Non, non, et encore non! Haïti n’est pas maudit. Il est exploité.

63

LES MAUVAIS TRAITEMENTS INFLIGÉS AUX MIGRANTS HAÏTIENS À LA FRONTIÈRE DE DEL RIO SOULIGNENT LES CRISES CROISÉES QUI AFFECTENT LES HAÏTIENS, ET LA “MALCHANCE” N’Y EST POUR RIEN, AFFIRME L’HISTORIENNE MARLENE L. DAUT, PH.D.

Cette année, Haïti a subi un coup dur après l’autre. Avant qu’un tremblement de terre de magnitude 7,2 ne dévaste la péninsule sud du pays en août – et qu’une tempête tropicale ne provoque de graves inondations quelques jours plus tard – les médias ont fait état de l’assassinat, en juillet, du président de la nation, Jovenel Moïse. Les appels aux États-Unis pour qu’ils envoient de l’aide à Haïti ont abondé. Ces appels à l’aide ne sont pas nouveaux et ne reflètent pas un intérêt particulier pour “aider” les Haïtiens.

En 1915, l’administration du président américain Woodrow Wilson a utilisé la mort d’un autre président haïtien, Guillaume Vilbrun Sam, comme prétexte pour envahir le pays. Mais les États-Unis avaient déjà vu l’assassinat de trois de leurs propres présidents : Lincoln, Garfield et McKinley. La véritable raison de l’occupation est d’ordre économique. Craignant que les bouleversements au sein du gouvernement haïtien n’entraînent un défaut de paiement des prêts garantis par les États-Unis, ces derniers ordonnent aux marines de saisir des réserves d’or d’une valeur de 500 000 dollars. Les États-Unis sont restés en Haïti pendant 19 longues années, la deuxième plus longue occupation militaire de l’histoire des États-Unis après l’Afghanistan. Plus de 15 000 Haïtiens ont perdu la vie en luttant contre la prise de possession de la souveraineté haïtienne par les États-Unis. Le souvenir de cette occupation – et de celles de 1994 et 2004 – a jeté une ombre sur le passé glorieux d’Haïti, première nation à avoir aboli définitivement l’esclavage.

Des troupes étrangères sont à nouveau arrivées en Haïti en 2010 après un nouveau tremblement de terre dévastateur. Environ 250 000 personnes ont péri, la plupart près de la capitale, Port-au-Prince. Au cours de leur soi-disant “mission de stabilisation”, les casques bleus de l’ONU ont apporté une autre catastrophe sur l’île : une épidémie de choléra causée par l’élimination inadéquate des déchets. Près de 10 000 autres Haïtiens sont morts. Des centaines de milliers sont tombés malades. Alors que les Haïtiens voyaient la pauvreté, la violence et la corruption augmenter, des milliards de dollars de fonds d’aide volés ou détournés ont alimenté une industrie légendaire du capitalisme de catastrophe. Au lieu de condamner ceux qui cherchent à tirer profit d’une catastrophe, l’ancien président haïtien Michel Martelly a fièrement proclamé que le pays était “ouvert aux affaires”.

Pour tous ceux qui se demandent si le tremblement de terre qui a frappé la péninsule sud d’Haïti le 14 août de cette année signifie que le pays est “maudit”, comme l’a affirmé le spécialiste des questions religieuses Pat Robertson après le séisme de 2010, la réponse est non. Haïti est situé sur deux failles géologiques – la Septentrionale au nord et la Enriquillo-Plantain au sud – et est donc sensible aux secousses telluriques.

Mais les lignes de faille géopolitiques du pays sont également dévastatrices. Pendant deux siècles, les élites du monde entier ont sapé la souveraineté d’Haïti et appauvri son peuple. Cela a commencé en 1825, lorsque le pays a été contraint de passer un accord pour payer à la France 150 millions de francs comme prix de la liberté que les révolutionnaires haïtiens avaient déjà achetée avec leur sang versé. Comme le montre l’histoire, si les catastrophes naturelles ont été meurtrières pour Haïti, il en va de même pour les catastrophes d’origine humaine.

Les images horribles d’agents frontaliers américains à cheval pourchassant des migrants haïtiens montrent trop clairement que, lorsqu’il s’agit des Haïtiens, la politique étrangère américaine n’a jamais consisté à “aider”.

– L’HISTORIENNE MARLENE DAUT, PH.D,
Alors que les réfugiés cubains ont historiquement bénéficié d’un asile humanitaire général aux États-Unis, les Haïtiens cherchant la même aide ont été régulièrement expulsés. La semaine dernière, en vertu du titre 42 (qui autorise l’expulsion de migrants pour des raisons de santé publique), les États-Unis ont entamé le processus d’expulsion de milliers d’Haïtiens réfugiés près du Rio Grande, qui chevauche la frontière entre Del Rio, au Texas, et Ciudad Acuna, au Mexique.

Le chef des réfugiés des Nations unies a déclaré que l’expulsion des migrants haïtiens par le gouvernement américain constituait une violation potentielle du droit international, compte tenu de la situation actuelle en Haïti qui pourrait mettre leur vie en danger. Les images horribles d’agents frontaliers américains à cheval pourchassant des migrants haïtiens montrent trop clairement que, lorsqu’il s’agit des Haïtiens, la politique étrangère américaine n’a jamais consisté à “aider”.

“Nou nan male ak oganizasyon mondyal (Nous avons des problèmes avec le système mondial)”, déplore le chanteur haïtien Manno Charlemagne dans son album éponyme de 1988. Oui, Haïti a des problèmes avec le monde depuis sa révolution contre l’esclavage en 1804. Avec un assassinat suivi d’un tremblement de terre, d’inondations et d’expulsions inhumaines cette année – et avec des soldats américains qui laissent derrière eux un désastre en Afghanistan au moment même où d’autres arrivent en Haïti pour “aider” à résoudre un autre désastre -, on peut dire qu’il s’agit de “Nou nan male”.

Marlene Daut, Ph.D., est l’auteur de Tropics of Haiti : Race and the Literary History of the Haitian Revolution in the Atlantic World (2015)
Source :https://www.essence.com/news/haiti-isnt-cursed-it-is-exploited/