Pourquoi tant d’hommes incompétents deviennent-ils des leaders en Haiti?

76

“Lorsqu’il s’agit de nos dirigeants, nous ne nous soucions pas autant que nous le devrions de la compétence, tant en politique qu’en affaires”, déclare le Dr Tomas Chamorro-Premuzic, psychologue et auteur de “Why So Many Incompetent Men Become Leaders” (Pourquoi tant d’hommes incompétents deviennent-ils des leaders).

“Lorsque nous choisissons un dirigeant politique ou économique, nous sommes confrontés à une responsabilité considérable, mais de manière incompréhensible, nous sélectionnons ces personnes sans tester ou vérifier si nos choix sont bons pour nous, pour notre organisation ou même pour le pays dont on leur a confié la responsabilité”, dit Chamorro-Premuzic.

“Nous prenons des décisions, ajoute Chamorro-Premuzic, mais nous manquons de données pour voir si ces leaders sont performants ou non. En conséquence, nous nous fixons beaucoup plus sur leur style et ce qu’ils semblent apporter, plutôt que sur leur capacité réelle à diriger.”

L’humilité négligée, le charisme récompensé
Tout d’abord, “nous nous concentrons trop sur la confiance et trop peu sur les compétences”, dit le Dr Tomas Chamorro-Premuzic. “Nous prenons souvent notre décision sur la base d’une interaction à court terme, telle qu’un entretien d’embauche ou un débat télévisé [en politique].”

Deuxièmement, ajoute-t-il, “nous nous concentrons beaucoup sur le charisme, et pas assez sur l’humilité”.

D’après Tomas Chamorro-Premuzic, les dirigeants disent être favorables à l’humilité, mais en fin de compte, ils préfèrent les leaders qui sont drôles et charmants, amusants et charismatiques.

Comment alors s’assurer que les leaders choisis sont de bons individus qui vont donner de bons résultats ?

Troisièmement, et c’est peut-être le plus inquiétant, Tomas Chamorro-Premuzic dit que les êtres humains adorons les leaders aux tendances narcissiques.

Quand quelqu’un semble très égocentrique et intéressé à faire avancer son propre agenda personnel – ou est vaniteux et se fait un peu d’illusions – au lieu de l’exclure, on se dit : “Wow, ce type doit être un bon leader”.

Selon les données recueillies par diverses études de personnalité, au fil des décennies et dans le monde entier, les trois descriptions mentionnées ci-dessus sont plus courantes chez les hommes que chez les femmes. “Et cela explique la prévalence des mauvais leaders et des leaders masculins”, explique le Dr Tomas Chamorro-Premuzic.

NEW YORK – Lors d’une conférence de presse consacrée à la situation actuelle dans ce pays des Caraïbes, un conseil d’experts de l’ONU a annoncé mardi que la crise institutionnelle actuelle d’Haïti pourrait être l’élément de connaissance décisif qui vous fera paraître intelligent. “Nous assistons à un déclin alarmant de la stabilité institutionnelle et de la confiance dans le système judiciaire haïtien, deux sujets que vous pourriez évoquer dans une conversation informelle ou lors d’un cocktail afin de donner l’impression que vous êtes une personne intelligente”, a déclaré le politologue de l’ONU Javier Escarra, qui a estimé que le simple fait d’utiliser l’expression “le président haïtien Ariel Henry” pour parler à un collègue, un ami ou un membre de la famille inciterait probablement ces personnes à vous respecter en raison de votre connaissance des affaires courantes. “Ce que vous dites sur la situation politique en Haïti et ses racines dans l’histoire du pays n’a même pas besoin d’être correct, en soi. Mais elle s’ajoutera à d’autres connaissances, comme la crise de la productivité au Japon et l’utilisation de l’énergie nucléaire par la France, pour donner l’impression que vous savez de quoi vous parlez. Et cela incitera vos connaissances à vous regarder et à dire : “Cette personne est compétente. Je devrais arrêter de parler et l’écouter”. Les experts ont ajouté que ces connaissances ne changeraient malheureusement pas le fait que vous êtes très, très stupide.