Les États-Unis lancent une expulsion massive de migrants haïtiens du Texas

20

Les États-Unis ont renvoyé dimanche dans leur pays les Haïtiens qui campaient dans une ville frontalière du Texas et ont tenté d’empêcher d’autres personnes de traverser la frontière avec le Mexique, dans une démonstration de force massive qui a marqué le début de ce qui pourrait être l’une des expulsions de migrants ou de réfugiés les plus rapides et les plus importantes des États-Unis depuis des décennies.

Plus de 320 migrants sont arrivés à Port-au-Prince sur trois vols, et Haïti a déclaré que six vols étaient attendus mardi. Au total, les autorités américaines ont expulsé une grande partie des quelque 12 000 migrants qui campaient autour d’un pont à Del Rio, au Texas, après avoir traversé depuis Ciudad Acuña, au Mexique.

Les États-Unis prévoient de commencer sept vols d’expulsion par jour à partir de mercredi, quatre vers Port-au-Prince et trois vers le Cap-Haïtien, selon un responsable américain qui n’était pas autorisé à en parler publiquement. Les vols continueront à partir de San Antonio mais les autorités pourraient ajouter El Paso, a précisé le fonctionnaire.

Le seul parallèle évident pour une telle expulsion sans possibilité de demander l’asile est celui de 1992, lorsque les garde-côtes ont intercepté des réfugiés haïtiens en mer, a déclaré Yael Schacher, défenseur principal des États-Unis à Refugees International, dont les études doctorales ont porté sur l’histoire de la loi américaine sur l’asile.

De même, un grand nombre de Mexicains ont été renvoyés chez eux pendant les années de pointe de l’immigration, mais par voie terrestre et de manière moins soudaine.

Les Centraméricains ont également franchi la frontière en nombre comparable sans faire l’objet d’une expulsion massive, bien que le Mexique ait accepté de les accueillir en provenance des États-Unis en vertu de l’autorité liée à la pandémie en vigueur depuis mars 2020. Le Mexique n’accepte pas les Haïtiens expulsés ou les personnes d’autres nationalités en dehors du Mexique, du Guatemala, du Honduras et du Salvador.

Lorsque la frontière a été fermée dimanche, les migrants ont d’abord trouvé d’autres moyens de traverser à proximité jusqu’à ce qu’ils soient confrontés aux forces de l’ordre fédérales et étatiques. Un journaliste de l’Associated Press a vu des immigrants haïtiens continuer à traverser la rivière vers les États-Unis à environ 2,4 kilomètres à l’est du point précédent, mais ils ont finalement été arrêtés par des agents de la Border Patrol à cheval et des représentants de la loi du Texas.

Pendant la traversée, certains Haïtiens portaient sur leur tête des boîtes remplies de nourriture. Certains ont retiré leur pantalon avant d’entrer dans la rivière et l’ont porté. D’autres ne se souciaient pas de se mouiller.

Les agents crient aux migrants qui traversent la rivière jusqu’à la taille de sortir de l’eau. Les quelques centaines de personnes qui ont réussi à traverser et qui sont assises le long de la rive du côté américain reçoivent l’ordre de rejoindre le camp de Del Rio. “Partez maintenant”, ont crié les agents. Les autorités mexicaines, dans un aéroglisseur, ont dit aux autres personnes qui essayaient de traverser de retourner au Mexique.

Charlie Jean, un migrant, était retourné à Ciudad Acuña depuis les camps pour chercher de la nourriture pour sa femme et ses trois filles, âgées de 2, 5 et 12 ans. Il attendait du côté mexicain qu’un restaurant lui apporte une commande de riz.

“Nous avons besoin de nourriture pour tous les jours. Je peux m’en passer, mais pas mes enfants”, a déclaré Jean, qui vivait au Chili depuis cinq ans avant d’entamer son périple vers le nord des États-Unis. On ignorait s’il avait réussi à retraverser le pays et à rejoindre le camp.

Le Mexique a déclaré dimanche qu’il commencerait également à expulser les Haïtiens vers leur pays d’origine. Un responsable gouvernemental a déclaré que les vols se feraient à partir de villes proches de la frontière américaine et de la frontière avec le Guatemala, où se trouve le groupe le plus important.

Les Haïtiens ont migré en grand nombre vers les États-Unis depuis l’Amérique du Sud depuis plusieurs années, beaucoup ayant quitté leur nation des Caraïbes après un tremblement de terre dévastateur en 2010. Après que les emplois se soient taris à la suite des Jeux olympiques d’été de 2016 à Rio de Janeiro, beaucoup ont fait le dangereux voyage à pied, en bus et en voiture jusqu’à la frontière américaine, notamment à travers le tristement célèbre Darien Gap, une jungle panaméenne.

