New York Times , Dimitri Hérard et Charles Saint-Rémy (KIKO) sont les «Pablo Escobar Haïtiens»

15502

PORT-AU-PRINCE, Haïti – Le commandant chargé de garder la résidence du président haïtien est rapidement devenu un suspect dans l’assassinat du président Jovenel Moïse le mois dernier lorsque son équipe de sécurité s’est inexplicablement volatilisée, permettant à des tueurs à gages de pénétrer dans la résidence sans rencontrer de résistance et de tuer le président dans sa propre chambre.

Mais d’anciens et d’actuels responsables affirment que le commandant, Dimitri Hérard, était déjà suspect dans une autre affaire que la Drug Enforcement Administration des États-Unis poursuit depuis des années : la disparition de centaines, voire de milliers, de kilos de cocaïne et d’héroïne qui ont été emportés par des fonctionnaires corrompus quelques heures seulement avant que les agents des forces de l’ordre ne viennent les saisir.

Aujourd’hui, certains responsables internationaux qui participent à l’enquête sur l’assassinat du président disent qu’ils examinent si ces réseaux criminels contribuent à expliquer le meurtre. Les responsables haïtiens, y compris le premier ministre du pays, ont reconnu que l’explication officielle présentée dans les jours qui ont suivi l’assassinat – à savoir que M. Moïse a été abattu dans le cadre d’un complot élaboré visant à s’emparer d’un poste politique – ne tient pas entièrement la route et que le véritable motif du meurtre n’a pas été découvert.

Haïti est un point de transit majeur pour les drogues à destination des États-Unis, et les responsables américains et des Nations Unies affirment que le commerce prospère grâce à un ensemble de politiciens, d’hommes d’affaires et de membres des forces de l’ordre qui abusent de leur pouvoir. Aujourd’hui, des fonctionnaires actuels et anciens affirment que M. Hérard a longtemps été au centre de l’enquête sur l’une des plus grandes affaires de trafic de drogue que la D.E.A. ait jamais menée en Haïti.

“La corruption remonte jusqu’aux plus hauts niveaux”, a déclaré Keith McNichols, un ancien agent de la D.E.A. qui était en poste en Haïti et a dirigé l’enquête de l’agence sur la cargaison de drogue disparue. “La justice est insaisissable.”

L’affaire de drogue tentaculaire n’implique pas seulement M. Hérard, mais aussi des juges et le beau-frère d’un ancien président haïtien. Selon les responsables, la quantité stupéfiante de drogue emportée par les fonctionnaires illustre à quel point Haïti est devenu un narco-État, les politiciens haïtiens, les membres de l’appareil judiciaire et même les fonctionnaires américains de la D.E.A. ayant permis la corruption pendant des années.

Lorsqu’un cargo battant pavillon panaméen, le MV Manzanares, a accosté dans un port maritime privé de la capitale haïtienne en avril 2015, les autorités affirment que les dockers ont commencé à décharger ce qu’ils pensaient être des sacs remplis de sucre – jusqu’à ce que l’un d’eux se déchire, révélant les précieuses marchandises illicites qu’il contenait.

Des bagarres ont éclaté entre les dockers qui ont volé ce qu’ils pouvaient de l’énorme stock de cocaïne et d’héroïne, selon les autorités. Les agents de sécurité ont tiré en l’air pour mettre fin aux pillages, et le vacarme a alerté M. McNichols et la police anti-narcotique haïtienne du chaos qui régnait dans le port.

Mais avant qu’ils ne puissent arriver, deux Jeeps se sont approchées du quai. Des hommes en uniforme de la garde présidentielle et d’autres policiers en sont sortis et, au lieu de procéder à des arrestations, ils se sont emparés de sacs de cocaïne et d’héroïne, les jetant dans leurs véhicules avant de s’enfuir à toute vitesse, selon des témoins et des fonctionnaires.

Selon un témoin interrogé par le New York Times et selon M. McNichols, qui est arrivé environ deux heures plus tard et a commencé son enquête sur les lieux, M. Hérard, membre de la force de sécurité présidentielle à l’époque, criait des ordres à certains des gardes.

Les témoins lui ont non seulement raconté les actions de M. Hérard au port, mais aussi que la majeure partie de la cargaison illicite – pas moins de 800 kilogrammes de cocaïne et 300 kilogrammes d’héroïne – avait déjà été emportée. Un ancien fonctionnaire des Nations unies a confirmé que M. Hérard avait été repéré au port et accusé d’avoir déployé des membres de la garde présidentielle pour faire sortir la drogue du navire.

Au total, environ 120 kilogrammes de cocaïne et d’héroïne ont été récupérés au cours des 28 jours de recherches menées par l’unité anti-narcotique d’Haïti, la D.E.A. et les garde-côtes américains. Même la quantité récupérée en fait l’une des plus grandes saisies de drogue jamais enregistrées en Haïti.

