Selon le New York Times, la France a collaboré avec les États-Unis pour destituer M. Aristide après que celui-ci ait confronté la France pour les 21 milliards de la dette de l’indépendance

265

Les États-Unis ont fait grand cas du soulèvement des esclaves haïtiens qui ont arraché leur liberté à la France en 1791. Haïti a été fondé en tant que nation indépendante en 1804, suscitant une telle crainte dans le cœur des esclavagistes américains que les États-Unis n’ont pas reconnu officiellement Haïti avant 1862, après le début de la guerre civile.

Ce qui s’est passé ensuite est moins bien connu aux États-Unis aujourd’hui. Deux décennies après la déclaration d’indépendance, les Français ont forcé les Haïtiens anciennement réduits en esclavage à payer des réparations aux personnes qui les avaient réduits en esclavage.

Des journalistes du New York Times ont suivi chaque paiement effectué par Haïti au cours des 64 années qui ont suivi et ont calculé que la nation a payé environ 560 millions de dollars en dollars d’aujourd’hui pour satisfaire cette rançon et les emprunts qu’elle a dû contracter pour la payer.

Pendant des générations, les revenus d’Haïti ont servi au service de sa “double dette”, privant son peuple d’écoles, d’hôpitaux et d’infrastructures de base et enfonçant le pays dans un cycle de dette, de pauvreté et de sous-développement qui perdure aujourd’hui.

Si cet argent était resté dans l’économie haïtienne au cours des 200 dernières années, comme l’explique le Times dans The Ransom et la bibliographie qui l’accompagne, il aurait ajouté au moins 21 milliards de dollars au fil du temps.

Et il s’agit là d’une estimation prudente. Une modélisation basée sur le taux de croissance des voisins latino-américains d’Haïti suggère que les paiements détournés vers la France ont coûté à Haïti jusqu’à 115 milliards de dollars. Si Haïti n’avait pas été contraint de payer les personnes qui avaient réduit ses citoyens en esclavage, rapporte le Times, son revenu par habitant en 2018 aurait pu être presque six fois plus important.

S’appuyant sur plus d’un siècle de recherches menées par des historiens, des économistes et d’autres personnes, le Times a également établi de nouveaux liens sur la façon dont la richesse volée à Haïti a été utilisée pour alimenter le système bancaire français naissant – et pour construire la Tour Eiffel.

La banque qui s’est le plus enrichie grâce au prêt qu’Haïti a été contraint de contracter en 1875 est le Crédit Industriel et Commercial, qui a prélevé des millions de dollars de frais et d’intérêts sur le trésor d’Haïti à une époque où il contribuait à financer le monument emblématique de la liberté à Paris. Les “cadres et investisseurs du C.I.C. ont fait tellement d’argent sur le dos d’Haïti que leurs profits dépassaient parfois le budget total des travaux publics d’Haïti”, rapporte le Times.

Le directeur du Crédit Mutuel, un conglomérat financier européen qui a acheté la C.I.C. en 1998, a déclaré au Times, quelques jours après la publication de “The Ransom”, qu’il financerait une équipe chargée d’enquêter et de révéler toute l’histoire de la banque. “C’est une très triste illustration de la signification de la colonisation et de la colonisation financière”, a déclaré Nicolas Théry.

Le Times a également rapporté que, bien que les paiements étaient censés aller aux propriétaires individuels et à leurs descendants, le gouvernement français a pris 8,5 millions de dollars en monnaie d’aujourd’hui à Haïti.

Les banques américaines ont également extrait de grandes richesses d’Haïti. Après que la National City Bank, prédécesseur de Citigroup, et d’autres banques de Wall Street aient fait pression pour que les États-Unis prennent le contrôle d’Haïti, ces derniers ont envahi le pays en 1915, ont pris le contrôle de la banque nationale et, comme l’a écrit le Times, “ont installé un gouvernement fantoche, dissous le parlement sous la menace d’une arme, instauré la ségrégation, forcé les Haïtiens à construire des routes sans être payés, tué des manifestants et réécrit la Constitution de la nation, permettant aux étrangers de posséder des biens pour la première fois depuis l’indépendance”.

L’occupation militaire de 19 ans – l’une des plus longues de l’histoire des États-Unis – a été justifiée par le secrétaire d’État Robert Lansing comme une mission civilisatrice visant à mettre fin à “l’anarchie, la sauvagerie et l’oppression” en Haïti. Les États-Unis devaient prendre en charge cette nation appauvrie parce que, comme l’a écrit M. Lansing, “la race africaine est dépourvue de toute capacité d’organisation politique.”

