Rencontrez le père fondateur d’Haïti, dont la révolution noire était trop radicale pour Thomas Jefferson.

80

La foule a applaudi lorsque les législateurs locaux ont dévoilé, le 18 août, une plaque de rue indiquant que l’avenue Rogers, dans le quartier Flatbush de Brooklyn, s’appellerait désormais le boulevard Jean-Jacques Dessalines, du nom d’un esclave haïtien devenu général révolutionnaire.

Lorsque Dessalines a déclaré l’indépendance d’Haïti vis-à-vis de la France en 1804, après 13 ans de révolte d’esclaves et de guerre civile, il est devenu le premier chef d’État noir des Amériques.

Soutenant la perspective coloniale française, les dirigeants des Amériques et d’Europe ont immédiatement diabolisé Dessalines. Même aux États-Unis, pays nouvellement indépendant de la Grande-Bretagne, les journaux relatent les histoires horribles des dernières années de la Révolution haïtienne, une guerre d’indépendance qui a coûté la vie à quelque 50 000 soldats français et à plus de 100 000 Haïtiens noirs et métis.

Pendant plus de deux siècles, Dessalines est resté dans les mémoires comme une brute sans pitié.

Sans parti pris. Non partisan. Factuel.
Aujourd’hui, selon les habitants de la “Petite Haïti” de Brooklyn – les pâtés de maisons autour de l’avenue Rogers, où vivent quelque 50 000 Haïtiens-Américains – il est temps de corriger les faits. Ils espèrent que le boulevard Dessalines, nouvellement rebaptisé, permettra de redorer la réputation de ce héros haïtien.

L’opposition à Dessalines
D’autres New-Yorkais n’en sont pas si sûrs.

Le comité de sélection du conseil municipal de New York a qualifié Dessalines de “personnage historique potentiellement offensant”, faisant tacitement référence au massacre de citoyens français qui a suivi la révolution haïtienne.

Jean-Jacques Dessalines, le père fondateur d’Haïti. Livre de peintures, par Renée Stout, CC BY-NC-ND
Juste après avoir déclaré l’indépendance, au début de 1804, Dessalines a découvert que des colons français locaux complotaient pour renverser son nouveau gouvernement. Il a ordonné que tous les citoyens français restants en Haïti, à l’exception de quelques alliés français, soient tués.

Mes recherches indiquent qu’entre 1 000 et 2 000 propriétaires terriens blancs et leurs familles, marchands et Français pauvres ont été exécutés, toujours de manière très publique. Certaines estimations vont jusqu’à 5 000.

Dessalines, qui protégeait tous les Britanniques, les Américains et les autres Blancs non français vivant en Haïti, a justifié les meurtres comme une réponse aux actes de guerre de la France. Malgré l’indépendance déclarée d’Haïti, les forces impériales françaises continuent de menacer d’invasion depuis leur avant-poste militaire de Saint-Domingue, l’actuelle République dominicaine.

Pour ses détracteurs, cependant, le massacre de Dessalines équivalait à un “génocide blanc”.

Les limites de la vision de l’égalité de Jefferson
En faisant des recherches sur Dessalines pour la biographie que je suis en train d’écrire, j’ai découvert qu’il était à bien des égards taillé dans la même étoffe que Thomas Jefferson, George Washington et d’autres révolutionnaires américains.

Dessalines était un penseur des Lumières qui épousait la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. Il était prêt à utiliser une violence stratégique et sanglante pour libérer son peuple de la domination coloniale.

Mais dans son engagement en faveur de l’égalité des Noirs, il était bien plus radical que les pères fondateurs de l’Amérique, qui ont libéré les États-Unis de l’Angleterre mais ont laissé les Noirs américains enchaînés pendant neuf décennies supplémentaires.

En juin 1803, lorsque Dessalines a commencé à préparer l’indépendance, il a écrit au président Thomas Jefferson.

Comme les Américains, les Haïtiens étaient “fatigués de payer de notre sang le prix de notre allégeance aveugle à une mère patrie qui égorge ses enfants”, disait-il. Ils allaient se battre pour leur liberté.

Jefferson n’a jamais répondu.

