WASHINGTON POST : Face à l’agonie d’Haïti, l’insouciance de l’administration Biden et des Nations unies est inadmissible.

2509

Haïti a sombré dans un état d’effondrement politique, économique et sécuritaire.

La chute libre du pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental s’accélère, et il est illusoire d’imaginer qu’il puisse se ressaisir sans intervention extérieure. S’opposer à une force internationale musclée qui pourrait rétablir un semblant d’ordre revient à hausser les épaules devant une catastrophe humanitaire en cours.

Des opinions pour commencer la journée, dans votre boîte de réception. Inscrivez-vous.
Face à l’agonie d’Haïti, l’insouciance de l’administration Biden et des Nations unies est inadmissible.

Alors que plus d’un tiers des 11 millions d’habitants d’Haïti ont déjà besoin d’une aide alimentaire, des bandes criminelles endémiques ont paralysé les livraisons de carburant, sans lesquelles l’activité économique – et la disponibilité de la nourriture et des soins médicaux – s’est arrêtée. Le gouvernement est une coquille vide et est souvent de mèche avec les gangs qui ont pris le contrôle de quartiers entiers et de routes essentielles. Une épidémie d’enlèvements – dont les victimes comprennent 17 missionnaires, tous américains sauf un, maintenant retenus contre rançon – s’est répandue sans contrôle.

S’opposer à l’intervention, c’est se rendre complice du chaos et de la souffrance qui en résultent.

Les contours du chaos actuel en Haïti étaient prévisibles après l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet. Il a présidé à l’évidement d’institutions déjà fragiles et s’est appuyé sur des gangs pour faire respecter la loi. Sa mort a déclenché un effondrement de ce qui passait pour l’ordre et l’autorité gouvernementale. Aujourd’hui, personne n’est aux commandes – à l’exception des gangs armés violents dont le terrain est concentré autour de la capitale, Port-au-Prince.

La société civile haïtienne, son réseau dynamique d’organisations sociales, sanitaires et politiques, est désarmée, divisée et impuissante. La police, longtemps considérée comme corrompue et inefficace, est dépassée par les événements. Le chaos s’étend à presque tous les aspects de la vie quotidienne. Les massacres, les viols collectifs et les incendies criminels violents des quartiers sont largement rapportés.

Quiconque connaît un tant soit peu l’histoire d’Haïti ne peut douter que les interventions passées ont laissé des cicatrices et que les troupes qui les ont exécutées ont fait des dégâts. Mais quelles sont les alternatives aujourd’hui, alors que le plongeon d’Haïti s’accélère, pour arrêter l’effondrement ? Ceux qui invoquent les lacunes des interventions passées pour justifier leur opposition à une nouvelle intervention n’ont pas de réponse viable à cette question.

Il est impossible de prédire avec précision ce qui va se passer en Haïti, mais il n’existe pratiquement aucun scénario dans lequel les nouvelles s’amélioreraient. Les élections sont impossibles dans un tel désordre, il n’y a donc aucune chance d’établir un gouvernement ayant une once de légitimité politique.

Les gangs dirigés par des hommes forts pourraient continuer à combler le vide du pouvoir. Un seigneur de guerre particulièrement puissant, qui manœuvre ouvertement pour prendre le pouvoir, encourage le pandémonium et interrompt les livraisons de carburant dans l’espoir de renverser le gouvernement. Qu’il réussisse ou échoue, aucun de ces scénarios n’offre de modèle pour rétablir l’ordre ou l’approvisionnement en nourriture et en fournitures médicales dans une crise humanitaire qui s’aggrave.

Après l’assassinat de Moïse en juillet, le comité éditorial du Post a appelé à une intervention internationale pour prévenir ce que nous considérions comme une urgence prévisible. Cette urgence est maintenant arrivée, avec des conséquences désastreuses prévisibles. Le monde va-t-il continuer à détourner les yeux et à donner des excuses à son inaction ?

Source : https://www.washingtonpost.com/opinions/2021/10/31/haiti-descends-into-chaos-yet-world-continues-look-away/