Pendant plus de 30 ans, même après le départ des troupes américaines, les agents financiers américains ont transféré les revenus d’Haïti dans les banques de New York, tandis que les agriculteurs haïtiens mouraient presque de faim.

Un quart du revenu total d’Haïti a été consacré au paiement des dettes contrôlées par la National City Bank et sa filiale au cours d’une décennie”, a constaté le Times – “près de cinq fois le montant dépensé pour les écoles gérées par le gouvernement en Haïti pendant cette période”. Il poursuit :

Et certaines années, les officiers américains qui contrôlaient les finances d’Haïti ont dépensé plus d’argent pour leurs propres salaires et dépenses que pour la santé publique de la nation entière, qui compte environ deux millions d’habitants.

Une autre révélation du rapport du Times concerne l’histoire plus récente – la destitution du premier président démocratiquement élu d’Haïti en 2004.

Jean-Bertrand Aristide a publiquement demandé des réparations à la France en 2003, à l’occasion du 200e anniversaire de la mort de Toussaint Louverture, un leader de la révolution haïtienne qui est mort dans une prison française sans procès après avoir été capturé par les forces de Napoléon. Et il a déclaré que la France devait précisément 21 685 135 571,48 dollars à Haïti, ce qui correspond en fait de près à la fourchette basse de l’estimation du Times concernant les pertes subies par l’économie haïtienne.

Les paiements forcés d’Haïti aux esclavagistes ont coûté 21 milliards de dollars à l’économie, selon le New York Times.

Selon le Times, la France a collaboré avec les États-Unis pour destituer M. Aristide après que celui-ci ait confronté la France à la vérité de son histoire :

La France et les États-Unis ont longtemps affirmé que l’appel à la restitution lancé par M. Aristide n’avait rien à voir avec son éviction, qu’il avait pris un tournant autocratique, perdu le contrôle du pays et avait été contraint à l’exil pour éviter qu’Haïti, déjà en proie à l’agitation, ne sombre dans le chaos. Mais l’ambassadeur de France en Haïti à l’époque, Thierry Burkard, a déclaré dans une interview que la France et les États-Unis avaient effectivement orchestré “un coup d’État” contre M. Aristide, et que sa brusque destitution était “probablement un peu liée” à sa demande de réparations de la part de la France également.

Un ancien ambassadeur français en Haïti, Yves Gaudeul, a déclaré au Times que la réponse de la France aux appels à la restitution était enracinée dans sa réticence à affronter honnêtement son histoire en Haïti.

En France, comme dans de trop nombreux endroits aux États-Unis, l’histoire de l’injustice raciale, de l’esclavage et de son héritage est “déformée, minimisée ou oubliée”, ont déclaré les chercheurs au Times. L’histoire des paiements de rançon d’Haïti à la France n’est pas incluse dans le programme scolaire français, rapporte le Times.

Même les membres des grandes familles aristocratiques qui ont pris l’argent des plus pauvres d’Haïti ont déclaré au Times qu’ils n’étaient pas au courant de cette histoire. Emmanuel de la Burgade, un descendant de membres de la famille qui ont réduit des Noirs en esclavage en Haïti, a déclaré au Times qu’il n’avait découvert cette histoire qu’en écrivant un livre sur sa famille. Lorsqu’il en a parlé à son père, celui-ci lui a répondu : “Ne le dis à personne”.

Le président de l’époque, François Hollande, a reconnu les paiements comme “la rançon de l’indépendance” dans un discours de 2015, mais le gouvernement est rapidement revenu sur son vœu de “payer la dette que nous avons”, affirmant qu’il ne voulait parler que d’une dette morale et non d’une dette financière. Le gouvernement français n’a pas changé de position.

Mais le Times rapporte qu’il y a eu un certain mouvement en France pour reconnaître son passé en Haïti. L’année dernière, l’organisme national français de recherche publique a publié une base de données répertoriant les compensations versées aux esclavagistes français, et le ministère français des finances a organisé son premier symposium international sur l’économie de l’esclavage, qui comprenait une discussion sur l’histoire des paiements

Source :https://eji.org/news/haitis-forced-payments-to-enslavers-cost-economy-21-billion-the-new-york-times-found/