La vision de Dessalines d’un État noir autonome – une nation fondée par des esclaves qui ont tué leurs maîtres coloniaux – inquiète le patricien propriétaire de plantations en Virginie, comme le montrent les lettres de Jefferson. Les États esclavagistes du Sud et les diplomates français et britanniques faisaient également pression sur les États-Unis pour qu’ils évitent Haïti.

Plutôt que de s’attaquer aux maux de l’oppression raciale et du colonialisme, la plupart des grands penseurs des Amériques et d’Europe ont interprété la guerre de Dessalines comme un exemple de barbarie africaine.

Haïti était dirigé par une “horde de bandits féroces” et dirigé par des “chefs barbares”, commentait un observateur britannique en 1804.

Pousser plus loin les Lumières
Cette vision raciste de Dessalines a persisté pendant deux siècles.

Aujourd’hui, l’érudition moderne rachète le père fondateur d’Haïti.

Dessalines a contesté la rhétorique universaliste de la Révolution française de 1789, lorsque des idéalistes ont renversé leur monarchie en réclamant “Liberté, Égalité, Fraternité” – liberté, égalité et fraternité.

Pourtant, les Français ont continué à utiliser la main-d’œuvre asservie pour produire du sucre, du café et d’autres cultures dans les Caraïbes. Dessalines déclare que la France a enveloppé ses colonies d’un “voile de préjugés”. Il insiste sur le fait que la véritable égalité exige aussi la liberté des Noirs.

Cette vision radicale de l’émancipation des Noirs est évidente dans la Déclaration d’indépendance d’Haïti de 1804, signée par Dessalines. En 2010, j’ai retrouvé le seul exemplaire connu de cet étonnant document fondateur, aux Archives nationales du Royaume-Uni.

La Constitution de 1805 qui a suivi a réaffirmé l’abolition de l’esclavage en Haïti, faisant de ce pays le premier État noir libre de l’hémisphère occidental.

Elle a également éliminé les distinctions raciales officielles. Selon la Constitution d’Haïti, tous les Haïtiens, quelle que soit la couleur de leur peau, seraient considérés comme noirs aux yeux de la loi. Dans la philosophie de Dessalines, la race était un concept idéologique. En obtenant la citoyenneté haïtienne, une personne devenait noire.

Sous le règne de Dessalines, la négritude devait être la source de la liberté et de l’égalité, et non de la servitude.

Le rejet d’Haïti sur la scène mondiale
La ferveur révolutionnaire de Dessalines lui vaut un isolement diplomatique international.

La France a refusé d’accepter l’indépendance d’Haïti jusqu’en 1825, lorsque le président haïtien Jean-Pierre Boyer a accepté de payer 150 millions de francs – l’équivalent de 21 milliards de dollars américains aujourd’hui – pour la perte de “biens” humains et territoriaux. Pour garantir le respect de cet accord, des navires de guerre français équipés de canons chargés menaçaient le pays depuis le port de Port-au-Prince.

Les choses vont également mal pour Haïti, nouvellement indépendante, dans son propre voisinage.

Jefferson a imposé un embargo sur Haïti, coupant le commerce avec le pays de 1806 à 1808, et les États-Unis ont refusé de reconnaître l’indépendance haïtienne jusqu’en 1862.

Dessalines a été assassiné en 1806 par des opposants au sein de son propre gouvernement.

Un héros noir moderne
La campagne internationale de diffamation a presque réussi à effacer l’héritage révolutionnaire de Dessalines.

Comme l’a affirmé un opposant au changement de nom de la rue Little Haiti, Dessalines est “obscur pour la plupart des Américains”.

Même à l’intérieur d’Haïti, Dessalines est éclipsé par le chef militaire haïtien noir Toussaint Louverture, prétendument un révolutionnaire plus modéré et plus diplomate.

Mais à mesure que les chercheurs ont révisé le récit raciste longtemps dominant sur Dessalines, l’intérêt du public pour l’abolitionniste s’est accru.

Comme l’a déclaré à Brooklyn la députée haïtienne-américaine de New York Rodneyse Bichotte, le boulevard Dessalines, qui vient d’être baptisé, “défait de manière concrète et tangible des siècles de banalisation de notre histoire”.

Source:https://theconversation.com/meet-haitis-founding-father-whose-black-revolution-was-too-radical-for-thomas-jefferson-101963