New York Times dénonce une tentative illégale de prise de pouvoir par le président du sénat Joseph Lambert

88

Le Premier ministre du pays était lié à l’assassinat du président. Un sénateur a tenté de prendre le pouvoir. Une fusillade destinée à arrêter la prise de contrôle a paralysé le centre de la capitale, Port-au-Prince.

La séquence dramatique des événements s’est déroulée sur une seule journée, mardi. Mais la plupart des Haïtiens ont continué avec un haussement d’épaules, voyant la lutte – s’ils l’ont remarqué du tout – comme un autre chapitre des luttes intestines des élites politiques dont les machinations ont peu d’incidence sur leur vie.

“Il n’y a rien qui ait jamais bien fonctionné sous aucun président que j’ai connu”, a déclaré Luckner Augustin, un homme à tout faire de 27 ans à Port-au-Prince. “Ils ne se soucient que de se remplir les poches d’argent.”

Longtemps habituée à la tourmente, la population haïtienne a vu sa résilience poussée à la limite par une cascade de crises qui se chevauchent ces derniers mois.

Rien que depuis juillet, lorsque le président Jovenel Moïse a été abattu, ils ont été confrontés à un tremblement de terre dévastateur et à des crues éclair, des catastrophes qui ont fait plus de 2 000 morts et de nombreux autres blessés et déplacés, ajoutant au bilan que la pauvreté, la faim et la violence croissante pèsent déjà sur le pays.

Et puis mardi, un rapport de force qui mijote depuis l’assassinat de M. Moïse en juillet a éclaté au grand jour.

En dehors des quartiers aisés des collines de Port-au-Prince, peu dans le pays ont l’énergie de suivre la bousculade des factions politiques rivalisant pour combler le vide laissé par la mort de M. Moïse.

Après des siècles de négligence et de répression alternées, les Haïtiens ont appris à attendre peu de la classe politique qui prétend les représenter. Ils savent qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour survivre, ont déclaré beaucoup.

Même l’afflux d’aide étrangère, destinée à aider après les ravages causés par le tremblement de terre de 2010, semble n’avoir fait qu’aggraver l’instabilité du pays.

Le conflit pour le leadership de la nation a peut-être lieu à la porte de nombreux Haïtiens à Port-au-Prince, mais même ainsi, il peut sembler loin.

“Je ne suis pas la politique”, a déclaré Kino Saint-Lot, un vendeur de jus de 24 ans à Port-au-Prince. « Les choses sont déjà dures comme elles le sont. »

Les préoccupations quotidiennes de la plupart sont simples : trouver leur prochain repas en tête de liste, selon beaucoup. Ensuite, il y a la question d’essayer de naviguer dans les rues violentes, où l’enlèvement est un risque constant, même pour les petits enfants. L’électricité, l’approvisionnement en eau et le carburant sont sporadiques ; certaines parties de la ville ont été rendues impraticables par la guerre des gangs.

Les catastrophes cumulatives et le sentiment que les dirigeants vont et viennent, mais changent peu, ont laissé beaucoup de gens avec de faibles attentes.

« Le pays est entre les mains d’un petit groupe de personnes », a déclaré Jean Rémy Saint-Clair, un ouvrier du bâtiment de 65 ans à Port-au-Prince. « Une petite clique vit bien tandis que le reste vit dans la misère. »

Le sud rural d’Haïti a ses propres problèmes.

Les habitants y sont toujours déplacés et luttent pour se reconstruire après le tremblement de terre du mois dernier, qui a fait plus de 2 000 morts. Beaucoup ne sont que vaguement, voire pas du tout conscients des derniers rebondissements des luttes politiques internes qui ont paralysé le gouvernement.

M. Saint-Lot a dit qu’il aimerait connaître la vérité sur la mort de M. Moïse. Mais alors que l’enquête s’est effondrée dans un bourbier de rapports politisés et contradictoires, lui et d’autres ont commencé à désespérer que les personnes derrière l’assassinat ne soient jamais démasquées.

La semaine dernière, le procureur en chef d’Haïti a appelé le Premier ministre par intérim, Ariel Henry, à répondre aux questions sur le complot.

M. Henry, niant tout lien avec le crime, a ordonné lundi que le procureur, ainsi que le ministre de la Justice qui le supervisait, soient démis de leurs fonctions.

Mardi, le procureur a rendu une ordonnance interdisant à M. Henry de quitter le pays et exposant des preuves qui, selon lui, liaient M. Henry à l’assassinat : des enregistrements téléphoniques montrant que M. Henry avait eu des conversations avec l’un des principaux suspects de l’affaire. après le meurtre.

Mais on ne sait pas quelle autorité le procureur, Bed-Ford Claude, avait pour le faire, puisqu’il avait confié le contrôle de l’affaire à un juge il y a des semaines et avait été officiellement démis de ses fonctions par M. Henry un jour plus tôt.

Au milieu de la confusion politique, le chef du Sénat, Joseph Lambert, a tenté de se faire assermenter en tant que président du pays mardi soir – avant que la décision ne soit interrompue par l’éruption de coups de feu dans une foule autour du Parlement dans le centre-ville de Port-au- Prince, et par opposition de la communauté internationale, y compris des États-Unis.

Mercredi, de petites manifestations ont éclaté dans toute la ville alors que différentes factions politiques sont de nouveau descendues dans les rues. Les manifestations, qui ont perturbé la circulation, n’ont fait qu’ajouter à la frustration de nombreux Haïtiens.

“Le pays ne peut pas continuer comme ça”, a déclaré M. Saint-Clair. « Les problèmes auxquels elle est confrontée sont énormes.