La misère s’aggrave en Haïti avec les troubles et les pénuries d’eau.

5

Des milliers de personnes en Haïti sont confrontées à des pénuries d’eau après des jours de protestation qui ont pratiquement interrompu la distribution, selon des témoins.

L’approche d’une tempête a causé davantage d’inquiétude dans le pays des Caraïbes samedi.

Des milliers de personnes protestent en Haïti contre l’insécurité et la hausse des coûts.

De nombreux habitants de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, ont été contraints de s’abriter chez eux cette semaine alors que des coups de feu ont éclaté et que des pneus enflammés ont bloqué les rues lors de manifestations contre la hausse des prix du carburant et la criminalité.

L’agitation a ralenti ou arrêté les entreprises qui livrent habituellement de l’eau dans la ville où les températures quotidiennes atteignent 34 degrés Celsius (93 Fahrenheit).

Nombreux sont ceux qui ont profité de la trêve d’une demi-journée prévue samedi pour se précipiter vers les centres de distribution afin de stocker quelques jours d’eau et de gaz de cuisine, qui a également fait défaut dans de nombreux endroits.

Les craintes concernant l’approche de la tempête tropicale Fiona ont également alimenté la ruée vers l’eau.

Les prévisionnistes ont déclaré que les pluies les plus fortes de la tempête étaient plus susceptibles de toucher la République dominicaine, à l’est de l’île d’Hispaniola.

Jean-Denis Severe, un habitant de Fort National, a déclaré que beaucoup ont dû parcourir des kilomètres pour remplir des seaux et des bouteilles, puis les ramener chez eux.

“J’habite à Fort National, comme il y a des blocages dans le pays, nous sommes venus ici pour acheter de l’eau. S’il n’y avait pas ces endroits, nous mourrions de soif”, a-t-il déclaré.

Les derniers troubles du pays surviennent alors que l’inflation a atteint son niveau le plus élevé en dix ans et que la violence des gangs a fait des centaines de morts et des milliers de déplacés, une grande partie du territoire haïtien étant hors de portée du gouvernement.

Richardson Adrien, un habitant de Port-au-Prince, a déclaré à l’agence de presse Reuters que le manque d’eau potable n’était que le dernier des maux de tête. Ces derniers mois, les habitants ont également eu du mal à trouver du carburant, ce qui a empêché certains d’entre eux de travailler.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)