Haiti-Kidnapping : Plus de 782 enlèvements ont eu lieu en Haïti cette année , Au vu et au su de tous

34

Selon la Maison Blanche, le président Joe Biden a reçu cette semaine des informations quotidiennes sur les 17 missionnaires et enfants nord-américains qui sont toujours retenus en otage en Haïti, et les États-Unis auraient également déployé trois agents du FBI en Haïti.

L’implication de citoyens américains et d’un citoyen canadien dans cette prise d’otages particulière a permis d’attirer l’attention des médias américains sur cet incident, mais le contexte plus large des enlèvements généralisés en Haïti continue de passer largement inaperçu aux États-Unis.

Au cours de la seule première moitié du mois d’octobre, au moins 119 enlèvements connus (c’est le chiffre officiel) ont eu lieu en Haïti. Et selon le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme, il y a eu au moins 782 enlèvements connus en Haïti depuis janvier 2021.

L’enlèvement qui a conduit à la prise d’otages dans laquelle les États-Unis se sont impliqués politiquement s’est produit à Croix des Bouquets, une ville située à 11 miles de Port-au-Prince. Selon le journal hebdomadaire haïtien basé à New York, Haïti Observateur, le 16 octobre, le gang haïtien notoire Katsan Mawozo (400 Mawozo) a enlevé plus de 30 personnes, dont 17 missionnaires américains et canadiens et des enfants âgés de 8 mois à 15 ans qui se trouvaient en Haïti dans le cadre du groupe Christian Aid Ministries basé dans l’Ohio. Les gangs demandent 17 millions de dollars américains.

Un jour plus tard, le 17 octobre, un autre gang armé, la Famille G-9 et alliés, a chassé le premier ministre de facto, Ariel Henry, lui interdisant de commémorer l’assassinat de l’empereur Jean-Jacques Dessalines, le premier dirigeant d’Haïti indépendante, qui a été assassiné le 17 octobre 1806. Le fait que ce gang ait pu empêcher catégoriquement le Premier ministre lui-même d’entrer dans la zone du Pont Rouge pour la cérémonie montre bien que les gangs deviennent plus forts et étendent leur contrôle sur le pays. La misère et la peur continuent pour des milliers de personnes en Haïti. L’empereur Dessalines doit se retourner dans sa tombe.

Parce que des Américains sont maintenant enlevés en Haïti, nous entendons parler d’un problème qui touche depuis longtemps Haïti, qui a le plus haut taux d’enlèvement par habitant de tous les pays du monde. Les vies américaines et canadiennes comptent. Pourtant, des milliers d’Haïtiens ont été et continuent d’être torturés, tués, violés, extorqués et kidnappés quotidiennement. Près de 95 % des enlèvements en Haïti depuis 2018 ont visé des citoyens haïtiens. Comme l’a déclaré un représentant de Christian Aid Ministries, “cette période de difficultés nous rappelle la souffrance continue de millions d’Haïtiens. Alors que nos travailleurs ont choisi de servir en Haïti, nos amis haïtiens endurent crise après crise, violence continuelle et difficultés économiques.”

Un film haïtien populaire, Kidnappings (2008), dépeint la complexité et la nuance de l’économie du kidnapping en Haïti. L’augmentation des enlèvements aurait commencé au début des années 2000 sous l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, qui a armé les habitants des bidonvilles pour se protéger car il n’avait pas assez de policiers. La grande majorité des personnes qui se rallient à Aristide – connues sous le nom de chimè – vivaient à Cité Soleil, une commune de Port-au-Prince.

Les partis politiques, les autorités politiques, l’élite politique et l’élite économique ont entretenu les gangs et fomenté la crise du kidnapping. Le business du kidnapping est en fait soutenu par la convergence des intérêts de l’élite politique et économique et de la communauté internationale, alors que les intérêts de la grande majorité des Haïtiens ne sont évidemment pas pris en compte. Aujourd’hui, les gangs ne peuvent pas être apprivoisés, et ils sont partout. Les gangs ont besoin de munitions, d’armes et d’argent pour les rançons afin de fonctionner. Il est évident que toutes ces ressources transitent par des canaux internationaux.

