Quand la Chambre des députés attaque vicieusement la Cour Supérieure des Comptes et se met en face du peuple!

486

Si nous croyons que les bandits légaux vont lâcher prise juste parce que nous faisons des sit-in, des conférences, parlons à la radio et écrivons des textes, nous nous leurrons. Après les émeutes du 6,7 Juillet 2018, je croyais que les élus de ce pays allaient se comporter comme des hommes d’Etat. Au contraire, Jovenel Moise est devenu beaucoup plus arrogant ; le pouvoir de Gary Bodeau est renforcé ; les sbires du régime sont devenus beaucoup plus agressifs si bien qu’ils ont réalisé plusieurs massacres : LaSaline, Carrefour Feuilles. C’est toute une population qui crie à plein gosier : abas la corruption et demande la reddition des comptes. Le peuple est dans ses droits de poser la question : kot kòb Petrocaribe a ? La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif a failli à sa mission et a permis pendant plus de dix ans que les dirigeants de ce pays puissent « dechèpiye » les fonds Petrocaribe. Aujourd’hui, quand la Cour Supérieure des Comptes qui a été saisie par le Sénat de la République d’approfondir les deux rapports sénatoriaux sur le dossier Petrocaribe choisit d’aller jusqu’au bout et de faire son travail de contrôle et d’audit ce n’est pas parce qu’elle aime le peuple, mais c’est parce qu’elle sent venir l’orage et veut se racheter. Il faut dire clairement que la Cour Supérieure des Comptes a cautionné les vols, la surfacturation puisqu’elle avait approuvé la majorité des contrats signés entre l’Etat haitien et les firmes privées qui sont accusées de surfacturation. Les juges de la Cour Supérieure des Comptes peuvent être corrompus, certes, mais aujourd’hui, nous devons les supporter et les pressurer pour finaliser et publier le Rapport final sur le dossier Petrocaribe.

En 2018, des jeunes haitiens ont élevé leur voix pour demander des comptes et crier non à la corruption, oui à la bonne gouvernance. Cette semaine, c’est avec consternation que nous avons appris par voie de presse que soixante députés veulent poursuivre les juges de la Cour Supérieure des Comptes et les empêcher de faire leur travail. Nous ne connaissons pas les motifs cachés des députés et cela ne nous intéresse pas, mais nous ne pouvons passer sous silence cette vicieuse attaque des députés à l’encontre des juges de la Cour Supérieure des Comptes et leur mépris du peuple qui veut savoir comment plus de deux milliards de dollars ont été dépensés. C’est une action criminelle de la part des députés qui devrait soulever l’opinion publique, mais tout le monde reste calme. Cette prise de position des soixante députés est un affront fait au peuple haitien. Ces messieurs ont passé plus de trois ans au Bicentenaire sans rien foutre ; se livrer au vol et au pillage des maigres ressources de l’Etat ; aujourd’hui, ils veulent torpiller la démarche entreprise par le peuple haitien pour savoir ce qui s’est réellement passé avec les fonds Petrocaribe. Depite yo gen grenn pase melon e yo mechan. La 50ème législature est la pire législature qu’Haiti ait connue. Ce qui dérange, cette législature est constituée d’un nombre substantiel de jeunes professionnels, et pourtant c’est une législature de la honte.

