers appartenant au “Core Group” ont approuvé son élection, ce qui a suscité des critiques selon lesquelles il serait un pion du gouvernement américain, qui s’ingère depuis longtemps dans les affaires d’Haïti.

“C’est une marionnette”, a déclaré Monique Clesca, écrivain haïtien, militante et ancienne fonctionnaire des Nations unies. “En fin de compte, il n’a aucune légitimité ni crédibilité”.

Clesca et plusieurs leaders de la société civile haïtienne appellent à un gouvernement de transition de deux ans avec un président et un premier ministre choisis par les partis politiques et la société civile pour stabiliser le pays avant d’organiser des élections.

“Nous avons voulu une solution haïtienne”, a-t-elle déclaré. Il est temps que la communauté internationale nous dise : “Nous écoutons”, plutôt que de nous enfoncer dans la gorge quelqu’un qu’elle a mis là.”

M. Henry a déclaré qu’il a toujours été un premier ministre légitime bien qu’il n’ait pas été élu. Il considère sa position comme une mission pour superviser une renaissance de la société haïtienne.

Ce n’est pas la première fois que Henry assume un rôle d’intérimaire. En 2004, il a fait partie du Conseil des Sages qui, avec le soutien des États-Unis, a tenté de stabiliser Haïti à la suite du coup d’État qui a renversé le président Jean-Bertrand Aristide. Il a précédemment occupé le poste de ministre de la santé et brièvement celui de ministre de l’intérieur sous l’ancien président Michel Martelly.

Dans d’autres commentaires, M. Henry a critiqué la façon dont le gouvernement américain a récemment traité les migrants haïtiens le long de la frontière américano-mexicaine, où il a expulsé plus de 2 300 personnes. Il a déclaré que cette action n’était pas “appropriée”.

“Nous ne comprenons pas la façon dont nos compatriotes ont été traités”, a-t-il dit.