L’inspecteur général de la PNH Carl Henry Boucher mérite un meilleur traitement.

69

Accusé d’avoir provoqué l’échec de l’opération de Village-de-Dieu, ou au moins quatre policiers ont été assassines brutalement par les hommes armes de Village de Dieu, l’Inspecteur General Carl Henry Boucher a été mis en isolement depuis mardi dernier.

Officiellement rien n’a encore retenu comme charge contre Carl Henry Boucher par l’inspection General de la Police Nationale d’Haïti (PNH), selon des autorités des renseignements généraux de l’institution. Or l’IG Boucher est toujours en isolement.

Déjà entendu par les renseignements généraux de la PNH, Carl Henry Boucher a été auditionné une deuxième fois, toujours on a encore rien reproché à Carl Henry Boucher mais reste toujours en isolement « Cette mesure d’isolement n’a aucun fondement. Jusqu’au moment où je vous parle, personne n’est encore en mesure de dire ce qu’on reproche à Carl Henry Boucher. C’est inédit ! », S’insurge Me David Lafortune dans une interview accordée vendredi au Nouvelliste.

Selon David Lafortune, l’arrêté sur le statut d’un officier de police est clair : « Une mesure d’isolement doit se baser sur la présomption d’une faute grave commise par le fonctionnaire. Mais si vous ne pouvez même pas dire ce que vous reprochez au policier dans le cadre de l’opération, le garder en isolement est illégal et arbitraire », a dénoncé Me Lafortune, qui défend Carl Henry Boucher dans le cadre de cette affaire.

En effet, l’Inspecteur General Carl Henry Boucher ne mérite pas ce traitement, connaissance qu’il n’a coordonné cette opération, cette démarche des hauts états-majors de la Police Nationale serait-il une reddition de compte ? Ou serait-il le bouc émissaire ? « Je veux savoir les motifs de mon interpellation. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Quel a été mon rôle dans l’opération ? Étais-je le chef de l’opération ? Avais-je des responsabilités dans le cadre de l’opération ? Je veux savoir le motif de mon isolement », avait exigé Carl Henry Boucher dans une interview.

Selon le directeur des renseignements généraux de la police, les opérations à Village-de-Dieu ont été coordonnées directement par le directeur départemental de l’Ouest, le commissaire de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID) et le responsable de la Direction centrale de la police administrative (DCPA). Rapporte le Nouvelliste. Précisant que, des changements ont été opérés à plusieurs niveaux de cette chaîne de commandement au sein de la PNH. Paul Ménard, le directeur départemental de l’Ouest, a été remplacé.

Concluons cependant que, définitivement l’IG Carl Henry Boucher serait fait piéger par ses frères d’armes et passe pour le bouc émissaire d’un acte qui mérite d’être critiquer par la société haïtienne, en exigeant des explications suivies d’arrestation de tous les coupable de l’échec de cette opération a Village de Dieu.

Wallace Elie
Communicateur Social /Journaliste.