La population Haïtenne a besoin d’un État, sans MAFIA

925
Haitian President Jocelerme Privert(L) and Haitian President-elect Jovenel Moise(R) attend his Inauguration, at the Haitian Parliament in Port-au-Prince, on February 7, 2017. / AFP PHOTO / HECTOR RETAMAL

Corruption, incompétence, clientélisme… en Haiti, la classe politique et le système confessionnel en vigueur sont conspués par les centaines de milliers de manifestants mobilisés depuis plusieurs jours, qui les accusent d’avoir ruiné le pays.

“Voleurs !” “Tous, ça veut dire tous !” en Haitithéâtre d’une contestation populaire inédite, les principaux slogans des manifestants réclament le départ de l’ensemble de la classe politique.Elle est accusée d’être corrompue et incompétente. Aucun leader de premier plan n’est épargné par la colère des Haitiens, ni le président Jovenel Moise , ni son gendre et ministre des Affaires étrangères , ni le Premier ministre ou encore le Parlement etc.

Du nord au sud du pays, même dans certains bastions des provinces , en passant par la capitale Port au Prince , les manifestants munis du seul drapeau expriment leur ras-le-bol d’un système politique confessionnel qu’ils jugent défaillant. Mais qui pourtant parvient à se perpétuer.

“La révolte populaire en cours en Haiti démontre que le système confessionnel PEZE SOUSE MAFIOSO n’a plus sa place dans le pays, il n’est plus légitime car il est bien incapable, et ce depuis plusieurs décennies, de répondre à la crise économique dont il est responsable de par sa nature, pas plus qu’il ne peut répondre aux besoins des Haitiens . La population a besoin d’un État, cette crise est l’occasion d’en bâtir un sans la classe politique actuelle.