la police Haitienne la plus mal payée de la Caraibe …Il faut que ça change

936
Haitian police clash with demonstrators during a march through the streets of Port-au-Prince, on November 23, 2018, to demand the resignation of the President of Haiti, Jovenel Moise. Protesters blocked streets and lit tires in several sectors of the Haitian capital. - The international community has called on Haiti's political leaders to open a dialogue in the wake of deadly protests against President Moise. (Photo by HECTOR RETAMAL / AFP) (Photo credit should read HECTOR RETAMAL/AFP via Getty Images)

Logements sociaux, accès gratuit aux soins de santé, assurance vie, cent pour cent d’augmentation du montant disponible sur les cartes de débit, programme de prêts à l’ONA…Le président de la République n’a pas lésiné sur les fausses promesses pour tenter de faire baisser la tension à la Police nationale en proie à des mouvements de protestation depuis plusieurs semaines. Au Palais national ce samedi 22 février, en présence du haut état-major de la PNH, Jovenel Moïse, le Premier ministre et des membres du gouvernement ont promis monts et merveilles aux policiers…

La plus grande préoccupation de l’heure du pouvoir ce sont les policiers en rébellion. Leur grande capacité à semer la panique dans la capitale et dans des villes de provinces notamment le Cap-Haïtien force les autorités à les écouter et à donner suite à leurs revendications. « La carte de débit des policiers passera de 5 000 à 10 000 gourdes à partir du 1er mars »,  a annoncé le ministre de l’Economie et des Finances Jouthe Joseph samedi au Palais national lors d’une rencontre avec le haut état-major de la police nationale organisée par le chef de l’Etat.

Le directeur général de l’ONA de son côté a annoncé un programme spécial qui permettra aux policiers qui le veulent de cotiser à hauteur de 6% de leur salaire et l’Etat ajoutera les autres 6% qui leur permettront d’avoir accès à des prêts à l’ONA. Chesnel Pierre a souligné qu’il s’agit d’une assurance volontaire pour les policiers. «  A partir du 1er octobre de cette année, les policiers pourront avoir accès à des prêts à l’ONA et au soir de leur vie, ils auront droit à deux pensions à l’ONA et au ministère des Finances », a-t-il précisé.

Ensuite, le directeur général de l’EEPLS a annoncé la construction de 1 200 logements modernes pour des policiers.  « A partir du mois de mars, les travaux de construction débuteront », a fait savoir Yvon Buissereth sans donner de précision sur comment avoir accès à ces logements.  Il s’agit d’une construction de 72 mètres carrés avec deux chambres à coucher, d’une salle à manger, d’un salon, a-t-il précisé.

Les bénéficiaires auront à payer 16 347 dollars américains soit moins de deux millions de gourdes sur une période comprise entre 20 à 30 ans à un taux de 7.5% l’an. « Même le policier avec un salaire de 20 000 gourdes aura accès à ces logements », a garanti Yvon Buissereth. Jovenel Moïse  a fait savoir que deux milliards de gourdes sont déjà disponibles pour ce projet…

Le chef de l’Etat a informé aussi que depuis qu’il est arrivé au pouvoir il a déjà donné à la police nationale 250 véhicules, 200 motocyclettes, 2 553 policiers ont eu accès à des soins de santé à l’hôpital Bernard Mevs. Il a souligné aussi l’arrivée le vendredi 21 février au pays de quinze véhicules blindés qui participeront à protéger les vies et les biens de la population.

L’Institut national de la formation professionnelle (INFP) via les ateliers des centres de formation va construire des lits pour les commissariats à travers le pays, a promis Jovenel Moïse.

Encore une fois, le président a estimé qu’il y a un problème de communication au sein de la PNH. Il a appelé les policiers au calme et à retourner à leur commissariat respectif…

Selon un communiqué de la présidence, à la suite de la rencontre au Palais national, le Chef de l’Etat s’est engagé à prendre les dispositions suivantes en vue d’améliorer les conditions de travail des policières et des policiers : « Constitution d’un fonds de secours pour les policiers décédés dans l’exercice de leur fonction; constitution d’un comité de dialogue social au sein de la PNH. Ce comité doit prendre en compte les revendications des policiers et policières. Tout doit se faire dans le respect de la hiérarchie et de la Loi; modification de la Loi de la PNH pour accorder un nouveau statut aux policiers faisant parties des unités spécialisées; les policiers âgés de plus de 50 ans qui sont en situation d’usure professionnelle auront la possibilité de bénéficier des acquis de leur expérience en vue d’une  reconversion professionnelle. »

Ensuite, il y aura « la mise en place de concert avec le ministère de l’Éducation Nationale, d’un Baccalauréat en sécurité afin de promouvoir les métiers de la Patrie; un fond spécial sera disponible pour une couverture d’assurance dans le prochain budget au profit des policières et policiers; la carte de débit pour les agents de l’ordre passera de 5,000 à 10,000 gourdes à partir du 1er Mars 2020 et enfin le gouvernement lancera un programme de logements sociaux  à Delmas 33 au profit des agents de l’ordre suite aux instructions passées à l’Entreprise publique de promotion de logements sociaux (EPPLS). »

Rien n’a été dit sur plusieurs autres exigences des policiers en rébellion comme la formation du syndicat et la réintégration de cinq policiers révoqués dans le cadre des mouvements de protestation. Il a fallu que des policiers sèment la panique dans la capitale pour forcer les autorités à répondre à certaines de leurs revendications qui ne datent pas d’hier.  

Jovenel Moise , un peu menteur et resquilleur