Les petrochallengers sont intimidés. Nous avons appris que plusieurs jeunes qui ont élevé leurs voix contre l’inacceptable ont été agressés. Certains ont perdu leur boulot et les petrodilapidateurs continuent à intimider les ténors du mouvement Petrocaribe challenge. Les jeunes sont intimidés parce qu’aujourd’hui, ils se rendent compte que ce pouvoir arme des bandits pour semer la terreur un peu partout à travers le pays. Il ne peut avoir de procès Petrocaribe avec des corrupteurs et des corrompus au pouvoir. Jovenel Moise qui est lui-même indexé dans le Rapport partiel de la Cour Supérieure des Comptes veut à tout prix faire disparaitre ce dossier. Est-ce que les jeunes de ce pays vont reculer face aux bandits légaux et lâcher prise ? Il nous faut aujourd’hui 90 gourdes pour un dollar. L’inflation s’accélère. Qu’arrivera-t-il en Septembre prochain à la fin de l’année fiscale et à la fin du mandat des députés moribonds ? Il faut un « leve kanpe » contre les méchants, les apatrides et les inconscients de la Chambre des Députés et du Sénat qui cautionnent la corruption. Les petrochallengers avaient pour message qu’ils sont pour la reddition des comptes et non pour un changement de régime. Aujourd’hui, je veux dire à mes frères et soeurs jeunes qu’ils n’auront jamais gain de cause s’ils ne s’érigent pas contre Jovenel Moise et contre le système « peze souse » qu’il alimente. Le pays meurt à petits feux. Les bandits légaux sont confiants aujourd’hui parceque les néocons John Bolton et Eliott Abrams les supportent. Je vous invite chers jeunes à faire des recherches sur ces deux officiels américains et vous comprendrez bien qui sont les vrais ennemis d’Haiti.

Le mouvement Petrocaribe challenge doit être renforcé. Je comprends bien qu’il y a des politiciens qui veulent le récupérer et il y a des hommes d’affaires qui cherchent à tirer avantage également. Les jeunes petrochallengers doivent savoir ce qu’ils veulent réellement. Avant la fin de ce mois, et pourquoi ne pas organiser une grande marche le 18 Mai pour dire non à la corruption et pour pressurer la Cour Supérieure des Comptes afin de publier le rapport final. Nous sommes à une phase où nous ne pouvons pas rester silencieux. Je n’encourage aucun jeune à prendre la voie de la violence. Nous devons marcher pacifiquement. Les bandits légaux ont armé des gangs dans toutes les communes du pays. Ils sont prêts à faire un génocide. Nous devons être prudents. Les jeunes algériens ont eu raison du dictateur Abdelaziz Bouteflika récemment. Leur mouvement a été pacifique. Le parlement haitien est une caverne d’Ali Baba, une caverne de voleurs. Imaginez-vous que personne n’exerce un contrôle sur le bureau de la Chambre des députés et du Sénat de la République. Les membres du bureau volent, gaspillent et font ce qu’ils veulent. A la fin, ils signent leur décharge. Il faut seulement un mandat d’un an à un questeur et au président de la Chambre des députés et du Sénat de la République pour devenir multimillionnaire. Gary Bodeau a passé deux années comme questeur et est train de boucler sa deuxième année comme président de la Chambre des députés. Il faut comprendre pourquoi il est aussi puissant. Il a corrompt les députés et a pu négocier avec tous les petrodilapidateurs pour leur donner la garantie qu’ils ne seront pas poursuivis.

Valè bagay ki gen pou regle nan yon peyi jodia e se anfas pèp la chanm depite a vle kanpe. Yon pèp ki nan mizè, yon pèp ki pa gen dlo poul bwè, manje poul manje, ki pa gen lopital, ki pa ka voye pitit li lekòl ni nan inivèsite, alòs li jwenn lajan poul ap peye yon bann magouyè ki pou toupizil. Se twòp atò. L’année fiscale a débuté en Octobre 2018 ; 7 mois après, nous n’avons même pas un budget pour l’exercice fiscal 2018-2019. Ce n’est pas une priorité pour les députés et pour les sénateurs. Aujourd’hui, ce qui les intéresse, est comment avoir la mainmise sur le prochain gouvernement pour trouver des ressources pour aller aux élections législatives. Nous devons opter pour un tabula rasa : La démission de Jovenel Moise, le renvoi du parlement et la mise en place d’un gouvernement de transition avec des professionnels compétents et honnêtes. Les politiciens ne vont pas nous accompagner dans la lutte pour la reddition des comptes. La plupart des politiciens qui ont pignon sur rue ont participé à la dilapidation des fonds du Petrocaribe. Même ceux qui parlent du dossier sont à la même enseigne que ceux qui sont accusés. Plusieurs de ceux qui réclament le procès Petrocaribe sont convaincus qu’il n’y aura pas de procès. Les petrodilapidateurs sont protégés par la mafia locale et la mafia internationale qui contrôlent le pays. Jeunes d’Haiti, l’année 2019 doit être l’année de la rupture. Mettons la politique de côté pour un moment, et réfléchissons sur le futur et le devenir de ce pays.

