Washington Post : Haïti détient désormais le titre tragique de kidnapping par habitant le plus élevé de la planète.

44

H

PORT-AU-PRINCE, Haïti – Quatre jours après le tremblement de terre d’août qui a dévasté le sud d’Haïti, Walkens Alexandre, un médecin, se rendait dans un hôpital pour soigner des victimes lorsqu’une moto a bloqué sa Ford Ranger blanche. Deux hommes en sont descendus, ont sorti leurs armes, ont réquisitionné son camion et l’ont emmené aux abords de la capitale.

Il a été retenu pendant trois jours pendant que les kidnappeurs négociaient par téléphone avec sa famille. Il serait libéré contre 30 fois son salaire mensuel. Les proches ont supplié les parents et les amis de contribuer à la rançon.

“Maintenant, je suis traumatisé, j’ai peur des gens et je m’en souviens chaque fois que quelqu’un claque une porte ou que j’entends une moto”, a déclaré Alexandre, 43 ans. “Nous ne nous sentons pas en sécurité en Haïti. Il y a toujours de la panique, toujours de la peur”.

La nation la plus troublée de l’hémisphère est désormais prise en otage par une recrudescence des enlèvements.

Avec des victimes issues de toutes les classes sociales et des rançons allant d’à peine 100 dollars à un montant à six chiffres, Haïti détient désormais le titre tragique du plus haut taux d’enlèvement par habitant sur Terre. Les enlèvements enregistrés depuis le début de l’année ont été multipliés par six par rapport à la même période de l’année dernière, les criminels s’en prenant à des médecins qui se rendent à leur travail, à des prédicateurs qui font leurs sermons, à des bus entiers de personnes en transit et même à des policiers en patrouille. L’augmentation est telle que cette année, Port-au-Prince enregistre plus d’enlèvements en termes absolus que les villes de Bogota, Mexico et São Paulo réunies, qui sont beaucoup plus grandes, selon la société de conseil Control Risks.