Selon Vox : La mauvaise politique étrangère des États-Unis a eu des répercussions négatives sur Haïti

8

Comme l’a expliqué la journaliste Nicole Chavez vendredi pour CNN, le gouvernement américain a longtemps été actif dans la politique haïtienne. Lorsque les esclaves du pays se sont battus pour l’indépendance à la fin du 18e siècle, les États-Unis ont fourni de l’aide aux colons français afin d’arrêter la rébellion, craignant que la révolte ne s’étende aux États-Unis. Même lorsque Haïti a obtenu son indépendance en 1804, il a fallu attendre 1862 pour que les États-Unis la reconnaissent comme une nation indépendante, soumettant le pays à un embargo économique dans les années qui ont suivi.

En 1915, après l’assassinat ou la destitution de plusieurs dirigeants haïtiens, le président américain Woodrow Wilson a envoyé des troupes en Haïti pour une occupation militaire qui n’a pris fin qu’en 1934 et a vu la mort de milliers d’Haïtiens. Au cours de cette période, les États-Unis ont contrôlé certaines parties du gouvernement du pays, notamment les douanes et l’appareil fiscal.

Les États-Unis ont également soutenu le régime de Jean-Claude Duvalier, dit “Baby Doc”, qui a fait régner la terreur et provoqué un exode massif de la nation insulaire. Et, comme le note Nathalie Baptiste pour Mother Jones, à l’époque où “Baby Doc” Duvalier était au pouvoir, les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont, en 1983, “annoncé les quatre H, quatre groupes à haut risque pour le sida : les homosexuels, les hémophiles, les consommateurs d’héroïne et les Haïtiens”.

L’armée américaine est revenue dans le pays en 1994 après un coup d’État militaire qui a chassé le premier président démocratiquement élu du pays, Jean-Bertrand Aristide. Chavez écrit pour CNN :

En 1994, le président Bill Clinton a envoyé une délégation qui a conclu un accord de paix et rétabli le président haïtien Jean-Bertrand Aristide au pouvoir.

À cette époque, des milliers d’Haïtiens ont tenté de fuir vers les États-Unis en essayant de parcourir les 600 miles qui les séparent de la Floride dans de petites embarcations surpeuplées, pour être ensuite renvoyés de force dans le pays.

Ce n’est pas la dernière fois que des troupes américaines mettent le pied dans le pays.

En 2004, la violence et le pillage se sont répandus en Haïti, les rebelles s’opposant à la réélection d’Aristide.

Dans l’espoir de mettre un terme à cette rébellion sanglante, des responsables américains ont rejoint les représentants de plusieurs pays dans un effort qui a conduit à la paix en Haïti. Les États-Unis étaient tellement impliqués que lorsqu’Aristide a démissionné, il a été emmené en République centrafricaine à bord d’un avion militaire américain.

Haïti est resté secoué par des troubles politiques au cours des années suivantes, et a été encore plus perturbé après le tremblement de terre dévastateur de 2010, qui a eu lieu il y a huit ans jour pour jour ce vendredi. Ces dernières années, les relations entre les États-Unis et Haïti ont été marquées par l’octroi par les premiers d’une protection humanitaire en matière d’immigration aux ressortissants haïtiens après le séisme. En 2010, les États-Unis ont accordé au pays une place dans leur programme de statut temporaire protégé, une forme d’aide humanitaire offerte aux ressortissants de pays aux prises avec les conséquences d’une guerre, d’une catastrophe naturelle ou d’autres crises humanitaires.

Haïti a également appris à compter sur l’argent des États-Unis, non seulement sous forme d’aide humanitaire, mais aussi sous forme de fonds envoyés par les immigrants et les citoyens haïtiens à ceux qui vivent sur l’île. Mais malgré cela, et alors même que ces ressortissants ont utilisé ces dernières années pour se construire une vie aux États-Unis, l’administration Trump a entrepris de révoquer ces protections, annonçant en novembre que quelque 59 000 Haïtiens ne seraient plus couverts par le TPS à partir de juillet 2019. Pendant ce temps, Haïti, en raison des mauvaises conditions économiques et d’une épidémie de choléra provoquée par une force de maintien de la paix des Nations Unies dans le pays, a continué à voir un flux régulier de migration hors du pays.