Nos ennemis sont connus. Nous ne pouvons compter sur personne que sur nous-mêmes. Au niveau international, il y a des organisations placées pour lutter contre la corruption, le blanchiment d’argent et les crimes financiers. Elles ont toutes connaissance du dossier Petrocaribe et de la dilapidation des fonds. Les Etats-Unis d’Amérique se disent être le champion de la démocratie dans le monde et sont toujours prêts soit disant à combattre la corruption. Pourquoi cautionnent-ils les corrupteurs et les corrompus en Haiti ? Ils ont supporté Michel Martelly, ils supportent Jovenel Moise pleinement et entièrement. Desten peyi a se nan men nou menm jenn k ap soufri li ye. Je suis un fervent croyant, mais je ne crois pas que c’est Dieu qui va descendre sur terre pour construire ce pays à notre place. Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour faire d’Haiti un havre de paix et de progrès. Nous devons nous engager et assumer nos responsabilités. L’ONU ne pourra pas fermer ses yeux sur un génocide en Haiti. Nous devons prendre notre courage à deux bras pour affronter les bandits. Aujourd’hui, nous devons comprendre que le CORE GROUP, principalement les Etats-Unis d’Amérique protègent les bandits de tout acabit et cautionnent leur politique d’abjection et de destruction.

Il ne reste que quatre mois à ces députés pour faire du marchandage politique. Ke gen gouvènman, ke pa gen gouvènman, kondisyon yo pap amelyore. Se yon bann mechan ki met ansanm pou mete pye sou kou malere. Nou pa moun pou malfektè k ap fè kob nan boujwazi a, nou pa moun pou politisyen yo, nou pa moun pou nèg swadizan ki dirijan nou yo, e blan rasis la konsidere nou tout tankou bèt. Je ne peux pas me taire face à ce brigandage. Les élus de ce pays sont en mission commandée ; ils veulent détruire le pays et décimer la population. Je suis indigné, mais je ne pleurerai pas et je ne me suiciderai pas. J’ai mon cerveau et j’ai ma plume. Je dois les utiliser pour mener ce combat. A quoi sert-il à un Haitien de vivre dans le confort aujourd’hui, d’être un intellectuel et de voir son pays dégringoler et de voir ses frères et sœurs vivre comme des bêtes sauvages ? Kote konsyans nou ye ? Eske se poun te ka rive kote nou ye la Dessalines te fonde peyi a e te bay vil ? J’assume mes responsabilités. J’expose ma vie pour permettre aux jeunes de ce pays de comprendre le dilemme haitien. Des hommes comme Leslie Péan, Gary Victor, Leslie François Manigat, Lionel Trouillot n’ont cessé de dénoncer et ont consacré leur vie pour orienter ceux qui veulent comprendre. Pourquoi ce silence de la part de la majorité des intellectuels de ce pays (ceux qui vivent en Haiti et ceux qui vivent à l’étranger). Attendons-nous vraiment que des dizaines de milliers de gens soient assassinés pour nous engager ?

