Les membres du Conseil électoral ont été bourlingués ,licenciés parce qu’ils “ne peuvent pas organiser les élections” dixit Ariel Henry

35

La Fédération des barreaux d’Haïti (FBH) n’entend pas désigner des avocats pour la formation des tribunaux référendaires et électoraux. Dans une lettre responsive adressée à la présidente du CEP le 21 juillet 2021, la FBH ne cache pas son opposition à l’organisation des élections avec ce Conseil électoral provisoire (CEP) illégitime et dans ce contexte sécuritaire délétère.

« Votre volonté de poursuivre et échéancier électoral paraît pour le moins surprenante, dans ce contexte de dégradation sécuritaire qui a conduit dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021 à l’assassinat du président Jovenel Moise.

Les attaques répétées contre le principe même de la séparation des pouvoirs et la neutralisation de toutes les garanties prévues pour assurer la continuité de l’État aboutissent aujourd’hui à une situation extrême », écrit la Fédération des barreaux d’Haïti, suite à une correspondance du Conseil électoral provisoire, le 15 juillet dernier.

Selon M. Desroches qui exprime rarement des désaccords avec le régime du PHTK, le CEP de Jovenel Moise n’a pas la légitimité nécessaire pour garantir l’organisation d’élections crédibles à l’abri de toute contestation.

Le mandat de M. Henry, qui a duré deux mois, a été perturbé par les questions persistantes concernant l’assassinat de M. Moise, la spirale de la violence meurtrière des gangs dans la capitale, le tremblement de terre catastrophique du mois d’août dans le sud du pays et, maintenant, la crise des migrants qui a poussé des milliers de personnes à se rendre à la frontière américaine.

Pendant ce temps, la confusion grandit quant à la date des élections en Haïti, reportées à deux reprises en raison de la pandémie de coronavirus.

La migration se poursuivra tant que les inégalités persisteront, déclare le premier ministre haïtien alors que la crise du pont de Del Rio prend fin Moise avait prévu d’organiser des élections en septembre, mais cette date a été repoussée sous la direction de Henry. Et lundi, le gouvernement haïtien a publié un décret renvoyant l’ensemble de son Conseil électoral – le groupe responsable de la conduite des élections.

“Le train a déraillé depuis un certain temps en Haïti”, a déclaré M. Henry. “Nous voulons passer le plus rapidement possible à la restauration de la démocratie par le biais d’élections”.
Henry a déclaré que les membres du Conseil électoral ont été licenciés parce qu’ils “ne peuvent pas organiser les élections”, et que le processus pour les remplacer était en cours.

“Nous avons pris la décision aujourd’hui d’arrêter ce conseil électoral et d’en former un autre, qui sera plus consensuel et qui sera accepté par toute la société”, a-t-il ajouté.

M. Henry a déclaré que les élections auraient lieu après une révision de la constitution du pays : “Nous réviserons la constitution dans les premiers mois de l’année prochaine et les élections auront lieu immédiatement après.”