Le Senateur Youri Latortue publie le Rapport anti-corruption des fakes Blindés d’Ardouin Zephyrin

1239

Voici les  Conclusions  et  Recommandations d’un rapport préliminaire sur les fake blindés d’Ardouin Zephyrin

Les  standards  techniques  des  véhicules  figurant  sur  les  documents  d’achat  ne  sont  pas  ceux  des  véhicules  livrés  et mis  à  l’épreuve  sur  le  terrain.  Il  s’agit  d’élucider  cette  question  et  de  récupérer  les  véhicules  B  6  tels  que  stipulés dans  les  pro-formas,  ou  d’obtenir  un  remboursement  pour  la  différence.  Les  organismes  de  l’Etat  Haïtien  préposés à  cet  effet  de  contrôle,  qu’il  s’agisse  de  “Sécurité  Nationale”  ou  pas,  doivent  se  pencher  sur  ce  dossier  pour  éviter de  continuer  la  mauvaise  gestion  des  deniers  publics,  cause  majeure  de  l’instabilité  politique  en  Haiti.

 Il  incombe aussi  d’obtenir  des  explications  sur  les  prix  et  les  décaissements  qui  ne  correspondent  pas  aux  prix  du  marché  de tels  équipements  et  de  leur transport.

Les  étapes  assurant  la  protection  des  intérêts  de  l’Etat  et  visant  à  réduire  le  gaspillage  ont  été  négligées. 

Cet  achat n’est  pas  soutenu  par  une  évaluation  technique  (qui  aurait  pu  au  moins  tenir  lieu  de  cahier  de  charge)  pour maximiser  le  meilleur  usage  des  fonds  publics,  et  aucun  prix  comparatif  n’est  documenté  pour  démontrer  que  le meilleur rapport  qualité  prix a  été  considéré  dans  l’octroi  du contrat. 

La  transaction  ne  s’est  pas  soumise  aux  procédures  légales  d’achat  de  biens  et  services  et  n’a  pas  respecté l’application  stricte  de  la  loi  sur  les  règlements  de  l’Administration  Publique;  même  s’il  s’agit  d’une  acquisition survenue  sous  la  rubrique  de  la  «  Défense  et  Sécurité  Nationale  ».

 La  proposition  de  contrat  ne  rencontre  pas  les normes  de  l’Administration Publique  et  ne  semble  pas  avoir été  signée  conformément  aux délégations  de  pouvoir. 

Dans  cette  optique  les  ordonnateurs,  dont  les  Ministres  des  Finances  et  de  la  Justice  doivent  répondre  de  la procédure  illégale  endossée  et  ratifiée  par leurs  soins.   

De  plus,  l’opération  à  laquelle  ces  blindés  ont  été  soumis  dénonce  de  graves  erreurs  tactiques.  Outre  la  mise  à risque  la  vie  des  policier  et  des  civiles,  elle  a  également  occasionné  de  gros  dommages  aux  équipements  qui venaient  d’être  importés  au  coût  d’une  forte  somme.  Un  rapport  pour  identifier  les  responsables  de  la  débâcle,  sur les  mesures  à  prendre  et  les  coûts  engendrés  par  les  pertes,  ainsi  que  les  surcouts  pour  remettre  cet  équipement  en service,  doit  être  exigé,  car  si  un  mauvais  choix  ou  une  mauvaise  utilisation  des  deniers  publics  a  été  fait,  il  faut  se donner les  moyens  de  les  rectifier.

_”Les  politiques  doivent  se  souvenir  que  les  problèmes  non  résolus  fragilisent  la  démocratie.  Ils  doivent  se  ressaisir de  leurs  polices,  tout  en  ayant  à  l’esprit  que  parler  de  sécurité  publique,  c’est  largement  dépasser  le  cadre  de  la police. Dans  une  société  moderne  et  responsable,  il  est  aussi  important  de  faire  participer  à  la  sécurité  d’autres intervenants…_ (Patrick Delachaux)