L’Ingénieur Reynold Guerrier: Un homme d’actions à la tête de l’ONI

148

Monsieur le Ministre de la Justice
Monsieur le Directeur sortant
Mesdames, Messieurs les cadres de l’ONI
Chers Invité(e)s,
Chers ami(e)s de la Presse,

Mesdames, Messieurs,

Un pays qui s’avère incapable de résoudre ses problèmes les plus fondamentaux est un pays décadent. Une société qui choisit de fermer les yeux sur ses problèmes les plus cruciaux est une société dysfonctionnelle. Une institution qui ruse avec ses principes est une institution moribonde.

Il est donc un impératif pour un pays de développer et d’assumer sa capacité d’identifier les êtres humains vivants sur l’étendue de son territoire.

L’Office Nationale de l’Identification (ONI), sous la tutelle du ministère de la Justice demeure l’institution à qui il revient d’assurer la fonction d’identification et d’authentification des citoyens. Bien que cette fonction autant que faire se peut soit assurée par l’ONI, elle s’est développée avec le temps, et sous le poids des enjeux une certaine perception négative tant au niveau de l’institution qu’aussi bien de la fonction même d’identification malgré, bien sûr, le caractère souverain que doit revêtir le développement de cette capacité au sein d’une nation.

Il nous faudra ensemble corriger cette perception et recréer la confiance tant au niveau de l’Identification qu’au niveau de l’organe chargé de l’effectuer.

Toute action au niveau national, pour les programmes sociaux, pour les interventions en cas de catastrophes naturelles, en cas de pandémies pour être efficace, évaluable et comptabilisée passe tout d’abord par la démonstration tangible du pouvoir de dénombrer, de situer, de mesurer la répartition de la population. Sans ces données de base la meilleure bonne volonté (au niveau des projets de développement ou autres) se heurtera aux questionnements, aux doutes sur la validité des résultats annoncés et sur la finalité de l’action effectuée.

La carte délivrée par l’ONI est un indicateur tangible de l’existence de ces données fondamentales devant servir de références à toute démarche à portée globale au niveau du pays.

L’une des fonctionnalités capitales et stratégiques de cette capacité d’Identification se révèlent être les joutes électorales. Il est donc naturel d’utiliser cette carte d’identification pour cet exercice démocratique où le citoyen a la capacité de choisir ses dirigeants. Cette évidence a même fait dénommer la carte d’identification carte électorale avec tous les glissements tributaires de cette association. Le caractère capital et stratégique pour les personnes ayant 18 ans accomplis et plus nous oblige à démarrer notre mission par un état des lieux indispensable pour mettre en place les jalons d’un audit indépendant et de commencer à construire une culture de transparence tellement nécessaire au citoyen pour lui redonner confiance dans les services publics.

Un état des lieux pour colliger les informations, Le development du savoir expert, l’intra cohésion, l’infra cohésion, des projets pilotes pour s’assurer de la pérennité des décisions au bénéfice de la nation toute entière.

Cela dit je me suis toujours perçu plus comme un homme d’actions que de paroles. Je tiens à conclure mes propos avec une pensée spéciale pour tous les collaborateurs de l’ONI, contractuels, employés, techniciens, cadres, qui malgré vents et marées, même en période de pandémie font fonctionner l’Institution. Je tiens à les rassurer que mon leadership collaboratif reconnaisse et compte sur leur indéfectible apport.

Je tiens à remercier le gouvernement qui nous fait confiance en nous attelant à cette lourde responsabilité à laquelle nous comptons répondre avec honneur, respect et dignité toujours dans un esprit de service public avec la conviction d’accomplir notre devoir de citoyen.
Mettons nous à l’instant même au travail car nous sommes interpellés par de grands défis.

Puisse les dieux tutélaires de la nation nous venir en aide !