La D.E.A. n’a pas voulu commenter son enquête sur le fiasco du port. Aucun des principaux suspects n’a été arrêté, et l’affaire a finalement donné lieu à une plainte d’un dénonciateur selon laquelle l’agence ne faisait pas assez pour lutter contre le trafic de drogue en Haïti.

De multiples témoins ont accusé M. Hérard de travailler avec Charles Saint-Rémy, le beau-frère de l’ancien président Michel Martelly, Bernard Mevs, dont la famille possède le terminal où le navire a accosté, et des membres de la famille Acra, qui importait le sucre que le navire transportait, pour faire entrer de la drogue en Haïti, selon un haut fonctionnaire américain actuel qui a également travaillé sur l’affaire.

Si le raid antidrogue a été révélé pour la première fois par le Miami Herald, le fait que M. Hérard et le beau-frère de l’ancien président étaient des suspects dans l’enquête n’avait pas été signalé auparavant.

M. Hérard est actuellement en détention à Haïti, en relation avec l’assassinat. La veuve du président a exigé avec colère de savoir ce qui est arrivé aux dizaines de gardes que M. Hérard commandait, et pourquoi aucun d’entre eux n’a été tué lorsque des assaillants ont pris d’assaut sa maison le 7 juillet, la blessant et abattant son mari sur le sol à côté d’elle.

M. Hérard n’a pas pu être joint pour un commentaire en détention, et son avocat a refusé de transmettre les questions à son client. Une porte-parole de la police nationale haïtienne a nié que la force soit impliquée dans le trafic de stupéfiants.

M. Saint-Rémy a répondu par texto “non, non, non” lorsqu’on lui a demandé s’il avait déjà pris part à un trafic de drogue. Un membre de la famille Acra s’est refusé à tout commentaire. Et M. Mevs a nié tout acte répréhensible ou avoir jamais rencontré M. Hérard, ajoutant qu’il ne connaissait M. Saint-Rémy que comme une connaissance.

L’avocat de M. Mevs, Joel Hirschhorn, a déclaré que la D.E.A. comptait sur des Haïtiens pauvres prêts à mentir pour soutenir une enquête biaisée.

“Il ne faut pas grand-chose pour que quelqu’un qui est désespéré pour accepter l’offre d’une vie meilleure”, a-t-il ajouté, “prenne la balle de la D.E.A. et court avec, même si elle peut être fausse.”

Mais la toile de la corruption en Haïti est encore plus profonde, affirme M. McNichols, jusqu’à la D.E.A. elle-même.

Lorsque M. McNichols et un deuxième ancien agent de la D.E.A., George Greco, sont arrivés pour la première fois en Haïti en 2014, ils ont dit avoir remarqué jusqu’à 1,2 million de dollars de dépenses irrégulières qui semblaient permettre à un haut fonctionnaire de la D.E.A. de recevoir des remboursements frauduleux.

Des témoins ont également déclaré avoir vu le haut fonctionnaire de la D.E.A. rencontrer plusieurs fois M. Saint-Rémy en privé, ce qui fait craindre que le fonctionnaire ne renseigne M. Saint-Rémy sur les opérations de la D.E.A., selon M. McNichols et une déclaration sous serment d’un agent du FBI. La D.E.A. interdit aux agents de rencontrer seuls des trafiquants de drogue présumés, afin d’éviter la corruption et la collusion.

Une porte-parole de la D.E.A. a refusé de commenter ces allégations.

M. McNichols a déclaré qu’il avait signalé les paiements et les rencontres suspects, avant d’être réprimandé par ses supérieurs au sein de la D.E.A. pour avoir insisté sur cette question.

Lui et M. Greco ont raconté les graves lacunes des efforts de lutte contre la drogue en Haïti. Chaque fois que lui et M. McNichols ont essayé d’entrer dans le port maritime, ils ont dit que les gardes les ont bloqués à l’entrée pendant environ une demi-heure, malgré leurs plaques d’immatriculation diplomatiques. Mais lorsqu’ils ont poussé la D.E.A. à faire plus pour résoudre les problèmes, ils ont dit avoir été rabroués.

“Le port est un égout à ciel ouvert”, a dit M. Greco.

Van Williams, un autre superviseur de la lutte contre les stupéfiants des Nations Unies basé en Haïti à l’époque, est d’accord.

“On accordait très peu d’importance aux docks, ce que j’ai trouvé très étrange”, a déclaré M. Williams. “La corruption en Haïti, du haut en bas de l’échelle, est si répandue”.

Source : https://www.nytimes.com/2021/08/21/world/americas/haiti-president-assassination-drugs.html?searchResultPosition=3