PANDORA-PAPERS -PETROCARIBE : Les richesses et les transactions secrètes de Laurent Lamothe et des dirigeants mondiaux sont exposées

1189

La richesse et les transactions secrètes de dirigeants, de politiciens et de milliardaires du monde entier ont été révélées dans l’une des plus importantes fuites de documents financiers.

Quelque 35 dirigeants actuels et anciens et plus de 300 fonctionnaires figurent dans les dossiers de sociétés offshore, baptisés “Pandora Papers”.

Ils révèlent que le roi de Jordanie a secrètement accumulé 70 millions de livres sterling de biens immobiliers au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Ils montrent également comment l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair et sa femme ont économisé 312 000 £ en droits de timbre lorsqu’ils ont acheté un bureau à Londres.

Le couple a acheté une société offshore qui était propriétaire de l’immeuble.

La fuite établit également un lien entre le président russe Vladimir Poutine et des actifs secrets à Monaco, et montre que le Premier ministre tchèque Andrej Babis – qui doit être élu cette semaine – n’a pas déclaré une société d’investissement offshore utilisée pour acheter deux villas dans le sud de la France pour un montant de 12 millions de livres sterling.

La fuite de dossiers sur les paradis fiscaux la plus importante de l’histoire révèle les avoirs offshore secrets de plus de 300 hommes politiques et fonctionnaires de plus de 90 pays et territoires dans les “Pandora Papers”.

Ce trésor de plus de 11,9 millions de dossiers confidentiels montre comment des présidents, des premiers ministres, des membres de la famille royale, des élus – et certains des membres de leur famille et de leurs plus proches collaborateurs – cachent leurs avoirs dans un système financier secret avec l’aide de sociétés qui créent des entreprises dans des juridictions secrètes. Découvrez les plus grands noms politiques découverts dans les données.

Avant de se lancer dans la politique, Laurent Lamothe a créé une entreprise technologique. L’entreprise, Global Voice Group, fondée en 1998, vend des produits et services informatiques aux gouvernements du monde entier.

Lamothe a rejoint le gouvernement du président haïtien, Michel Martelly, en 2011. En moins d’un an, Martelly l’a nommé ministre des affaires étrangères, puis premier ministre. En tant que premier ministre, Lamothe a plaidé en faveur des investissements étrangers en Haïti. Il a également promu une loi anti-corruption que le Parlement a adoptée en 2014. Mais plus tard cette année-là, il a démissionné au milieu de violentes manifestations liées au retard des élections et à la corruption présumée du gouvernement Martelly.

Après que le Conseil électoral provisoire d’Haïti a interdit sa candidature à la présidence en 2015, une décision que Lamothe a qualifiée de politiquement motivée, il a fondé LSL World Initiative, qui se décrit comme un groupe de réflexion axé sur le développement durable.

En 2016, une commission du Sénat haïtien a accusé Lamothe, d’autres anciens responsables gouvernementaux et des dirigeants d’entreprise d’avoir détourné environ 2 milliards de dollars de fonds publics. Lamothe a nié ces accusations. Il n’a pas fait face à des accusations criminelles.

https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/power-players/