Selon le Journal THE NATION : Le comportement politique criminel de Martelly et Moïse a été soutenu et même encouragé et encadré par les États-Unis la France, le Canada, l’ONU et l’OEA.

107

Il y a une raison pour laquelle Haïti est un tel désastre en ce moment – et ce depuis un certain temps. Le comportement politique criminel de Martelly et Moïse a été soutenu et même encouragé et encadré par les États-Unis et d’autres acteurs étrangers : la France, le Canada, l’ONU et l’OEA. Alors que les Haïtiens ont plongé de plus en plus dans l’extrême pauvreté et l’insécurité, les gouvernements corrompus et de plus en plus anarchiques de Martelly et Moïse ont été soutenus financièrement par trois présidents américains successifs : Obama, Trump, et maintenant Biden. Pendant le traumatisme du tremblement de terre de 2010, le secrétaire général de l’ONU de l’époque, Ban Ki Moon, a nommé Bill Clinton envoyé spécial de l’ONU pour Haïti ; Bill et Hillary Clinton, alors secrétaire d’État américaine, ont tous deux donné une crédibilité médiatique et électorale à Martelly, ce qui a préparé le terrain pour l’élection de Moïse cinq ans plus tard.

Depuis 2010, Haïti a reçu cinq fois plus d’aide internationale que tous les autres pays des Caraïbes réunis, en partie parce que le tremblement de terre a pratiquement anéanti Port-au-Prince. Mais comme Warren Everson Alarick Hull, le représentant permanent de Saint-Kitts-et-Nevis auprès de l’OEA, l’a récemment déclaré lors d’une réunion de cette organisation : “Alors que ces demandes [de financement] sont renouvelées, nous nous demandons ce qu’Haïti a fait de cette aide considérable.” Comme dans le cas du PetroCaribe d’Hugo Chavez, un programme social basé sur le pétrole à prix réduit pour Haïti (et d’autres nations des Caraïbes), très peu d’Haïtiens ont récolté les fruits de l’aide étrangère. En effet, personne ne sait vraiment où est allé tout l’argent, bien qu’une partie du vol des fonds PetroCaribe par le régime Martelly et ses cohortes ait été documentée. Il ne fait aucun doute qu’une partie de l’aide internationale est passée des poches de l’État au financement des gangs, que Jacques Léon Emile, président de l’Association haïtienne pour la mémoire et la culture, a récemment appelé “le bras armé du pouvoir politique”.

Alors que le régime de Moise a appauvri davantage le peuple haïtien et provoqué l’exode habituel de ceux qui ont les moyens de partir, les gangs ont été favorisés par toutes sortes d’avancées et d’énormes caches d’armes lourdes – censées être interdites par un embargo américain sur les armes – ainsi que des véhicules blindés de qualité militaire. Après le meurtre des policiers du Village de Dieu, les gangs se sont partagé les vêtements, les armes et les équipements de protection des hommes qu’ils venaient de tuer.

Cependant, lire la page d’accueil du Département d’État de l’administration Biden sur les relations entre Haïti et les États-Unis, c’est faire une rencontre orwellienne avec l’irréel absolu. Plus les gouvernements Martelly et Moise ont échoué, plus les États-Unis sont devenus généreux. La page énumère tout l’argent donné à la suite du tremblement de terre, puis poursuit en disant que malgré tout, Haïti échoue. Voici une citation typique : “En réponse à la détérioration de la situation humanitaire en Haïti et aux demandes d’aide internationale du gouvernement haïtien et des partenaires des Nations unies, l’ambassadeur des États-Unis en Haïti a déclaré une catastrophe en raison de l’urgence complexe en Haïti. En réponse, l’Office of US Foreign Disaster Assistance de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) fournit un million de dollars par l’intermédiaire du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies pour soutenir le transport de produits humanitaires et de personnel pour les efforts de secours immédiats.” Traduit en ce que les Haïtiens comprennent que cela signifie : Pendant que les politiciens et leurs larbins volent l’aide internationale destinée à la population haïtienne et laissent tomber le pays à chaque instant, l’USAID paie la note pour le vol et l’échec, en envoyant juste assez pour empêcher les Haïtiens de se révolter de manière explosive.

