Les ressorts d’un président que tout le monde a déjà enterré depuis son investiture

106
<> on April 20, 2016 in Washington, DC.

Pour l’ancien dictateur Jovenel Moise , montrer qu’il est là, qu’il compte encore alors que huit Haïtiens sur dix affirment ne pas vouloir qu’il se représente, que son camp se déchire et qu’au sein même de son gouvernement des concurrents pointent leur nez.

Si Haïti était un film et que le policier demandait aux témoins qui avait le mobile pour tuer le président, le policier repartirait avec un carnet rempli de noms. L’assassinat de Jovenel Moïse, 53 ans, révèle la déchéance sociale et politique dans laquelle le pays des Caraïbes est englué depuis bien avant que le séisme de 2010 ne réduise le territoire en ruines. Cet assassinat a accéléré le chaos et la vacance du pouvoir à moins de trois mois d’une élection qui devait établir la feuille de route pour son départ naturel du pouvoir.

Très impopulaire et qualifié d’autoritaire, Jovenel Moïse était retenu par des épingles. Le président américain Joe Biden a considéré favorablement l’option consistant à organiser des élections en septembre et à éviter une crise qui déstabiliserait le pays (et augmenterait éventuellement la migration vers les États-Unis).

Parmi les autres ennemis figurent les dizaines de sénateurs – et toutes les entreprises qu’ils contrôlent à côté – qui se retrouveraient au chômage si la réforme constitutionnelle qui devait être votée en septembre, visant à mettre fin au modèle de l’Assemblée et du Sénat et à transformer le Parlement en unicaméral, était adoptée. De même, au sein de son parti, le PHTK, la nomination d’un premier ministre proche de lui avait créé un malaise et des ennemis au sommet, car ils se voyaient écartés du pouvoir.

Moïse était détesté par un groupe de familles qui comprenait la famille Vorbes, propriétaire de l’électricité du pays, mais qu’il a écarté , l’une des principales réalisations de son administration. C’est à eux et à d’autres familles puissantes qui contrôlent l’économie que Moïse attribue les tentatives de coup d’État et autres tentatives d’assassinat.

Le président haïtien avait un autre ennemi extérieur : le Venezuela. S’il y a une chose dont les présidents haïtiens sont sûrs, c’est que leur mandat dure aussi longtemps qu’il faut pour que les États-Unis baissent le pouce. Depuis quatre ans, Jovenel Moïse vivait une idylle avec Donald Trump en raison, notamment, de son activisme contre le Venezuela et de sa décision de couper les liens commerciaux avec le monde bolivarien. La machine chaviste a répondu en divulguant des documents sur la corruption présumée de Moïse liée à PetroCaribe, ce qui a déclenché l’instabilité dans laquelle le pays est plongé depuis quelques années. Ce n’est pas un hasard si les autorités haïtiennes ont laissé entendre dans le communiqué annonçant la mort du président que les assassins parlaient espagnol.

Dans le même temps, Jimmy Barbecue Cherizier, un ancien policier qui dirige l’un des gangs violents les plus puissants de Port-au-Prince, renforcé par le boom de l’industrie du kidnapping et du trafic d’armes et de drogue, est récemment apparu sur les réseaux sociaux, appelant à prendre le pouvoir et à lancer une “insurrection des pauvres”.

https://elpais.com/internacional/2021-07-07/jovenel-moise-un-hombre-rodeado-de-enemigos.html