En 1825, Haïti a payé 21 milliards de dollars à la France pour préserver son indépendance. Il est temps pour la France de rembourser.

87

La dévastation causée à Haïti par l’ouragan Matthew l’automne dernier n’est que le dernier épisode d’une série apparemment interminable de malheurs qui ont frappé ce pays, qui a conclu en mars une année de gouvernance intérimaire en installant l’exportateur de bananes Jovenel Moïse comme 58e président. Moïse est confronté à une tâche ardue : le statut chronique d’Haïti en tant que nation la plus pauvre de l’hémisphère occidental est dû à une litanie d’afflictions allant de l’analphabétisme généralisé à la corruption endémique, en passant par des infrastructures terriblement inadéquates. Mais si ces problèmes sont déjà difficiles à surmonter pour n’importe quel pays, pendant plus d’un siècle d’existence, Haïti a porté un boulet supplémentaire, peu connu, dont les effets se font encore sentir.

En 1825, à peine deux décennies après avoir gagné son indépendance contre vents et marées, Haïti a été contraint de commencer à payer d’énormes “réparations” aux esclavagistes français qu’il avait renversés. Ces paiements auraient été un fardeau énorme pour n’importe quelle nation naissante, mais Haïti n’était pas n’importe quelle nation naissante ; c’était une république formée et dirigée par des Noirs qui s’étaient soulevés contre l’institution de l’esclavage. En tant que telle, l’indépendance d’Haïti était considérée comme une menace par tous les pays esclavagistes, y compris les États-Unis, et son existence même irritait les sensibilités racistes du monde entier. Ainsi, Haïti – minuscule, appauvri et seul dans un monde hostile – n’avait guère d’autre choix que d’accéder aux demandes de réparation de la France, qui ont été livrées à Port-au-Prince par une flotte de navires de guerre lourdement armés en 1825.

En se conformant à un ultimatum qui équivalait à une extorsion, Haïti a obtenu l’immunité contre l’invasion militaire française, le soulagement de son isolement politique et économique – et une dette écrasante qu’il a fallu 122 ans pour rembourser. Mon beau-père se souvient encore de la chanson patriotique qu’on lui avait apprise lorsqu’il était écolier haïtien, ses paroles poignantes exhortant tous les Haïtiens à mettre la main à la poche pour aider leur gouvernement à augmenter le montant qu’il “devait” à la France. Grâce aux contributions volontaires des citoyens haïtiens, dont la plupart étaient désespérément pauvres, cette dette a finalement été réglée en 1947. Mais des décennies de paiements réguliers ont rendu le gouvernement haïtien chroniquement insolvable, contribuant à créer un climat d’instabilité généralisée dont le pays ne s’est toujours pas remis.

La demande de réparations de la France à Haïti semble aujourd’hui comiquement scandaleuse – comme si un kidnappeur poursuivait son otage évadé pour le coût de la réparation d’une fenêtre qui a été cassée pendant l’évasion. Et bien que le gouvernement français actuel ne puisse être tenu pour responsable du culot du roi Charles X (le dirigeant de la France en 1825), un minimum de responsabilité historique serait le bienvenu. Alors que la France figure toujours parmi les nations les plus riches du monde, Haïti – avec un revenu annuel par habitant de 350 dollars, un réseau électrique qui tombe régulièrement en panne et un réseau routier dont plus de 50 % n’est pas pavé – est en proie à la sécheresse, à des pénuries alimentaires et à une économie en difficulté. Pour le “crime” d’avoir secoué le joug de la servitude involontaire, Haïti a consciencieusement payé des réparations à la France pendant près de six générations – avec des intérêts. La France devrait maintenant faire ce qui s’impose et restituer ces paiements, estimés à 21 milliards de dollars d’aujourd’hui. Haïti a désespérément besoin de ce qui ne représenterait qu’une somme dérisoire dans son budget national et qui pourrait l’aider à amorcer un redressement général qui ressemblerait à une manne céleste pour son peuple qui souffre depuis longtemps.

https://www.forbes.com/sites/realspin/2017/12/06/in-1825-haiti-gained-independence-from-france-for-21-billion-its-time-for-france-to-pay-it-back/?sh=6b62b4b6312b