Selon CNN , Dans le quartier de Cité Soleil, dix jours de violence en juillet ont fait plus de 470 morts

31

Les gangs prennent le dessus dans la guerre avec la police haïtienne.

Port-au-Prince, Haïti (CNN)Les balles ont rebondi sur le véhicule blindé, tandis que la police transportait un civil boiteux sur le trottoir – une autre victime des fusillades brutales et quotidiennes qui sévissent dans la capitale haïtienne Port-au-Prince et ses environs. Ici, à l’intérieur du territoire de Croix-des-Bouquets tenu par les gangs, l’équipe SWAT d’Haïti s’est lancée dans une fusillade qui a déjà déchiré un bus civil.

“Pouvez-vous voir d’où ça vient ?” se demandent à bout de souffle les membres du SWAT à l’intérieur du véhicule blindé. Il n’offre qu’une minuscule fenêtre sur les rues extérieures, qui semblent tantôt désertes, tantôt grouillantes de civils tentant de se mettre à l’abri.

Au cours des 72 dernières heures, la police a tué un chef du gang des 400 Mawozo et en a sauvé six otages, disent-ils. Mais le gang – l’un des dizaines qui terrorisent la capitale – n’a pas été délogé de ces rues.
“Vous voyez le signe rouge ‘SMS’ ? C’est eux”, a déclaré un officier du SWAT, indiquant la position des tireurs. Comme son équipe, il n’a pas voulu être nommé, invoquant leur sécurité. Il a indiqué une petite cabane en bas de la route, alors que des dizaines de personnes affluaient d’une ruelle dans la rue.
“Partez”, dit-il à la foule, par le biais du haut-parleur du véhicule blindé. “Vous êtes trop exposés. C’est dangereux.”

L’officier a ordonné au véhicule de se mettre dans une nouvelle position. “Quand nous arriverons sur place, ouvrez le feu sur tout ce qui bouge”, a-t-il dit. Des coups de feu nourris entre la police et les membres du gang ont suivi.
C’est une scène courante de blessures, de coups de feu et de panique dans l’un des dizaines de quartiers contrôlés par les gangs, alors que Port-au-Prince semble s’enfoncer dans une guerre totale entre la police et des groupes criminels organisés et de mieux en mieux équipés.

Et c’est une routine familière : La police pénètre dans les zones contrôlées par les gangs pour montrer son influence, et les gangs répondent par des volées de balles intenses.

Dans le quartier de Cité Soleil, dix jours de violence en juillet ont fait plus de 470 morts, blessés ou disparus, selon l’ONU, après que le gang G9 a tenté d’étendre son emprise dans le quartier, en prenant le territoire de gangs rivaux.

Des vidéos diffusées sur les médias sociaux depuis l’intérieur de la zone montrent des gangs utilisant un bulldozer recouvert de plaques d’acier pour servir d’armure et démolir des maisons, vraisemblablement celles de rivaux. D’autres maisons ont été brûlées. D’autres vidéos montrent des dizaines d’habitants fuyant la zone à pied la nuit, au plus fort des combats.

Les civils qui ont fui Cité Soleil n’ont trouvé que peu de répit, des dizaines d’entre eux recevant de la nourriture du Programme alimentaire mondial et s’abritant à l’air libre dans le parc de loisirs Hugo Chavez.
Des mouches recouvrent le sol en béton détrempé par la pluie de la scène de l’amphithéâtre sportif, où des enfants de quatre mois à peine peinent à dormir, exposés aux éléments. L’un d’eux a des contusions dues à une chute, un autre une éruption cutanée douloureuse et laide, mais ils sont vivants.