Tout ce qui devrait être dit sur Haiti est dit. Tout ce qui devrait être écrit sur Haiti est écrit et ceci depuis des décennies. Aujourd’hui, nous devons agir. Agir pour faire quoi et comment ? Il faut que les intellectuels haitiens conscients puissent se rassembler et s’unir pour entamer un dialogue, un chita tande avec les néocons de l’establishment américain : John Bolton, Eliott Adams, Mike Pompeo, etc. Le Président Donald Trump qu’on veut faire passer pour un idiot comprend ce qui se passe en Haiti et il est mal conseillé. Pourquoi les plus capables parmi nous : professeurs d’université, savants, hommes d’affaires, professionnels chevronnés ne se regroupent pas et faire front commun pour demander audience à la Maison Blanche et au Département d’Etat ? Tout ce qu’il faut c’est de réorienter la politique étrangère américaine vis-à-vis d’Haiti. Depuis plus de cent ans, les Américains considèrent Haiti comme une peste qui doit être isolée et être tenue à l’écart. C’est ce que nous vivons aujourd’hui. Je ne suis pas un dérangé mental. Je parle bien dans ce texte d’une décision prise par soixante députés haitiens pour contrecarrer les juges de la Cour Supérieure des Comptes qui doivent soumettre un Rapport final sur le dossier Petrocaribe. Ce que je réalise c’est que nos députés sont eux-mêmes des esclaves qui ont des maitres. Leurs maitres immédiats sont au sein de la classe d’affaires composée de Syro-Libanais et de Syro-Juifs (Bigio, Kedar). Ces hommes d’affaires doivent rendre des comptes au Département d’Etat. D’ailleurs, ils sont des citoyens américains qui sont en mission commandée au pays. Ce week-end, Reginald Boulos est à New York. J’aimerais que Reginald Boulos me dise quand est-ce que il va s’asseoir avec Gilbert Bigio, Reuven Shalom Bigio pour leur demander de donner une chance à ce pays. Quand est-ce que les hommes d’affaires du Forum Economique voyageront à Washington D.C. pour se retirer du complot contre Haiti.

On a combattu Antenor Firmin, Louis Joseph Janvier, Dumarsais Estime, Leslie François Manigat qui avaient fini par réaliser que les Américains étaient le nœud du problème. Si les Américains décident de donner une chance à Haiti, les Canadiens et les Français obtempéreront. Nou pa ka kontinye ap fè mawonaj ak yon pwoblèm ki klè devan zye nou. Lavi plis pase di milyon moun an danje. Je ne suis pas plus brave que quiconque, mais je suis conscient qu’il faut être direct, sincère et qu’il faut prendre le risque de dire la vérité si on aime réellement ce pays. Je ne cesserai de le dire, je ne cesserai de l’écrire : nos élus, nos dirigeants en Haiti sont des esclaves à talents qui travaillent pour des patrons et le grand patron est à Washington D.C. (au Département d’Etat Américain et à la Maison Blanche). Aujourd’hui, nous devons réfléchir sur le rapport de force. Nous devons secouer le pays avec des marches pacifiques.Moun k ap di kite peyi a mache yo se yon bann enkonsyan ki gen viza, ki ka al pran swen lòt kote e ki gen ti avantaj Core Group la bay nan men yo. Fòn leve kanpe. Depite yo pa t ap ran chans fè frekansite sa yo fè la si gwo tonton chef pat ba yo dwa. Les Américains ont pris contrôle d’Haiti manu militari depuis 1915 et nous acceptons ce fait sans nous rechigner. A nous maintenant de choisir de recouvrer notre liberté et de vivre en paix. Un intellectuel haitien qui n’accepte pas qu’Haiti est l’objet d’un complot international et qui n’admet pas que les Etats-Unis d’Amérique est notre bourreau aujourd’hui, il est lui-même un collabo et il n’est pas digne d’être haitien. Ann jwe kat sou tab ! La violence ne nous mènera nulle part ; nous comprenons ce qui se passe.  Nous devons nous adresser à l’establishment américain qui a l’emprise sur la mafia internationale et qui dirigent le pays par personne interposée. Que vive Hayti !

Kerlens Tilus    05/11/2019

Snel76_2000@yahoo.com

Tel : 631-639-0844