Luis Almagro favorable au retour des Casques bleus et à une nouvelle constitution en Haïti

17

Le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, interrogé par Miami Herald, s’est dit favorable au retour des Casques bleus et d’une nouvelle constitution en Haïti. « C’est l’une des lignes d’action à envisager très sérieusement. C’est beaucoup plus difficile aujourd’hui qu’au départ de la MINUSTAH, mais cela montre seulement que la situation d’Haïti devient de plus en plus nécessaire jour après jour. Les conditions sont aujourd’hui beaucoup plus préoccupantes qu’elles ne l’étaient, et le travail sera beaucoup plus difficile et avec beaucoup plus de complications », a indiqué Luis Almagro.

« Nous sommes ouverts à d’autres propositions pour assurer la sécurité en Haïti, mais je dois dire qu’il est très difficile d’arriver maintenant assez vite avec la logistique appropriée si cela ne se fait pas par le biais de procédures et de mécanismes bien établis qui existent déjà avec les missions de maintien de la paix », a souligné le secrétaire général de l’OEA, qui a critiqué les États-Unis et d’autres pays pour avoir poussé à la fin de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti, connue sous le nom de MINUSTAH, après 15 ans. Almagro, selon le Miami Herald, a déclaré que cette décision – qui a également été soutenue par le gouvernement Moïse – « a simplement ouvert la voie à une situation comme celle que nous connaissons aujourd’hui ».

« Le retrait de la communauté internationale nous amène à un point de non-retour, ce qui me conduit à attirer l’attention sur les faits avec un sens élevé de l’urgence. La déclaration est particulièrement claire dans la description de ce point de non-retour où nous nous trouvons aujourd’hui », a déclaré M. Almagro. « L’histoire ne se déroule pas ou ne s’inverse pas de manière linéaire. L’accumulation des échecs a conduit à l’affaiblissement total des institutions de l’État et de la société civile », selon Almagro, cité par Miami Herald, soulignant, à une question sur un « changement de constitution », que M. Almagro a poussé en ce sens, malgré les critiques des universitaires sur les plans de Moïse et qu’il avait continué à faire pression pour l’organisation des élections alors qu’elles étaient impossibles.

« En Haïti, a répondu Luis Almagro, l’État a été affaibli à un point tel que l’anarchie règne et que les bandes criminelles apparaissent comme un “nouvel ordre” face à cette anarchie. Au cours du premier semestre 2022, 557 personnes sont mortes. Cela porte le taux de décès par violence à 10 personnes pour 100 000 habitants. Pour vous donner une idée de ce chiffre, celui de la Norvège est de 0,5 personne pour 100 000 habitants. Après tout ce que nous avons vu, il est clair qu’il était et qu’il est nécessaire d’avoir de nouveaux arrangements constitutionnels et institutionnels en Haïti. Soutenir une nouvelle constitution est maintenant devenu un impératif et il ne s’agit plus de Jovenel Moïse. (…) Notre “soutien” au président Jovenel Moïse consistait à soutenir un président démocratiquement élu pour qu’il achève démocratiquement son mandat, un président dont la vie était en grand danger. Lorsque nous demandions une réforme de la Constitution, c’était précisément pour dire que les présidents ne devaient pas gouverner par décret, ce qui semblait inévitable en Haïti parce qu’aucun gouvernement n’a jamais été capable de mettre en œuvre les élections parlementaires de mi-mandat ».

Virus de la violence

« Nous devons toujours nous rappeler que le président Jovenel Moïse a été victime du virus de la violence qui était sur le point de prendre le contrôle d’Haïti. Aujourd’hui, la violence est un outil entre les mains des victimes du président et d’autres personnes. Alors, que dis-je à ceux qui disent que je suis responsable du malaise d’Haïti ? Je dis que c’est un non-sens, pour les raisons expliquées ci-dessus. Mais aussi à cause d’une autre chose que j’ai mentionnée, l’existence de critiques qui ne veulent pas d’une vraie solution pour Haïti ; ceux qui ont chassé la MINUSTAH afin de laisser les gangs diriger le pays ou ceux qui profitent personnellement de l’argent qui appartient au peuple. La réalité est que nous, à l’OEA, n’avons pas les ressources financières pour faire venir des gens en Haïti, mais seulement pour réaliser des projets très spécifiques. Nous n’injections pas des centaines de millions de dollars dans le système politique haïtien. Nous n’avons jamais été en charge du développement ou de la sécurité en Haïti – ceux qui disent le contraire sont simplement mal informés. Notre déclaration ne met pas l’accent sur la culpabilité. Nous ne sommes pas des juges qui cherchent à attribuer une culpabilité. Au contraire, nous nous penchons sur les responsabilités qui nous incombent. Après avoir reconnu l’échec de la communauté internationale, dont l’OEA fait d’ailleurs partie, la déclaration développe les responsabilités que nous devons assumer maintenant et à l’avenir », a indiqué le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro.

Il n’y a pas eu de conversion

Qu’est-ce qui est à l’origine de cette conversion «Haïti» ? Almagro : quelle conversion ? Il n’y a pas eu de conversion, juste un sens des responsabilités pour faire face à une crise haïtienne continue, avec pratiquement pas d’argent du tout, en faisant de notre mieux pour stabiliser les institutions dans les pires moments. Comme nous l’avons fait avec les missions spéciales à la fin du mandat du président [Michel] Martelly ou pendant le gouvernement de transition. Nos missions reflètent la disposition constante au dialogue et ont été très pertinentes dans des moments cruciaux comme ceux que j’ai mentionnés. Il ne s’agit pas d’une conversion, mais d’un appel à l’action. D’autres actions basées sur le système des Nations unies, mais maintenant nous sentons que nous devons prendre l’initiative d’exiger des solutions en raison de la situation du pays qui s’enfonce de plus en plus dans une crise sociale, politique, économique et sécuritaire. Nous constatons que ceux qui ont la responsabilité de stabiliser le pays financièrement et économiquement, et ceux qui ont la responsabilité d’assurer la sécurité, ne font pas assez pour y parvenir, qu’il s’agisse d’acteurs externes ou internes. Il est indéniable qu’Haïti est confrontée depuis longtemps à des crises récurrentes dans ces domaines. D’innombrables efforts ont été déployés par les Haïtiens de bonne volonté et par la communauté internationale pour inverser la situation, avec plus d’échecs que de succès, mais aujourd’hui, avec le retrait de la communauté internationale, nous sommes probablement confrontés à un point de non-retour ».

RA
Publié le 2022-08-11 | lenouvelliste.com