Pourtant, les gangs gèrent aujourd’hui les personnes mêmes qui les ont commandités et contrôlés à l’origine. Si les pouvoirs en place – tant en Haïti que dans la communauté internationale, y compris les États-Unis – veulent vraiment que les enlèvements cessent, ils ont la possibilité de faire pression sur les banques et les experts en armement pour qu’il soit plus difficile pour les gangs de poursuivre leurs activités d’enlèvement.

Certaines sources affirment qu’il y a environ 500 000 armes à feu illégales en Haïti.

En fait, il y a tellement d’armes qu’il y a des échanges entre les gangs haïtiens et les gangs jamaïcains. Le grand nombre d’armes à feu illégales en Haïti facilite le commerce des enlèvements. Mais Haïti ne produit pas d’armes à feu. D’où viennent les armes ? Qui les autorise à entrer dans le pays ? Qui profite de leur présence ? Bien qu’Haïti ait signé le Traité international sur le commerce des armes en 2014, on ignore dans quelle mesure il est respecté. Malgré l’embargo américain sur les armes qui exige que toute arme à feu censée aller en Haïti passe par le Département d’État américain, il est toujours facile d’importer des armes en Haïti, en partie à cause de la faiblesse des forces de police et de la corruption des élites politiques et commerciales.

Tant qu’il n’y aura pas de véritable conversation sur les profondes inégalités qui marquent la société haïtienne et qu’un changement durable ne sera pas mis en place, le business du kidnapping continuera. Nous ne pouvons et ne devons pas parler de la violence des gangs en Haïti sans la replacer dans un contexte historique, géopolitique et social plus large. Parmi les questions que nous devrions examiner, il y a le rôle de la police et du système juridique pénal en Haïti. La majorité des Haïtiens ne respectent pas la police et ne lui font pas confiance. On estime que plus de 70 % de la population carcérale haïtienne est en détention provisoire.

L’activité d’enlèvement n’est pas propre à Haïti et n’est pas nouvelle. Les Européens ont répandu le kidnapping dans les Amériques. Les gangs et les enlèvements ont été importés en Haïti de la même façon que le choléra et les armes à feu ont été importés. Les Européens sont allés sur le continent africain et ont kidnappé des gens pour les réduire en esclavage à des fins lucratives dans les Amériques. Avant l’arrivée des esclaves, les Européens ont kidnappé des Amérindiens (dans le cas d’Haïti, les Taínos). Par exemple, au début du XVIe siècle, la reine Anacaona, souveraine du royaume de Xaragua, a été enlevée par les Espagnols sous de faux prétextes. En juin 1802, Toussaint Louverture, l’un des principaux dirigeants de la révolution haïtienne, a été enlevé et emmené en France sur un navire appelé Le Héros et emprisonné dans les montagnes du Jura, où il est mort en 1803.

Nous ne pouvons et ne devons pas parler de la violence des gangs en Haïti sans la replacer dans un contexte historique, géopolitique et social plus large.

On peut considérer l’occupation américaine d’Haïti (1915-1934) comme une forme de kidnapping – un enlèvement de la liberté haïtienne et de la notion même de liberté. Les Marines américains ont pris 500 000 dollars de la Banque nationale haïtienne en 1914, soi-disant pour les mettre en sécurité, mais en réalité pour protéger les actifs américains et empêcher une invasion allemande. Smedley Butler, un Marine de carrière, a décrit son rôle dans l’occupation dans les termes suivants : “[J’étais] un gros bras de grande classe pour les grandes entreprises, pour Wall Street et pour les banquiers. En bref, j’étais un racketteur, un gangster pour le capitalisme”.

Les enlèvements, le pouvoir et la cupidité sont tous liés.

