Léon Charles DG DE FACTO moteur de la dictature, choisit la voie de répression contre le SPNH-17 et Phantom 509 pour abaisser l’opinion publique sur le dossier du village de Dieu.

181
CAP HAITIEN - 18 APRIL 2004 - Haitian Police Chief Leon Charles, named to the post following the February 2004 ouster of President Aristide, speaks with police officials in a private meeting in the northern city of Cap Haitien. Behind him are unidentified officials of the US Marines (left) and US Navy (right). The US military has been a major behind the scenes player in the Haitian political crisis. Police officers here make an occasional show of public force during the daytime, but are locked in their barracks at night in many rebel held areas.

Depuis après le drame du village de Dieu qui s’était produit le 12 mars dernier ,Léon Charles est incapable de rendre compte , à la population haïtienne, aux fammiles des 12 policiers qui ont tués ou touchés par balles des bandits dudit village. Par conséquent, des policiers sévèrement affligés par la mort des 5 et la disparition de l’un de leurs compagnons d’armes constataient que le Dg ai de la PNH ne manifeste pas la volonté de donner une réplique aux bandits pour enfin récupérer les dépouilles des pairs que les bandits ont tués ,de plus enfoui leurs cadavres ,ont foulé le sol à mainte reprise en vue de réclamer son départ comme le premier complice de ce tuerie .

De son côté , Léon Charles qui ne voit comment faire pour sortir sa tête dans ce dossier , déclare la guerre aux policiers en décernant des avis de recherche contre des policiers qu’il représentait comme des membres actifs du groupes Phantom 509 ,sans oublier, l’arrestation de l’avocat du syndicat de la police nationale d’Haïti (SPNH-17) et révocations suivis de l’arrestation des policiers. Tout le monde voit que cela n’est qu’une sorte de répression que Léon Charles veut instaurer contre de ces policiers qui décident de ne plus obéir à ses l’ordres depuis après quelques mois de son arrivée à la tête de la PNH, d’où le fiasco du village de Dieu vient comme la goutte d’eau qui renverse le vase.

En traitant de terroristes des policiers qui revendiquaient leurs droits, Léon Charles tente d’adoucir l’opinion publique sur le dossier du village de Dieu. Par contre, au lieu de travailler sans relâche pour démanteler ou traquer les gangs armés dans le pays ,le Dg a.i de la PNH donne , de préférence, à ces derniers, le champs libres pour kidnapper, tuer , voiler la population haïtienne quand ils veulent. Près d’un mois après l’évasion de la prison civile de la croix-des-bouquets où plus de 350 prisonniers on été évadés jusqu’à présent la PNH n’est pas en mesure de retracer l’identité des évadés voire de décerner des avis de recherches à l’encontre de ces derniers.

En n’ayant pas convoqués ces policiers pour les écouter sur les faits qui leur sont reprochés, l’Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti (IGPNH) qui est la pour inspecter sur les attitudes et conditions de travail policiers, les protéger et défendre les policiers contre les mauvais traitements à l’exercice de leurs fonctions donne à Léon Charles le plein pourvoir pour faire ce qu’il désire et quand il veut pendant que des policiers sont tués presque chaque jours , leurs conditions de travail soulèvent indignement l’attention de tout un chacun.

Quelque part, Léon Charles qui a politisé l’institution policière perde le contrôle de la situation, mais veut banaliser les policiers appartenant au SPNH-17 et Phantom 509 qui ont une revendication légitime. Pendant que la PNH est entrain de connaître l’un des plus durs moments depuis sa création son Dg a.i qui ne veut pas entendre la raison se comporte comme seul maître en seigneur de l’institution puisque c’est lui qui fait le travail l’IGPNH ,de la DCPJ. Mais tout cela, n’a qu’un zéro barré comme résultat parceque plus d’un constatent que la route auquelle parcourt Léon Charles n’apportera aucun résultat positif que d’instrumentaliser, souiller, traîner dans la boue l’institution policière.

Aujourd’hui, Léon Charles qui voit comme son ennemi juré des policiers qui réclament son
départ à la tête de la direction de la police nationale d’Haïti , à valoriser les gangs à travers le pays si l’on revenait sur le l’événement qui s’était produit le 17 mars 2021, où des bandits armés de Simon pelé ont été tués plusieurs personnes qui participaient au pillage de Universal Motors, dans l’après-midi, un policiers qui s’était retrouvé chez sa concubine au fief des bandits armés de Simon pelé a été tué par ces derniers. Dans une note survenue le lendemain de cette événement Léon Charles a fait savoir que ce policiers était un membres de phantom 509.

De surcroît, Léon Charles le Dg a.i de la PNH , a fait éloge pour les bandits de Simon pelé qui ont tués le policier ,Jean Daniel Michel mais également les féliciter pour avoir riposté contre les individus qui participaient au vandale du showroom de universal motors. Soudain ! Au lieu de dénoncer ,ou utiliser tous les moyens nécessaires pour traquer ce groupes armés opérant à Simon pelé , Léon Charles a ,de préférence , laissé entendre que la PNH enquête sur la mort d’autres policiers qui ont participé à ce pillage. Sur ce, on peut tout juste conclure que Léon Charles qui devait agir comme le père de tous les policiers donne carte blanche aux bandits pour tuer n’importe quel citoyens du pays.

C’est grave de voir ce que devient aujourd’hui la PNH. Avec un Dg a.i qui perd la confiance de la majorité des policiers , utilise la voie de répression contre ces derniers qui lui ont pointé du doigt pour son incompétence , ne peut rien faire pour démanteler ou appréhender aucuns membres de l’association armée dénommée “G9 en fammiles et alliés “, les auteurs des massacres de lasaline, carrefour-feuilles ,du Bel-air , mais également aucun avis de recherche n’est décerné à l’encontre des invidus qui ont participé dans l’assainisat de l’étudiant Grégory Saint-Hilaire , des 5 policiers tués au village de Dieu. Aujourd’hui le pays aimerait bien savoir si les policiers qui revendique leurs droits sont traités de terroristes, qu’en est-il pour Fednel Monchery , Joseph Pierre Richard Duplan, Jimmy Cherizier et consorts ???

Aujourd’hui le peuple haïtiens doit rester aux côtés des policiers policiers sinon Léon Charles et Jovenel Moïse finiront par étouffer le dossier du village de Dieu et tuer, arrêter, révoquer tous les policiers qui réclament les dépouilles de leurs frères d’armes. Également les policiers qui subissent les répressions ne doivent pas ôser d’abandonner la lutte en dépit de tout , mais de prendre des mesures très corsée qu’ auparavant car ce régime en place qui est associé avec des les membres du G9, a des différentes manières pour éliminer n’importe quelle personnes qui protestaient contre la façons dont ils dirigent le pays.