Selon CNN 200 morts en un mois : Le PM DEFACTO MENTEUR ARIEL HENRY avait promis une transition rapide du pouvoir

44

Selon un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), la recrudescence de la violence des gangs dans la capitale haïtienne a fait près de 200 morts et des milliers de personnes déplacées au cours du seul mois dernier.

Des gangs rivaux lourdement armés ont commencé à s’affronter et à s’emparer de territoires à Port-au-Prince avec une intensité nouvelle à la fin du mois d’avril, forçant plus de 16 800 personnes, dont des enfants, à abandonner leurs foyers et à se réfugier dans des logements temporaires. La flambée de violence s’est étendue à des dizaines de quartiers, avec des centaines de familles prises entre deux feux.
Selon l’OCHA, au moins 92 des 188 personnes qui auraient été tuées entre le 24 avril et le 26 mai n’étaient pas membres de gangs, 113 autres personnes ont été blessées, 12 sont portées disparues et 49 ont été enlevées pour obtenir une rançon.

Mais étant donné l’accès restreint aux districts où se déroulent les affrontements territoriaux, le bureau a averti que le nombre de personnes tuées pourrait être beaucoup plus élevé.
L’intensité et la durée de la violence ont bouleversé le pays, encore sous le choc de l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet dernier et du vide laissé par cet assassinat. Le Conseil de sécurité de l’ONU, quant à lui, se prépare à débattre de l’avenir de la présence de longue date de l’ONU en Haïti, laissant un point d’interrogation sur son mandat dans le pays.

“La violence armée a atteint des niveaux inimaginables et intolérables en Haïti”, a déclaré au début du mois Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, exhortant les autorités haïtiennes à rétablir l’État de droit et appelant la communauté internationale à redoubler d’efforts pour empêcher que la situation ne devienne “incontrôlable”.

Les autorités affirment que l’ampleur de la violence des gangs a atteint des niveaux sans précédent. Les témoignages recueillis et cités par Mme Bachelet font état de décapitations, de découpages et de brûlures de corps, ainsi que de l’assassinat de mineurs accusés d’être des informateurs pour des gangs rivaux.
Les gangs ont également violé des enfants âgés d’à peine 10 ans, une tactique utilisée pour punir les personnes vivant dans les zones contrôlées par leurs rivaux, a déclaré Mme Bachelet.
Les affrontements ont contraint 11 centres médicaux et au moins 442 écoles à fermer, certaines ayant été incendiées et cambriolées. Ils ont également bloqué les deux principales routes nationales reliant la capitale au reste du pays, limitant la circulation des personnes et des biens.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré que si la violence semblait s’être calmée au cours des derniers jours, la situation restait “hautement volatile”.
Le bureau du Premier ministre haïtien et la police haïtienne n’ont pas répondu à la demande de commentaire de CNN. Toutefois, le Premier ministre Henry a déclaré à plusieurs reprises que son gouvernement s’efforçait d’instaurer la sécurité dans le pays.

Haïti est en proie à des troubles depuis des années, mais la violence a connu une escalade dramatique depuis l’assassinat de Moïse le 7 juillet 2021.

Le meurtre de Moïse a plongé le pays dans le chaos politique, les groupes d’opposition refusant de reconnaître la nomination de l’actuel Premier ministre, Ariel Henry. Ce dernier avait promis une transition rapide du pouvoir et des élections dès sa prise de fonction le 20 juillet de l’année dernière, mais il n’a pas été en mesure de conclure un accord politique pour la transition ou un calendrier pour les élections.

Outre la situation sécuritaire et la crise politique, Haïti souffre également de niveaux d’inflation élevés et d’insécurité alimentaire. Dans le quartier de Cité Soleil, près de Port-au-Prince, un enfant sur cinq âgé de moins de 5 ans souffre de malnutrition aiguë, selon l’ONU.