ONU: Le gouvernement doit mettre en œuvre une approche plus globale pour lutter contre la violence des gangs

24

Le voile de l’impunité
Entre-temps, la sécurité doit être rétablie, en particulier dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, car une augmentation significative et soudaine de la violence des gangs a provoqué le déplacement de quelque 19 000 personnes des communes de Cité-Soleil, Croix-des-Bouquets, Delmas et du quartier de Martissant à Port-au-Prince.

« Le contrôle que les gangs exercent autour des points d’entrée et de sortie stratégiques de la capitale a eu un impact négatif sur l’économie haïtienne et sur la circulation des personnes et des biens », a déclaré la fonctionnaire des Nations Unies.

Nous devons veiller à ce qu’Haïti ne devienne pas une crise oubliée – Helen La Lime, Représentante spéciale des Nations Unies

Cependant, une force de police surchargée et manquant de ressources ne peut pas endiguer la hausse de la criminalité sans être renforcée et accompagnée par des services gouvernementaux dans les quartiers appauvris.

« Le gouvernement doit mettre en œuvre une approche plus globale pour lutter contre la violence des gangs, dans le cadre de la stratégie nationale de réduction de la violence communautaire », a-t-elle déclaré.

Bien que les citoyens haïtiens aient unanimement condamné l’assassinat du Président Moïse et demandé une enquête approfondie, Mme La Lime a souligné que « les acteurs judiciaires doivent être autorisés à travailler de manière indépendante […] avec l’assurance qu’ils seront protégés pendant qu’ils entreprennent la tâche délicate d’identifier et de poursuivre les auteurs de l’assassinat ».