Plan International Haïti, lance la campagne ” Nou kwè nan Tifi yo”

25

Violence, grossesse précoce, mariages et unions forcés: Trois problèmes auxquels les filles sont confrontées en Amérique latine et les Caraibes

Pour sensibiliser par rapport à ces problèmes, Plan International dans un communiqué de presse a lancé  le lundi 26 avril 2021, une campagne au niveau régional dans 11 pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

La violence, les grossesses précoces et les mariages et unions forcés sont en augmentation. À l’échelle mondiale, les filles et les adolescents constituent l’un des groupes dont les droits sont les plus violés; et l’Amérique latine et les Caraïbes n’en sont pas exempts. Ainsi, Plan International lance la campagne qui a pour thème :  “Nou kwè nan tifi yo”, qui est un mouvement régional et local visant à rendre les histoires de vie visibles et surtout donner une voix aux filles.

“La situation de la pandémie et les mesures de confinement ont aggravé les facteurs de risque de violation des droits des filles (comme la fermeture des écoles, la détérioration de l’économie familiale, la vie avec les agresseurs, entre autres), ont détériorés les facteurs de protection, comme le manque d’accès aux mécanismes de plainte, la perte des liens sociaux et l’affaiblissement des systèmes de protection. Ce qui a créé un contexte encore plus défavorable pour les filles”, déclare Débora Cobar, directrice régionale de Plan International Amériques.
La plupart des abus sexuels dans la région se produisent chez les filles, c’est-à-dire avant l’âge de 18 ans et, dans la plupart des cas, l’agresseur appartient à l’environnement immédiat. 75% des cas au Salvador se produisent avant l’âge de 17 ans, 74,72% en Colombie avant l’âge de 14 ans, et 53% des cas en Haïti avant l’âge de 18 ans.

Au cours des dix dernières années, dans la région des Amériques et les Caraïbes, le nombre de grossesses chez les adolescentes n’a pratiquement pas diminué. 15% de toutes les grossesses précoces enregistrées dans la région concernent des enfants de moins de 15 ans.

Dans tous les cas, les grossesses chez les filles sont le résultat d’abus sexuels et entraînent des grossesses précoces: Filles-mères. Au Pérou, par exemple, en 2018, chaque jour, six filles âgées de 12 à 14 ans ont accouché ; et au Guatemala, au cours de l’année 2020, la situation était de 12 filles âgées de 10 à 14 ans chaque jour. Pour Haiti, le taux de grosesse est de 11% chez les jeunes de 15 a 19 ans.

En ce qui concerne les mariages et unions précoces et forcés d’enfants, bien que dans d’autres régions des progrès aient été réalisés pour les réduire, dans les Amériques la situation n’a pas changé au cours des 25 dernières années. En Amérique latine et les Caraïbes, une fille et un adolescent sur quatre se marient pour la première fois ou entretiennent une union précoce avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans. Dans le même temps, la plupart des filles qui se marient ou s’unissent pendant l’enfance donnent naissance avant leur 18e anniversaire; huit sur dix le font avant d’avoir 20 ans.

“En effet, Avec la campagne “Nou kwè nan tifi yo,  nous nous sommes concentrés sur ces trois problèmes, qui ne sont que quelques-uns des nombreux. Nous ne voulons cependant pas parler uniquement des problèmes, mais donner un message d’espoir pour elles. Nous appelons les gens, les institutions et la société civile à se joindre à nous et obtenir un avenir meilleur pour les filles”, exprime Débora Cobar.

L’initiative a été lancée le 26 avril dans 11 pays d’Amérique latine et des Caraïbes (Bolivie, Brésil, Équateur, El Salvador, Guatemala, Haïti, Honduras, Nicaragua, Paraguay, Pérou et République dominicaine), où la situation actuelle à laquelle les filles doivent faire face, leurs histoires, leurs voix et leurs rêves seront connus à travers différents médias. Dans le cadre de cette campagne, une plateforme sera activée pour aider les filles à faire face à ces problèmes et les transformer en agents du changement.