En 2004, l’ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide a déclaré que les États-Unis l’avaient enlevé et forcé à quitter Haïti.

En 2010, Radio Prague International a rapporté la libération d’un travailleur humanitaire tchèque et d’un collègue après leur enlèvement. En octobre 2012, les journaux haïtiens ont fait leurs gros titres lorsque Clifford Brandt, membre d’une famille haïtienne éminente, a été arrêté parce qu’il avait kidnappé les enfants d’une autre famille bourgeoise.

En février 2021, deux cinéastes dominicains et leurs interprètes haïtiens ont été enlevés en Haïti. Depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet, le nombre d’enlèvements a augmenté. Des rumeurs non confirmées ont également circulé en Haïti selon lesquelles Moïse devait être enlevé et non assassiné par les mercenaires.

Deux proverbes haïtiens peuvent parler de la question des enlèvements en Haïti : “Grangou nan vant pa dous” (La faim au ventre n’est pas une chose facile), et “Jou mwen leve a se li mwen wè” (Le jour où je me lève, c’est le seul jour sur lequel je peux compter). Pour comprendre la problématique des gangs en Haïti et la question du kidnapping qui en découle, il faut analyser le contexte d’inégalité sociale et de violence structurelle. Imaginez une personne qui n’a pas d’emploi et qui ne peut pas manger. Cette personne peut facilement être manipulée en raison de son besoin désespéré d’avoir accès à ces produits de première nécessité. Il n’y a pratiquement aucune opportunité pour les jeunes. La violence structurelle en termes de manque d’éducation, d’accès aux soins de santé, de manque de souveraineté alimentaire (pour n’en citer que quelques-uns) doit être abordée. De nombreuses personnes sont contraintes, par nécessité, de participer à l’économie du kidnapping. Selon un rapport publié en 2020 par le Réseau national de défense des droits de l’homme, certains membres de gangs fournissent des services que l’État devrait fournir, en aidant certains membres de la communauté à payer les frais de nourriture, de soins de santé et d’éducation.

Quelles sont les solutions à ce problème ?

Le kidnapping doit être compris et traité en termes de relations de classe et de rapports de force locaux. Les Haïtiens de toutes classes doivent s’entendre sur le type de gouvernement qu’ils souhaitent. Il doit s’agir d’un gouvernement capable d’organiser des élections de manière démocratique et équitable et de créer une infrastructure durable dont les principales priorités sont l’éducation, les soins de santé et la sécurité.

Les Haïtiens en Haïti et dans la diaspora canalisent une partie de leurs efforts collectifs pour construire un meilleur Haïti dans un projet appelé la Commission pour une solution haïtienne à la crise (Forum Société Civile Haïtienne). Formé par 13 membres de la commission issus de différents groupes de la société civile haïtienne, le groupe a été fondé en mai 2021. La commission rassemble plus de 300 organisations locales et régionales basées en Haïti, à la recherche de stratégies locales à la crise politique, sociale et économique en cours en Haïti.

Nous devons également considérer cette question dans un contexte géopolitique, incluant les histoires coloniales, postcoloniales et néocoloniales ainsi que les politiques néolibérales. Il est clair que les interventions étrangères en Haïti n’ont fait qu’aggraver la situation. Les troupes étrangères, le crime organisé, les inégalités de classe, la corruption et ce que l’on appelle le Core Group (composé des États-Unis et des ambassadeurs du Brésil, du Canada, de la France, de l’Allemagne et de l’Union européenne, ainsi que de représentants des Nations unies et de l’Organisation des États américains) forment une combinaison désastreuse.

Les récits d’Haïti en tant qu’État en faillite ne tiennent pas compte de la manière dont l’État haïtien, en conjonction avec la communauté internationale, a continuellement et activement échoué en Haïti. Cet échec a contribué aux politiques néolibérales, à la violence et à l’inégalité structurelles, au manque d’infrastructures et à l’instabilité politique, sociale et économique qui a entraîné des perturbations sociales permanentes.