Selon Insight crime : Plus de la moitié des enlèvements perpétrés l’année dernière sont attribués aux 400 Mawozo

138

Le gang haïtien des 400 Mawozo, qui a enlevé un groupe de missionnaires américains et canadiens au cours du week-end, a commencé comme de petits voleurs locaux et est devenu l’un des gangs les plus redoutés du pays qui contrôle une zone rurale à l’est de la capitale Port-au-Prince, selon des experts en sécurité.

Le groupe réclame 17 millions de dollars pour la libération de 16 Américains et d’un Canadien qui se trouvaient en Haïti dans le cadre d’une visite missionnaire, renforçant ainsi l’attention mondiale sur le problème des enlèvements dans le pays, qui s’est aggravé dans un contexte de crise économique et politique.

Selon le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme, basé à Port-au-Prince, les gangs criminels haïtiens ont enlevé au moins 119 personnes, dont les missionnaires, au cours de la seule première moitié du mois d’octobre, marquant ainsi une nette escalade par rapport au mois précédent.

Les 400 Mawozo, un nom d’autodérision qui se traduit librement par “400 idiots”, contrôlent la ville connue sous le nom de Croix-des-Bouquets où se rendait une mission de Christian Aid Ministries, basée dans l’Ohio.

En avril, le gang a enlevé un groupe de religieuses et de prêtres, dont deux citoyens français, qui ont été libérés plus tard dans le mois. Une rançon a été versée dans cette affaire, a déclaré le ministre haïtien de la Justice Liszt Quitel au Wall Street Journal.

Le groupe s’appelait à l’origine “Texas” et était composé d’une douzaine de jeunes qui braquaient des résidents et volaient des motos, a déclaré Jean Renel Senatus, un ancien sénateur haïtien qui a dirigé la commission de la justice et de la sécurité, originaire de la zone où a eu lieu l’enlèvement du week-end.

“En 2016, ils ont utilisé quelqu’un du gang pour m’appeler et dire qu’ils voulaient m’assassiner et avoir mon crâne chez eux”, a déclaré Senatus dans une interview téléphonique, ajoutant qu’il a continué à recevoir des menaces de leur part et a demandé une protection policière, mais n’a pas reçu de réponse.

“A ma connaissance, ils n’ont pas fait d’enlèvement depuis plus de deux ans. Parfois, ils demandent de l’argent pour laisser passer les camions”.

Senatus a déclaré que les gangs ont proliféré en raison de la corruption des fonctionnaires publics travaillant en connivence avec les gangs, ainsi que de l’absence de contrôle des armes à feu.

Des vidéos sur Internet sont censées montrer des membres du 400 Mawozo en train de se battre avec des armes à feu contre la police ou offrant de longs commentaires dans lesquels ils célèbrent leurs conquêtes et repoussent leurs rivaux.

Reuters n’a pas été en mesure de confirmer la véracité de ces vidéos.

Un homme qui se fait appeler Lamo Sanjou, ce qui se traduit par “la mort n’a pas de jour”, apparaît souvent dans des vidéos portant un masque de Spider-Man et tenant un fusil, entouré d’autres hommes également masqués et armés.

Dans une vidéo publiée sur YouTube, l’homme dit avoir tué un rival qu’il a identifié comme étant Karl Henry, ajoutant qu’il a ensuite pris possession de la maison de son défunt rival.

“J’ai tué Karl Henry et je suis chez lui en ce moment, assis dans son patio et c’est là que se déroule cette interview”, a-t-il déclaré, assis avec un fusil sur les genoux, au cours d’une longue conversation de trois heures.

Fin août, la presse haïtienne a rapporté le meurtre d’un homme portant le même nom alors qu’il quittait une banque de Croix-des-Bouquets.

La police haïtienne n’a pas répondu à une demande de commentaire.

La Croix-des-Bouquets constitue une base d’opérations idéale pour les enlèvements, car ses hameaux isolés servent de cachettes à long terme qui permettent de négocier des rançons pendant des semaines, a déclaré une source de sécurité haïtienne, qui a demandé à ne pas être identifiée.

En revanche, dans de nombreuses autres régions d’Amérique latine, les enlèvements ont eu tendance ces dernières années à être des opérations “express”, dans lesquelles les enlèvements sont réglés en moins d’une journée sans l’intervention des autorités.

“Il s’agit d’une zone très étendue et isolée”, a déclaré la source, ajoutant que des chauffeurs de camion ont été ciblés récemment. “Il est très difficile de les repérer car il y a beaucoup de petits villages”.

Le mandat de Moise a été caractérisé par une certaine “gangstérisation” d’Haïti. Non seulement les politiciens comme Moise ont donné du pouvoir aux gangs, mais ils ont également augmenté en nombre et en portée.

Des bidonvilles entourant le port de la capitale à Pétion-Ville, l’un des quartiers les plus huppés du pays, en passant par la vallée centrale, les gangs prolifèrent. Selon les Nations Unies, Haïti compte aujourd’hui environ 167 gangs.

Parmi eux, les 400 Mawozo. Traduit approximativement par “400 Rednecks”, ce gang est l’un des groupes criminels qui se développent le plus rapidement dans le pays, étendant son territoire du quartier de Croix-des-Bouquets, dans la banlieue de Port-au-Prince, à la frontière avec la République dominicaine. Plus de la moitié des enlèvements perpétrés l’année dernière sont attribués aux 400 Mawozo, y compris l’enlèvement des 17 missionnaires américains le 16 octobre.