les puissances occidentales ont extorqué Haïti

15

Haïti est l’un des pays les plus pauvres du monde. Mais il n’en est certainement pas arrivé là par ses propres moyens. Des années de vol colonial par les puissances occidentales ont laissé cette nation des Caraïbes appauvrie – mais en aucun cas brisée – et le pays a une longue histoire de résilience.

Le New York Times, avec l’aide de plusieurs historiens, a récemment publié une série de rapports spéciaux sur l’extorsion économique du pays par la France et d’autres nations occidentales pendant des générations. Les injustices commises à l’égard du pays sont bien documentées, mais pour beaucoup, le reportage du Times a été une lecture révélatrice. Les reporters y enquêtent sur la corruption cardinale qui finit par nuire à l’économie et à la stabilité politique d’Haïti.

Tout comme l’héritage de l’esclavage aux États-Unis a créé une disparité économique flagrante entre les Noirs et les Blancs américains, les actes flagrants de vol et de coercition financière commis par les puissances occidentales ont considérablement entravé la capacité d’Haïti à prospérer – des retombées dont nous sommes aujourd’hui témoins à travers les troubles actuels en Haïti.

Haïti est l’un des pays les plus pauvres du monde. Mais il n’en est certainement pas arrivé là par sa propre volonté. Des années de vol colonial par les puissances occidentales ont laissé la nation des Caraïbes appauvrie – mais en aucun cas brisée – et le pays a une longue histoire de résilience.

Le New York Times, avec l’aide de plusieurs historiens, a récemment publié une série de rapports spéciaux sur l’extorsion économique du pays par la France et d’autres nations occidentales pendant des générations. Les injustices commises à l’égard du pays sont bien documentées, mais pour beaucoup, le reportage du Times a été une lecture révélatrice. Les reporters y enquêtent sur la corruption cardinale qui finit par nuire à l’économie et à la stabilité politique d’Haïti.

Tout comme l’héritage de l’esclavage aux États-Unis a créé une disparité économique flagrante entre les Noirs et les Blancs américains, les actes flagrants de vol et de coercition financière par les puissances occidentales ont considérablement entravé la capacité d’Haïti à prospérer – les retombées dont nous sommes témoins aujourd’hui à travers les troubles actuels d’Haïti.

Voici cinq façons dont la France et les États-Unis ont pillé Haïti et ont affecté à jamais sa souveraineté.

La France a forcé Haïti à payer des réparations pour sa propre liberté.
En 1804, Haïti a réussi à renverser les forces françaises, qui étaient considérées comme l’une des plus fortes armées de l’époque, et a déclaré son indépendance. Cependant, la victoire d’Haïti dans la Révolution haïtienne a été rapidement écourtée lorsque la France est revenue en 1825, menaçant de réduire les Haïtiens en esclavage s’ils ne payaient pas pour la perte de “biens” de la France, c’est-à-dire le peuple haïtien. La France a exigé que les Haïtiens paient 150 millions de francs pour obtenir leur liberté. C’est ce que l’on appelle la “dette de l’indépendance”, qu’Haïti a mis 122 ans à rembourser, ce qui a été fait en 1947.

Les exigences irréalistes de la France ont imposé une “double dette” à Haïti.
Le peuple haïtien a accepté de payer à la France des réparations pour sa liberté, accumulant rapidement des dettes afin de les payer. Sans les fonds nécessaires pour payer, les Haïtiens ont dû contracter un prêt auprès des banques françaises, provoquant un dilemme de “double dette”.

Selon les estimations du Times, cette double dette a coûté à Haïti entre 21 et 115 milliards de dollars en perte de croissance économique au fil du temps.

Une banque française a siphonné des millions de dollars en frais et intérêts à Haïti.
Dans les années 1880, les paiements d’extorsion d’Haïti étaient presque remboursés et le pays était prêt à commencer à investir dans son avenir. Cependant, la nouvelle banque nationale d’Haïti appartenait à une banque française, le Crédit Industriel et Commercial (CIC).

Selon le Times, le CIC a contribué au financement de la Tour Eiffel, et l’a fait principalement aux dépens d’Haïti. Les frais et intérêts exorbitants imposés au gouvernement haïtien ont permis à la banque de gagner tellement d’argent que ses bénéfices dépassaient parfois le budget total des travaux publics d’Haïti. Cela a conduit à d’autres prêts, qui ont encore asséché le pays.

Comme le décrit le New York Times, “la Banque nationale d’Haïti, sur laquelle tant s’étaient fondés tant d’espoirs… n’avait de nationale que le nom. Loin d’être un instrument du salut d’Haïti, la banque centrale était, dès sa création, un instrument des financiers français et un moyen de maintenir une emprise étouffante sur une ancienne colonie jusqu’au siècle prochain.”