Ici, Natalie Aristel nous montre avec colère sa nouvelle maison, peu ragoûtante.
“C’est ici que je dors dans une flaque d’eau”, dit-elle en montrant l’eau. “Ils ont brûlé ma maison et ont tiré sur mon mari sept fois”, dit-elle en faisant référence aux membres du gang.
“Je n’ai même pas les moyens d’aller le voir [à l’hôpital]. Dans ce parc, même s’ils ont apporté de la nourriture, il n’y en a jamais assez pour tout le monde. Les enfants sont en train de mourir. ”
D’autres ont disparu. “J’ai quatre enfants, mais mon premier a disparu et je ne peux pas le trouver”, a déclaré une autre femme. “Nous avons été totalement abandonnés par l’État et devons payer pour pouvoir utiliser les toilettes”, ajoute une autre.
Un jeune garçon a ajouté : “Ma mère et mon père sont morts. Ma tante m’a sauvé. Je veux aller à l’école mais elle a été démolie”.
Les habitants parlent d’une tempête parfaite de calamités – et avertissent que le pays se sent de plus en plus au bord de l’effondrement sociétal.
Les habitants de ce quartier ont construit un mur sur une voie publique le mois dernier pour empêcher les gangs de kidnapper les résidents contre des rançons.
Les habitants de ce quartier ont construit un mur sur une voie publique le mois dernier afin d’empêcher les gangs d’enlever des habitants contre des rançons.

Ce qui reste du gouvernement provisoire d’urgence du pays, créé l’année dernière après l’assassinat du président Jovenel Moïse, commence à s’effriter et fait l’objet d’accusations d’inactivité. Son successeur, le Premier ministre Ariel Henry, s’est engagé à combattre l’insécurité et à organiser de nouvelles élections, mais n’a jusqu’à présent montré que peu de progrès vers ces deux objectifs.
Pendant ce temps, les analystes évaluent l’inflation dans le pays à 30 %. L’essence est rare et fait l’objet de files d’attente dans les stations-service. Les Nations unies ont prévenu que la violence des gangs pouvait exposer les plus jeunes enfants des zones de combat actif à un risque de famine imminent, car leurs parents ne peuvent pas se procurer de nourriture ou aller travailler.
Une source des forces de sécurité haïtiennes parlant à CNN a estimé que les gangs contrôlent ou influencent les trois quarts de la ville.

Frantz Elbe, directeur général de la police nationale haïtienne, rejette cette affirmation. “Ce n’est pas un problème général dans la zone métropolitaine”, a-t-il déclaré à CNN, refusant de donner un pourcentage.
Pourtant, il est indiscutable que des éléments vitaux de l’infrastructure nationale sont désormais entièrement entre les mains de criminels. Le port vital de la ville – le principal d’Haïti – est contrôlé par les gangs, qui dominent la route à l’extérieur. Il en va de même pour la principale autoroute vers le sud du pays, ce qui signifie que la partie fragile du pays qui a été frappée par un tremblement de terre l’année dernière a été effectivement coupée de la capitale. Les gangs étendent également leur contrôle dans l’est de la ville, où se trouve Croix-des-Bouquets, et dans le nord, autour de Cité Soleil, selon les observateurs.

Les enlèvements sont monnaie courante et aveugles – l’une des rares industries florissantes en Haïti. L’année dernière, dix-sept missionnaires américains et canadiens ont été enlevés après avoir visité un orphelinat à Croix-des-Bouquets, et n’ont été libérés qu’après le versement d’une rançon au gang des 400 Mawozo.
La police, souvent désarmée, fait ce qu’elle peut, explique Elbe à CNN.
“Les gangs changent leur façon de se battre. Avant, c’était avec des couteaux, maintenant c’est avec de grosses armes. La police doit être bien équipée. Avec le peu que nous avons, nous ferons ce que nous pouvons pour combattre les membres des gangs”, a-t-il déclaré.

