Où sont passés les 16,5 millions de dollar US pour les projets éducatifs récu du GPE en janvier 2019 par Mr. Agenor Cadet ?

706

À l’invitation du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), Pierre Josué Agénor Cadet, ministre de l’Éducation nationale, à la tête d’une délégation participe du 14 au 16 janvier 2019 à Washington à un atelier technique de haut niveau. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la finalisation du Plan décennal d’Education et de Formation (PDEF) et du financement de projets éducatifs en Haïti par le GPE.

Il s’agit d’une étape essentielle du partenariat entre le GPE et Haïti, qui devrait inclure un accès au financement de 16,5 millions de dollars pour soutenir des projets éducatifs.

D’autres partenaires techniques et financiers, notamment l’Union européenne, l’UNICEF, l’UNESCO et la Banque mondiale participent à ces échanges qui devraient aboutir à terme au déblocage de fonds pour Haïti dans le domaine de l’éducation et à un consensus sur les ajustements possibles pour le finalisation du document final du PDEF https://www.haitilibre.com/en/news-25804-haiti-politic-last-line-for-the-education-and-training-ten-year-plan2018-2028. html

Il sera notamment nécessaire d’identifier et d’ajuster certains éléments du plan décennal, selon les prescriptions du GPE pour l’élaboration des plans sectoriels d’éducation et les conditions d’accès au fonds de partenariat. Le processus d’assurance qualité du GPE, le modèle de financement, les commentaires et retours d’informations sur le document PDEF, l’élaboration d’une feuille de route sur les prochaines étapes de la coopération GPE-MENFP, le soutien de la Banque mondiale et du GPE à l’appui du Système d’Information de Gestion de l’Education du Ministère sont les principaux thèmes qui seront abordés durant ces 3 jours de travail.

Lundi, lors du lancement de l’atelier, Alice P. Albright, la directrice générale du GPE, a été ravie d’accueillir la délégation haïtienne. Elle a déclaré que son institution est sensible aux problèmes d’Haïti et souhaite contribuer à l’effort de développement du pays dans le domaine de l’éducation. Mais les procédures d’obtention de fonds auprès du GPE ont beaucoup changé, d’où l’importance de cette rencontre.

Rappelons que le Partenariat mondial pour l’éducation soutient plus de 65 pays en développement dans le domaine de l’éducation. Il s’agit d’un partenariat multipartite et d’une plateforme de financement visant à renforcer les systèmes éducatifs dans les pays en développement, afin d’augmenter considérablement le nombre d’enfants scolarisés engagés dans un apprentissage efficace. Il rassemble des pays en développement, des donateurs, des organisations internationales, la société civile, des organisations d’enseignants, le secteur privé et des fondations.