Certains des migrants présents au camp de Del Rio ont déclaré que le récent tremblement de terre dévastateur en Haïti et l’assassinat du président Jovenel Moïse leur font craindre de retourner dans un pays qui semble plus instable que lorsqu’ils l’ont quitté.

“En Haïti, il n’y a pas de sécurité”, a déclaré Fabricio Jean, un Haïtien de 38 ans qui est arrivé au Texas avec sa femme et ses deux filles. “Le pays est en pleine crise politique”.

Depuis vendredi, 3 300 migrants ont déjà été évacués du camp de Del Rio vers des avions ou des centres de détention, a déclaré dimanche le chef de la Border Patrol, Raul L. Ortiz. Il s’attend à ce que 3 000 des quelque 12 600 migrants restants soient déplacés dans la journée, et espère que le reste sera parti dans la semaine.

“Nous travaillons 24 heures sur 24 pour faire sortir rapidement les migrants de la chaleur, des éléments et de ce qui se trouve sous ce pont vers nos installations de traitement afin de traiter et de renvoyer rapidement les individus des États-Unis conformément à nos lois et à nos politiques”, a déclaré M. Ortiz lors d’une conférence de presse au pont de Del Rio. Cette ville texane d’environ 35 000 habitants se trouve à environ 230 kilomètres à l’ouest de San Antonio.

Six vols étaient prévus en Haïti mardi – trois à Port-au-Prince et trois dans la ville de Cap-Haïtien, dans le nord du pays, a déclaré Jean Négot Bonheur Delva, directeur des migrations en Haïti.

Ces expulsions rapides ont été rendues possibles par une autorisation liée à une pandémie adoptée par l’ancien président Donald Trump en mars 2020, qui permet de renvoyer immédiatement les migrants du pays sans possibilité de demander l’asile. Le président Joe Biden a exempté les enfants non accompagnés de l’ordonnance mais a laissé le reste en place.

Tout Haïtien non expulsé est soumis aux lois sur l’immigration, qui incluent le droit de demander l’asile et d’autres formes de protection humanitaire. Les familles sont rapidement libérées aux États-Unis car le gouvernement ne peut généralement pas retenir les enfants.

Certaines personnes arrivant par le premier vol se couvraient la tête en entrant dans un grand bus garé à côté de l’avion. Des dizaines de personnes ont fait la queue pour recevoir une assiette de riz, de haricots, de poulet et de bananes plantains, tout en se demandant où elles allaient dormir et comment elles allaient gagner de l’argent pour faire vivre leur famille.

Tous ont reçu 100 dollars et ont subi un test de dépistage du COVID-19, bien que les autorités n’aient pas prévu de les mettre en quarantaine, a déclaré Marie-Lourde Jean-Charles de l’Office national des migrations.

Gary Monplaisir, 26 ans, a déclaré que ses parents et sa sœur vivaient à Port-au-Prince, mais qu’il n’était pas sûr de pouvoir rester avec eux car pour rejoindre leur maison, lui, sa femme et leur fille de 5 ans devaient traverser une zone contrôlée par les gangs, appelée Martissant, où les meurtres sont monnaie courante.

“J’ai peur”, a-t-il dit. “Je n’ai pas de plan.”

Il a déménagé au Chili en 2017, alors qu’il était sur le point d’obtenir un diplôme de comptabilité, pour travailler comme chauffeur de dépanneuse. Il a ensuite payé pour que sa femme et sa fille le rejoignent. Ils ont essayé de rejoindre les États-Unis parce qu’il pensait pouvoir obtenir un emploi mieux rémunéré et aider sa famille en Haïti.

“Nous sommes toujours à la recherche de meilleures opportunités”, a-t-il dit.

Certains migrants ont dit qu’ils prévoyaient de quitter à nouveau Haïti dès que possible. Valeria Ternission, 29 ans, a déclaré qu’elle et son mari voulaient repartir avec leur fils de 4 ans au Chili, où elle travaillait comme caissière dans une boulangerie.

“Je suis vraiment inquiète, surtout pour l’enfant”, a-t-elle dit. “Je ne peux rien faire ici”.

Lozano a fait un reportage à Ciudad Acuña, au Mexique, Sanon à Port-au-Prince, en Haïti, et Spagat à San Diego. Les journalistes de l’Associated Press Danica Coto à San Juan, Porto Rico, et Maria Verza à Mexico ont également contribué à ce reportage.