Le défi auquel ils sont confrontés est exposé lors d’un bref contrôle effectué à Croix-des-Bouquets, où un camion a été traîné sur la route principale par les gangs, puis incendié.
La police fait venir un bulldozer militaire blindé pour pousser l’épave sur le bord de la route, qui est déjà jonchée d’autres carcasses de camions. Le conducteur du bulldozer, à qui on demande s’il travaille sous le feu, répond : “Souvent.”
La police SWAT établit un périmètre, scrutant les toits voisins. Les habitants et les véhicules dans lesquels ils se déplacent sont arrêtés et contrôlés. Un homme dit que la situation est “mauvaise, très mauvaise”, avant qu’un autre lui lance un regard sévère.
Il change soudainement de ton : “Nous ne savons rien.”
La peur est la devise de cette guerre, bien qu’il ne soit pas clair s’il craint de parler à la presse, ou à la police, ou ce que le gang pourrait apprendre qu’il a dit plus tard.
Pour fuir cette peur, cependant, il faut endurer davantage. À quelques encablures du continent se trouve l’île de La Gonave, une plaque tournante pour les trafiquants d’êtres humains.
Le rythme insouciant et l’eau bleue d’une minuscule crique de La Gonave cachent sa pauvreté. La chaleur, les ordures, la faim et le business du départ dominent ce monde.
L’un d’entre eux, un passeur qui s’est présenté sous le nom de Johnny, explique calmement comment fonctionne son activité.
Le voyage est souvent à sens unique pour le bateau, donc chaque tentative nécessite l’achat du bateau, pour un coût d’environ 10 000 dollars, dit-il. Pour couvrir ce coût, Johnny a besoin d’au moins deux cents clients, qui s’entassent dans sa coque en mauvais état.

Des lambeaux de filet semblent boucher tous les interstices de la coque, et des planches de bois détachées constitueront l’intérieur du bateau. Johnny montre où la pompe et les moteurs iront finalement.
“Si on meurt, on meurt. Si on s’en sort, on s’en sort”, a-t-il dit.
Il a ajouté qu’il espérait remplir son bateau de 250 passagers, car il le considère en “bon” état.
La destination finale est les États-Unis, Cuba et les îles Turks et Caicos étant parfois des escales accidentelles en cours de route.

Et c’est à partir de ces trois endroits que l’Organisation internationale pour les migrations a signalé une augmentation du nombre de rapatriements forcés d’Haïtiens au cours des sept premiers mois de cette année, avec 20 016 jusqu’à présent, contre 19 629 pour toute l’année 2021.
Certains Haïtiens semblent se rapprocher de la fin du voyage, puisque les garde-côtes américains ont intercepté 6 114 Haïtiens entre octobre et fin juin, soit quatre fois plus qu’entre octobre 2020 et octobre 2021. Rien que le week-end dernier, plus de 330 migrants haïtiens ont été secourus par les garde-côtes américains près des Florida Keys.

Les chiffres sont aussi stupéfiants que les risques. Les précédents voyages depuis ce bras de mer se sont terminés en tragédie. Johnny n’est pas clair sur le moment où le dernier bateau est arrivé, mais il est précis sur les pertes potentielles : Un voyage récent qu’il a organisé a entraîné la mort de 29 personnes.
“Le bateau a eu un problème de moteur”, dit-il. “L’eau est entrée dans le bateau. Nous avons appelé les secours, mais ils ont mis trop de temps. Le bateau coulait pendant que j’essayais de sauver des gens. Quand les secours sont arrivés, il était trop tard”.

Alors que CNN ne peut pas confirmer de manière indépendante le récit de Johnny, deux autres locaux qui ont déclaré avoir été impliqués dans le trafic ont décrit des détails similaires de manière indépendante. Les autorités des nations voisines des Caraïbes, les Bahamas et Turks et Caicos, ont signalé à plusieurs reprises avoir trouvé les restes de candidats à l’immigration après que des bateaux aient chaviré dans leurs eaux.
Malgré les risques, de nombreux Haïtiens cherchent toujours désespérément une issue. Les habitants de La Gonave ont déclaré à CNN qu’au moins 40 personnes souhaitant tenter le voyage en bateau étaient déjà sur l’île et que les autres suivraient depuis le continent une fois que Johnny aurait déclaré que le bateau était prêt.
L’un des passagers potentiels, un diplômé de l’université qui était autrefois enseignant, a décrit pourquoi il risquait tout pour faire ce voyage.

“J’ai travaillé comme enseignant, mais ça n’a pas marché. Maintenant, je conduis une moto tous les jours sous le soleil et la poussière. Comment pourrai-je m’occuper de ma famille quand j’en aurai une ?”.
Il dit avoir économisé l’argent d’une année pour faire le voyage, et ne pas craindre les conditions branlantes du bateau. “Je peux être mangé par un requin ou arriver en Amérique”.