Cinq jours après les tueries de Village de Dieu, l’ambassade des États-Unis en Haïti a organisé une réunion virtuelle avec des représentants du secteur privé d’Haïti et de la République dominicaine (la RD avait précédemment annoncé son intention de construire un mur de 234 miles le long de la frontière haïtienne, à la Trump). Après la réunion, l’ambassade a annoncé une initiative de coopération frontalière. “Au milieu des défis des deux dernières années, lit-on dans la déclaration, ce dialogue continu s’est avéré un mécanisme utile pour entreprendre des discussions collaboratives et réaliser des accomplissements tangibles. Les participants se sont engagés à nouveau sur un ensemble de priorités ciblées pour améliorer le climat des affaires, formaliser le commerce, promouvoir l’état de droit et stimuler le développement le long de la frontière entre la République dominicaine et Haïti.” N’oubliez pas qu’il s’agit d’un pays où vous ne pouvez pas sortir sans craindre d’être kidnappé, et où la police est paralysée ou de connivence avec les gangs.

Peu après avoir lu la déclaration de l’ambassade, j’ai regardé une vidéo haïtienne montrant ce qui s’est passé lorsque les Dominicains ont finalement ouvert l’un des points de passage le lendemain du massacre. Au premier plan, on voit une ligne ordonnée d’Haïtiens qui attendaient sans doute patiemment de franchir une frontière fermée, et juste derrière eux, dans la rue, un flot fou de personnes à pied, à moto, dans des camions, certaines portant des marchandises sur la tête, se précipitant pour passer, courant, tandis que le narrateur, avec son téléphone, dit : “Ils ont ouvert la porte. Ils ont ouvert le portail. Entre Haïti et la République dominicaine. La République dominicaine a ouvert la porte. Ils vont bientôt la fermer. Ils vont la fermer dans une minute. Et vous n’avez pas besoin de visa. Vous n’avez pas besoin de passeport.” Quelques coups de feu épars retentissent, sans explication.

“[La politique d’Haïti] est quelque chose que nous examinons très activement”, a déclaré le secrétaire d’État Antony Blinken lors d’une récente audition de la commission des affaires étrangères présidée par le représentant Gregory Meeks, qui a donné un réel aperçu des excès du régime et de la situation haïtienne actuelle. “Je partage votre préoccupation concernant certaines des actions autoritaires et antidémocratiques que nous avons vues”, a déclaré Blinken. (Il est peut-être difficile pour Biden, un président élu dont le scrutin libre et équitable a été grossièrement et malhonnêtement contesté par un usurpateur sans scrupules, de dire à un président dont l’élection et l’administration sont remises en question pour de vraies et bonnes raisons qu’il doit partir. Mais si Biden pouvait seulement voir l’élection de Moïse pour la farce qu’elle a été, avec un faible taux de participation et des chiffres truqués approuvés par l’OEA, peut-être Biden pourrait-il surmonter sa répugnance à abandonner ce président.

Jusqu’à présent, cependant, il ne semble pas qu’il aille dans cette direction. Voici sa secrétaire adjointe aux affaires de l’hémisphère occidental, Julie Chung, sur Twitter : “Nous exhortons @moisejovenal à entamer un dialogue avec les parties prenantes, à mettre fin à la paralysie politique et à organiser des élections libres et équitables en 2021.” Tout Haïti en rit, y compris sûrement le président Moïse. “Ces gens sont incroyables, m’a dit un ami haïtien…”.

Il est triste de constater que plus de deux siècles après que le peuple asservi d’Haïti ait mené une révolution réussie contre l’armée de Napoléon et obtenu son indépendance de la France, le pays a besoin d’un soutien extérieur pour l’aider à se libérer de ses propres dirigeants. Mais à l’heure actuelle, il a désespérément besoin de ce soutien. Il a surtout besoin que les États-Unis cessent d’encourager et de soutenir des régimes qui favorisent la corruption et le chaos et conduisent au mieux à une dictature violente et oppressive – ou, pire encore, qui perpétuent le chaos corrompu actuel qui rend la vie ordinaire impossible. Voici le message que Washington envoie à Moïse : Seules certaines vies noires comptent.

En ce moment, tout Haïti a été kidnappé par une petite cabale de dirigeants sanguinaires, assoiffés d’argent et immoraux de toutes sortes : politiciens, officiers de justice, hommes d’affaires et chefs de gang. Le pays est pris en otage. Comme le disait un récent tweet en kreyol, “Le problème que vous essayez de résoudre dans le Village de Dieu, sa solution se trouve dans le palais présidentiel.” Tant que Moïse et sa cohorte ne seront pas partis, Haïti ne pourra pas avancer. Si le département d’État ne le sait pas, c’est qu’il n’écoute pas. “Abandonné par l’État”, défile le texte sous une vidéo commémorant la perte des policiers. Cela aurait tout aussi bien pu dire “abandonné par l’Amérique”.

https://www.thenation.com/article/world/jovenel-moise-haiti-police/